Aller au contenu principal

Doit-on craindre un déclin de la production laitière en France ?

Des départs massifs à la retraite sont annoncés. L’installation, le salariat et l’agrandissement des élevages risquent de ne pas les compenser, alerte l'Institut de l'élevage.

Depuis 2919, on observe une baisse du nombre de vaches de 1 à 2 % par an quasi généralisée en France, excepté dans les montagnes de l’Est et le Centre. © A. Conté
Depuis 2919, on observe une baisse du nombre de vaches de 1 à 2 % par an quasi généralisée en France, excepté dans les montagnes de l’Est et le Centre.
© A. Conté

D’ici à 2030, plus de la moitié des éleveurs laitiers prendront leur retraite. On assiste à un fort vieillissement des producteurs depuis le début des années 2000. En 2018, 48 % des chefs d’exploitations avaient plus de 50 ans, 28 % plus de 55 ans et seulement 25 % moins de 40 ans. « La pyramide des âges est très déséquilibrée. Ce déséquilibre est même encore plus marqué en Bretagne », constate Christophe Perrot, de l’Institut de l’élevage(1).

 

 

 

Ces départs massifs à la retraite ne sont que très partiellement remplacés, à peine un départ sur deux. Avec 2 000 installations chaque année, le secteur laitier reste celui qui installe le plus, et ceci dans une très grande diversité de systèmes. Mais il arrive en dernière position pour le taux de remplacement des départs.  Conséquence, « on se retrouve face une réduction du nombre de chefs d’exploitation à un rythme inédit ». Il ne faut pas compter sur les salariés pour compenser le manque de bras dans les élevages laitiers : « le nombre d’UTA salariées ne progresse plus ». Il a baissé de 700 entre 2016 et 2019, alors qu’il avait progressé de plus de 4 000 entre 2010 et 2014.

Une stagnation ou un repli de la collecte selon les bassins

Autre phénomène marquant constaté par Christophe Perrot : le ralentissement de l’augmentation du nombre de troupeaux de plus de 100 vaches. « De moins en moins d’exploitations semblent avoir une stratégie tournée vers la croissance. »

Ces éléments ont un impact sur le cheptel national et la production laitière française. Depuis l’automne 2019, on observe une baisse du nombre de vaches de 1 à 2 % par an quasi généralisée, excepté dans les montagnes de l’Est et le Centre. Et au niveau des bassins laitiers, une stagnation ou un repli de la collecte sauf en Normandie. « L’activité libérée n’est que partiellement reprise par les élevages en place, après une phase de recalage post-quotas. » Un ensemble de constats qui font craindre à Christophe Perrot un déclin du cheptel et de la production dans les années à venir.

(1) Lors d’une visioconférence Grand angle lait en mars dernier.

9 080 élevages de plus de 100 vaches en 2020

Parmi les 9 080 élevages de plus de 100 vaches, 1 467 troupeaux ont entre 150 et 200 vaches, et 544 troupeaux plus de 200 vaches. La progression des grands élevages s’est ralentie depuis trois ans. Entre 2010 et 2017, on comptait chaque année plus de 1 000 troupeaux de plus de 100 supplémentaires. On est très loin des projections qui avaient été faites en prolongeant les tendances passées sur les élevages de plus de 150 et de plus de 200 vaches.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
La technologie de Zelp est encore en test dans les centres de recherche de Cargill notamment.  © Zelp
Un "masque" pour réduire les émissions de méthane des vaches
C'est plutôt un licol que Cargill et Zelp développent, avec une technologie d'oxydation du méthane rejeté lors de l'expiration…
Les vaches taries sont logées dans des logettes larges de 1,25 m et disposent d’un abreuvoir de 2 m de large. Les pH urinaires sont dans les clous. © SCEA de Virly
« Foin et concentrés au menu de la préparation au vêlage de nos 160 laitières »
À la SCEA de Virly, dans l’Indre, les hautes productrices reçoivent désormais, trois semaines avant vêlage, une ration sèche à…
[Contenu Partenaire] Fullwood Packo : 200 vaches, 10 postes de traite et toutes les options
Pour ses 190 à 220 vaches à la traite, le Gaec des Cariolets (44) a opté pour une salle de traite QR 2 x 10 Fullwood Packo. Un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière