Aller au contenu principal

Des vaches croisées trois voies pour associer productivité et pâturage

À l’Inrae de Lusignan, dans la Vienne, le dispositif expérimental OasYs utilise un croisement Holstein, jersiaise et rouge scandinave pour avoir des vaches laitières rustiques et adaptées au pâturage tout en restant productives.

Depuis janvier 2019, l'ensemble du troupeau est constitué de vaches croisées.
Depuis janvier 2019, l'ensemble du troupeau est constitué de vaches croisées.
© V. Bargain

Le dispositif expérimental OasYs de l'Inrae de Lusignan vise à concevoir un système laitier rentable adapté au changement climatique, en économisant les ressources en eau et en énergie fossile. Le modèle repose sur un système fourrager diversifié permettant de pâturer aux quatre saisons ; sur une stratégie d’élevage associant deux périodes de vêlage (printemps, automne) ; et sur une durée de lactation allongée à 16 mois. Le tout s’accompagne d’un croisement rotatif trois races Holstein, jersiaise et rouge scandinave.

« L’objectif avec ce croisement est d’avoir des vaches adaptées au pâturage et rustiques, avec de bonnes capacités de reproduction, des taux élevés et le plus de lait possible pendant la durée de vie de la vache » explique Sandra Novak, responsable scientifique du projet.

La hausse des taux compense la baisse de production

La rouge scandinave a été retenue pour ses capacités de reproduction et de production. La jersiaise pour ses atouts en termes de reproduction, ses taux élevés et son petit format limitant les échanges thermiques en cas de forte chaleur et les problèmes de portance des prairies. Les premiers croisements ont eu lieu en 2013. Après avoir diminué, la production laitière a commencé à remonter à partir de 2019 pour atteindre 20,1 l/VL/j en 2021. Les taux ont progressivement augmenté jusqu’à 46,7 g/l de TB en moyenne sur la période janvier 2019 à mars 2022 et 36,0 g/l de TP. « Sur le plan économique, la hausse des taux compense la baisse de production », assure Sandra Novak.

Le troupeau a aussi de très bons résultats de reproduction. En 2020-2022, le taux de réussite en première IA est de 64 % en vaches et 73 % en génisses, contre 51 % et 58 % dans le groupe de référence (reproscope polyculture-élevage et grandes cultures). Le pourcentage à trois IA et plus est de 3 % en vaches (20 % dans le groupe) et 3 % en génisses (13 % dans le groupe). Les vaches sont également très rustiques (pas de problèmes sanitaires) et valorisent bien le pâturage (achats de concentrés et fourrages de 29 €/1 000 l contre 79 €/1 000 l dans le groupe Inosys « pâturage significatif »).

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière