Aller au contenu principal

Doit-on craindre un déclin de la production laitière en France ?

Des départs massifs à la retraite sont annoncés. L’installation, le salariat et l’agrandissement des élevages risquent de ne pas les compenser, alerte l'Institut de l'élevage.

Depuis 2919, on observe une baisse du nombre de vaches de 1 à 2 % par an quasi généralisée en France, excepté dans les montagnes de l’Est et le Centre. © A. Conté
Depuis 2919, on observe une baisse du nombre de vaches de 1 à 2 % par an quasi généralisée en France, excepté dans les montagnes de l’Est et le Centre.
© A. Conté

D’ici à 2030, plus de la moitié des éleveurs laitiers prendront leur retraite. On assiste à un fort vieillissement des producteurs depuis le début des années 2000. En 2018, 48 % des chefs d’exploitations avaient plus de 50 ans, 28 % plus de 55 ans et seulement 25 % moins de 40 ans. « La pyramide des âges est très déséquilibrée. Ce déséquilibre est même encore plus marqué en Bretagne », constate Christophe Perrot, de l’Institut de l’élevage(1).

 

 

 

Ces départs massifs à la retraite ne sont que très partiellement remplacés, à peine un départ sur deux. Avec 2 000 installations chaque année, le secteur laitier reste celui qui installe le plus, et ceci dans une très grande diversité de systèmes. Mais il arrive en dernière position pour le taux de remplacement des départs.  Conséquence, « on se retrouve face une réduction du nombre de chefs d’exploitation à un rythme inédit ». Il ne faut pas compter sur les salariés pour compenser le manque de bras dans les élevages laitiers : « le nombre d’UTA salariées ne progresse plus ». Il a baissé de 700 entre 2016 et 2019, alors qu’il avait progressé de plus de 4 000 entre 2010 et 2014.

Une stagnation ou un repli de la collecte selon les bassins

Autre phénomène marquant constaté par Christophe Perrot : le ralentissement de l’augmentation du nombre de troupeaux de plus de 100 vaches. « De moins en moins d’exploitations semblent avoir une stratégie tournée vers la croissance. »

Ces éléments ont un impact sur le cheptel national et la production laitière française. Depuis l’automne 2019, on observe une baisse du nombre de vaches de 1 à 2 % par an quasi généralisée, excepté dans les montagnes de l’Est et le Centre. Et au niveau des bassins laitiers, une stagnation ou un repli de la collecte sauf en Normandie. « L’activité libérée n’est que partiellement reprise par les élevages en place, après une phase de recalage post-quotas. » Un ensemble de constats qui font craindre à Christophe Perrot un déclin du cheptel et de la production dans les années à venir.

(1) Lors d’une visioconférence Grand angle lait en mars dernier.

9 080 élevages de plus de 100 vaches en 2020

Parmi les 9 080 élevages de plus de 100 vaches, 1 467 troupeaux ont entre 150 et 200 vaches, et 544 troupeaux plus de 200 vaches. La progression des grands élevages s’est ralentie depuis trois ans. Entre 2010 et 2017, on comptait chaque année plus de 1 000 troupeaux de plus de 100 supplémentaires. On est très loin des projections qui avaient été faites en prolongeant les tendances passées sur les élevages de plus de 150 et de plus de 200 vaches.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Tanguy Pinel et Adeline Fontaine. « Notre objectif de produire 800 000 litres de lait sur une stalle avec un maximum de pâturage est conforté par la flambée des matières premières. »
« Nos vaches produisent 41 kg de lait au robot avec 45 % d’herbe pâturée »
Au Gaec Le Bois Denial, en Ille-et-Vilaine, le niveau d’étable est passé de 9 500 kg à plus de 12 000 kg après le passage au…
De gauche à droite : Audrey Bourolleau, fondatrice d'Hectar, et Julie Renoux, vétérinaire conseil pour la Laiterie des Godets.
Quel modèle propose Hectar à la laiterie des Godets ?
Le projet Hectar, fondé par Audrey Bourolleau et Xavier Niel, a inauguré le 17 mai sa ferme pilote La Laiterie des Godets, conçue…
Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
La flambée des prix des concentrés, des engrais ainsi que de l’énergie pourraitentraîner une hausse des charges allant, pour une…
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Jusque début avril, les éleveurs de vaches laitières ont préféré retenir des vaches pour profiter de la hausse du prix du lait et…
C'est en Belgique, Irlande, Pays-Bas et Allemagne que le prix de mars a le plus augmenté par rapport à mars 2021.
Le prix du lait français à la traîne en Europe

L’observatoire européen des prix du lait

Le prix du lait bio rejoint celui du lait conventionnel
Le prix du lait bio rejoint celui du lait conventionnel
Ce printemps, le prix du lait bio moyen tourne autour de 400 € les mille litres, comme le prix du lait conventionnel. Avec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière