Aller au contenu principal

[Contenu partenaire] Valorisateurs de fourrages : « une assurance pour la production laitière »

Gaëtan Dheu, installé en Haute-Marne, produit du lait en AOC brie de Meaux. Son tank est régulièrement contrôlé. Afin de répondre aux exigences de l’appellation, l’éleveur insiste sur la qualité de la ration des vaches et s’appuie sur les valorisateurs de fourrages proposés par Sanders.

Associé avec sa mère au sein du Gaec STV, Gaëtan Dheu produit 1,2 million de litres de lait avec120 vaches laitières.

Salmonelle, listeria, streptocoque, Escherichia coli, ou staphylocoque : le cahier des charges de l’AOP brie de Meaux est strict. Mais, la qualité paye. Le non-respect des critères de l’appellation provoque une pénalité de 50 euros pour 1 000 litres. Jusqu’à quatre échantillons sont prélevés chaque mois. "Je suis donc très attentif à la qualité de conservation de mes fourrages. Je dois proposer, à mes vaches, des ensilages les plus stables possibles", explique Gaëtan Dheu.

Silo : 28 mètres de front d’attaque à maintenir frais

Le cahier des charges impose également une alimentation diversifiée. Quatre silos, pour le maïs, l’herbe, la pulpe de betterave et la luzerne, sont donc ouverts en permanence. Soit 28 mètres de front d’attaque. "J’ai généralisé l’incorporation de valorisateurs Sanders. Je n’en mettais pas sur les silos destinés aux génisses, et j’observais plus de perte", indique l’éleveur. Autre motivation, les sécheresses se multiplient et les ensilages sont désormais programmés en septembre. Gaëtan Dheu détaille : "On ensile parfois en pleine canicule et le maïs monte à 45 °C. Nous pouvons privilégier l’amidon lors de l’ensilage de maïs, car les valorisateurs de fourrages compensent le manque de sucre nécessaire à une bonne conservation. Les bactéries favorisent la chute du pH de l’ensilage".

Une distribution  toutes les 36 heures

L’utilisation des valorisateurs de fourrages Sanders s’inscrit également dans une logique d’optimisation du temps de travail. La distribution est effectuée toutes les 36 heures pour le lot des vaches moins productives. « Pour gagner du temps le dimanche matin, je prépare le bol la veille au soir, même sur les bêtes les plus productives. Les valorisateurs me permettent donc de limiter la reprise de fermentation », précise l’éleveur.

Des valorisateurs et de la rigueur pour réaliser les silos

"Je considère que vu l’investissement que je mets dans mes champs (en intrants, en semences, etc. …) ce serait dommage de ne pas aller au bout des choses pour m’assurer de valoriser mes fourrages au mieux." Gaëtan Dheu ne doute pas des conservateurs Sanders mais rappelle que "leur efficacité dépend aussi du soin  apporté à la réalisation du silo, avec un bon tassage et l’utilisation de bâches neuves".


AVIS D'EXPERT

« Une économie de 22 €/T de MS »

Arnaud Morillon
Arnaud Morillon, responsable commercial Sanders

Quels gains peut-on espérer avec un valorisateur de fourrages ?

Avec un valorisateur, les pertes visibles passent 5% à 0% et  les pertes invisibles (gaz, valeurs alimentaires) de 15% à 5%. Ces gains permettent une économie de 22 €/T de MS de maïs. Pour un euro investi, l’éleveur gagne donc deux à trois euros.

Comment fonctionnent ces valorisateurs ?

Les valorisateurs de fourrage sont des solutions naturelles à base de bactéries ou d’associations de bactéries. Elles permettent de maîtriser les différentes phases d’ensilages : 
aérobie, transition, fermentation acide, phase de stabilisation. Nous avons plusieurs produits adaptés aux différents fourrages et objectifs de l’éleveur. Un des valorisateurs est agréé en agriculture biologique.

Au moment du choix du valorisateur, quelles questions doit se poser l’éleveur ?

C’est un choix qui ne s’improvise pas. Les techniciens Sanders accompagnent la réflexion. Nous posons plusieurs questions à l’éleveur. Pour quel type  de fourrage ? À quelle date est programmée l’ouverture du silo ? Quel est le stade de récolte ou le degré de maturité souhaité pour l’ensilage ?

Comment se déroule l’accompagnement  des équipes Sanders ?

Dans un premier temps, nous réalisons un diagnostic des pratiques des éleveurs et une analyse de la conservation de leur silo actuel avec la méthode Valorscreen. Ensuite, nous proposons des conseils pour la réalisation du chantier. Enfin, nous analysons la conservation et valeurs alimentaires du nouveau silo.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière