Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[Covid-19] Croissance de la consommation des produits laitiers bio

La filière laitière bio connaît une demande en croissance, suite aux mesures de confinement dues au coronavirus.

Plaquettes de beurre en supermarché GMS
© C. Pruilh

La filière lait de vache bio a plutôt bénéficié de l'effet Covid-19, en dehors des difficultés logistiques qui sont arrivées en plein pic de collecte, déjà difficile à gérer habituellement.

En effet, les produits laitiers bios commercialisés en France se vendent pour une très grande majorité en grande et moyenne surface (GMS) et en magasins spécialisés (80%), rappelle l'Institut de l'élevage. La filière laitière bio dépend peu de la restauration collective et commerciale, et l'export représente encore un faible débouché. "Il n'y a pas de données douanières spécifiques bio, mais les exports sont estimés à moins de 5% des produits laitiers bio français, d’après Agence Bio et AND‐International", précise Benoît Baron, de l'Institut de l'élevage.

Plus de 45% de la collecte est transformé en lait de consommation, beurre et crème

Le lait bio est transformé en produits relativement bruts et cuisinables, qui ont été plébiscités par les ménages durant la période de confinement : lait de consommation, beurre et crème représentent plus de 45% de la collecte, contre environ 30% pour tous les laits. Le lait collecté sert bien moins à fabriquer des fromages (9%) qu'en filière conventionnelle (un tiers). Et les fromages bio se retrouvent moins au rayon à la coupe qu'en libre-service.

Des ventes en croissance entre le 9 mars et le 5 avril

La croissance de la demande des ménages a été du même ordre en bio qu'en conventionnel pour toutes les catégories sauf pour le lait de consommation, qui "était déjà le moteur du segment laits liquides ces derniers temps avec +22% sur mars 2020/2019. L'impact « confinement » a donc été moins marqué que sur le segment dans son ensemble", pointe Benoît Baron.

"Du 9 mars au 5 avril, les ventes ont progressé de 40 à 45% en GMS, pour le lait liquide, le beurre, la crème et le fromage", précise Antoine Auvray, du Cniel.

En Allemagne, un effet Covid-19 également positif

En Allemagne, "les modifications des pratiques de consommation sont identiques à celles observées en France avec les achats de stockage. Elles sont très favorables à la bio dont la croissance des ventes était moins prononcée depuis 2 ans", souligne Benoît Baron.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Loren Duhameau. « Pour faire ce métier, il faut vraiment être mordu. Il y a des jours où j’ai envie de tout arrêter. Mais tant que j’ai du soutien, ça va. » © J. Pertriaux
« Les femmes ont autant leur place que les hommes ! »
À Caligny dans l’Orne, Loren Duhameau s’est installée en individuel à 25 ans. Une installation précipitée par des circonstances…
Michel Nalet, directeur général relations externes et communication du Groupe Lactalis
Lactalis : "La crise liée au Covid-19 nous fait craindre une baisse de la valorisation du lait à moyen terme"
Michel Nalet, du groupe Lactalis, craint l'effet du gonflement des stocks de poudre, beurre et fromage. Et l'…
Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse. © C. Armager
Bâtiment d’élevage : « La pailleuse suspendue améliore nos conditions de travail »
À la tête d'un troupeau de 85 laitières, les associés du Gaec Amarger, dans le Cantal, ont investi dans une pailleuse suspendue…
L'élevage de 380 vaches de Henning Münster,  380 vaches dans le Schleswig-Holstein. © Élevage Münster
Allemagne : prix du lait à 280 à 300 €/1 000 l dès mai ?
Avril n’est que le début de la crise. En Allemagne, les perspectives de prix du lait à six mois ne sont guère enthousiasmantes.
Faneuse et andaineur : les bons réglages pour un bon fourrage
Machinisme
La qualité des fourrages secs ou ensilés dépend bien sûr du niveau de maturité de l’herbe, des espèces présentes dans la parcelle…
 © F. Mechekour
Trois caméras dans la désileuse pour plus de sécurité et de confort
Chez Gilbert Lucas, dans le Pas-de-Calais. La vie et la santé n’ayant pas de prix, l’éleveur a décidé d'installer trois caméras…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière