Aller au contenu principal
Font Size

Des Montbéliardes chiliennes en Chine, une première !

Mille génisses montbéliardes viennent d’embarquer pour la Chine, un marché demandeur de génétique. D’autres vont suivre.

Il y a deux ans, le Chili devenait le quatrième pays après l’Uruguay, l’Australie et la Nouvelle-Zélande à pouvoir exporter des bovins vifs vers la Chine. Depuis, le pays sud-américain y a envoyé la majorité des 47 000 animaux reproducteurs exportés lors de onze embarquements, selon le journal chilien El Heraldo Austral.

Le plus récent a eu lieu le 26 décembre dernier et a été réalisé par la coopérative Cooprinsem, basée dans la région des Lacs, à 1 000 kilomètres au sud de Santiago du Chili. Cet embarquement était constitué de 3 000 têtes de bétail, dont 1 000 génisses de race Montbéliarde pure pedigree vouées à la production laitière.

Le directeur des exportations de Coopriven, Felipe Gottschalk, précise qu’il s’agit de « génisses de 8 à 14 mois de 280 à 300 kg et que la valeur totale du lot s’élève à 4 millions de dollars, soit une valeur moyenne de 1 200 euros par tête. L’intérêt pour les éleveurs est qu’à travers ce débouché outre Pacifique, nous pouvons leur payer leurs jeunes vaches à un prix de 15 % supérieur à leur valeur locale ».

Pour Cooprinsem, représentante exclusive de Coopex au Chili, cet envoi est une première pour la Montbéliarde, mais le deuxième du genre vers la Chine, car la coopérative y avait exporté un contingent de Holstein en 2015. Elle prévoit déjà un troisième embarquement durant le premier semestre de cette année « avec 1 000 autres Montbéliardes », annonce Felipe Gottschalk.

Un marché pas prêt de s’ouvrir à la France

Le client chinois, un privé, recherchait d’abord des vaches Simmental. « Nous lui avons dit que nous pouvions rassembler un nombre important de reproductrices d’une autre race aux caractéristiques similaires." En effet, la Montbéliarde est bien implantée dans la région des Lacs, le principal bassin laitier du Chili. Selon Stéphane Fitamant, responsable export sur le continent américain pour Coopex montbéliarde, « on compte plus de 40 000 animaux de race montbéliarde » parmi les quelque 450 000 vaches du cheptel laitier chilien.

Les importateurs chinois de génétique bovine sont intéressés par la qualité bouchère de la race française et par sa précocité de vêlage. En effet, le déficit structurel en lait du géant asiatique explique sa politique laitière intérieure agressive, qui vise à y pallier. Or, l’avantage du Chili, par rapport aux trois autres pays autorisés à exporter du bétail vif en Chine, est la diversité de son cheptel qui comprend une « masse critique d’animaux de races alternatives à la Holstein », selon Felipe Gottschalk.

Le Chili, qui ne fait pas partie du Mercosur, mais a souscrit à de nombreux traités de libre-échange bilatéraux, par exemple avec la Chine, est un exportateur de premier ordre dans le secteur agroalimentaire et la stabilité de son économie en font un concurrent redoutable à l’export. Cet envoi de Montbéliardes, succès au lendemain certain, n’en reste pas moins une goutte d’eau dans l’océan du commerce extérieur chilien avec la Chine, qui lui achète du cuivre pour plus de 12 milliards de dollars par an.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière