Aller au contenu principal

Doit-on craindre un déclin de la production laitière en France ?

Des départs massifs à la retraite sont annoncés. L’installation, le salariat et l’agrandissement des élevages risquent de ne pas les compenser, alerte l'Institut de l'élevage.

Depuis 2919, on observe une baisse du nombre de vaches de 1 à 2 % par an quasi généralisée en France, excepté dans les montagnes de l’Est et le Centre. © A. Conté
Depuis 2919, on observe une baisse du nombre de vaches de 1 à 2 % par an quasi généralisée en France, excepté dans les montagnes de l’Est et le Centre.
© A. Conté

D’ici à 2030, plus de la moitié des éleveurs laitiers prendront leur retraite. On assiste à un fort vieillissement des producteurs depuis le début des années 2000. En 2018, 48 % des chefs d’exploitations avaient plus de 50 ans, 28 % plus de 55 ans et seulement 25 % moins de 40 ans. « La pyramide des âges est très déséquilibrée. Ce déséquilibre est même encore plus marqué en Bretagne », constate Christophe Perrot, de l’Institut de l’élevage(1).

 

 

 

Ces départs massifs à la retraite ne sont que très partiellement remplacés, à peine un départ sur deux. Avec 2 000 installations chaque année, le secteur laitier reste celui qui installe le plus, et ceci dans une très grande diversité de systèmes. Mais il arrive en dernière position pour le taux de remplacement des départs.  Conséquence, « on se retrouve face une réduction du nombre de chefs d’exploitation à un rythme inédit ». Il ne faut pas compter sur les salariés pour compenser le manque de bras dans les élevages laitiers : « le nombre d’UTA salariées ne progresse plus ». Il a baissé de 700 entre 2016 et 2019, alors qu’il avait progressé de plus de 4 000 entre 2010 et 2014.

Une stagnation ou un repli de la collecte selon les bassins

Autre phénomène marquant constaté par Christophe Perrot : le ralentissement de l’augmentation du nombre de troupeaux de plus de 100 vaches. « De moins en moins d’exploitations semblent avoir une stratégie tournée vers la croissance. »

Ces éléments ont un impact sur le cheptel national et la production laitière française. Depuis l’automne 2019, on observe une baisse du nombre de vaches de 1 à 2 % par an quasi généralisée, excepté dans les montagnes de l’Est et le Centre. Et au niveau des bassins laitiers, une stagnation ou un repli de la collecte sauf en Normandie. « L’activité libérée n’est que partiellement reprise par les élevages en place, après une phase de recalage post-quotas. » Un ensemble de constats qui font craindre à Christophe Perrot un déclin du cheptel et de la production dans les années à venir.

(1) Lors d’une visioconférence Grand angle lait en mars dernier.

9 080 élevages de plus de 100 vaches en 2020

Parmi les 9 080 élevages de plus de 100 vaches, 1 467 troupeaux ont entre 150 et 200 vaches, et 544 troupeaux plus de 200 vaches. La progression des grands élevages s’est ralentie depuis trois ans. Entre 2010 et 2017, on comptait chaque année plus de 1 000 troupeaux de plus de 100 supplémentaires. On est très loin des projections qui avaient été faites en prolongeant les tendances passées sur les élevages de plus de 150 et de plus de 200 vaches.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière