Aller au contenu principal

[Contenu partenaire] Valorisateurs de fourrages : « une assurance pour la production laitière »

Gaëtan Dheu, installé en Haute-Marne, produit du lait en AOC brie de Meaux. Son tank est régulièrement contrôlé. Afin de répondre aux exigences de l’appellation, l’éleveur insiste sur la qualité de la ration des vaches et s’appuie sur les valorisateurs de fourrages proposés par Sanders.

Associé avec sa mère au sein du Gaec STV, Gaëtan Dheu produit 1,2 million de litres de lait avec120 vaches laitières.

Salmonelle, listeria, streptocoque, Escherichia coli, ou staphylocoque : le cahier des charges de l’AOP brie de Meaux est strict. Mais, la qualité paye. Le non-respect des critères de l’appellation provoque une pénalité de 50 euros pour 1 000 litres. Jusqu’à quatre échantillons sont prélevés chaque mois. "Je suis donc très attentif à la qualité de conservation de mes fourrages. Je dois proposer, à mes vaches, des ensilages les plus stables possibles", explique Gaëtan Dheu.

Silo : 28 mètres de front d’attaque à maintenir frais

Le cahier des charges impose également une alimentation diversifiée. Quatre silos, pour le maïs, l’herbe, la pulpe de betterave et la luzerne, sont donc ouverts en permanence. Soit 28 mètres de front d’attaque. "J’ai généralisé l’incorporation de valorisateurs Sanders. Je n’en mettais pas sur les silos destinés aux génisses, et j’observais plus de perte", indique l’éleveur. Autre motivation, les sécheresses se multiplient et les ensilages sont désormais programmés en septembre. Gaëtan Dheu détaille : "On ensile parfois en pleine canicule et le maïs monte à 45 °C. Nous pouvons privilégier l’amidon lors de l’ensilage de maïs, car les valorisateurs de fourrages compensent le manque de sucre nécessaire à une bonne conservation. Les bactéries favorisent la chute du pH de l’ensilage".

Une distribution  toutes les 36 heures

L’utilisation des valorisateurs de fourrages Sanders s’inscrit également dans une logique d’optimisation du temps de travail. La distribution est effectuée toutes les 36 heures pour le lot des vaches moins productives. « Pour gagner du temps le dimanche matin, je prépare le bol la veille au soir, même sur les bêtes les plus productives. Les valorisateurs me permettent donc de limiter la reprise de fermentation », précise l’éleveur.

Des valorisateurs et de la rigueur pour réaliser les silos

"Je considère que vu l’investissement que je mets dans mes champs (en intrants, en semences, etc. …) ce serait dommage de ne pas aller au bout des choses pour m’assurer de valoriser mes fourrages au mieux." Gaëtan Dheu ne doute pas des conservateurs Sanders mais rappelle que "leur efficacité dépend aussi du soin  apporté à la réalisation du silo, avec un bon tassage et l’utilisation de bâches neuves".


AVIS D'EXPERT

« Une économie de 22 €/T de MS »

Arnaud Morillon
Arnaud Morillon, responsable commercial Sanders

Quels gains peut-on espérer avec un valorisateur de fourrages ?

Avec un valorisateur, les pertes visibles passent 5% à 0% et  les pertes invisibles (gaz, valeurs alimentaires) de 15% à 5%. Ces gains permettent une économie de 22 €/T de MS de maïs. Pour un euro investi, l’éleveur gagne donc deux à trois euros.

Comment fonctionnent ces valorisateurs ?

Les valorisateurs de fourrage sont des solutions naturelles à base de bactéries ou d’associations de bactéries. Elles permettent de maîtriser les différentes phases d’ensilages : 
aérobie, transition, fermentation acide, phase de stabilisation. Nous avons plusieurs produits adaptés aux différents fourrages et objectifs de l’éleveur. Un des valorisateurs est agréé en agriculture biologique.

Au moment du choix du valorisateur, quelles questions doit se poser l’éleveur ?

C’est un choix qui ne s’improvise pas. Les techniciens Sanders accompagnent la réflexion. Nous posons plusieurs questions à l’éleveur. Pour quel type  de fourrage ? À quelle date est programmée l’ouverture du silo ? Quel est le stade de récolte ou le degré de maturité souhaité pour l’ensilage ?

Comment se déroule l’accompagnement  des équipes Sanders ?

Dans un premier temps, nous réalisons un diagnostic des pratiques des éleveurs et une analyse de la conservation de leur silo actuel avec la méthode Valorscreen. Ensuite, nous proposons des conseils pour la réalisation du chantier. Enfin, nous analysons la conservation et valeurs alimentaires du nouveau silo.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
L'accord n'est pas contraignant pour l'OP : depuis deux ans, le volume global de l'OPLGO affiche une sous-réalisation de la référence de 4 %.
Lactalis teste le volume collectif avec l'OPLGO
L'accord conclu entre l'Organisation de producteurs de lait Grand Ouest (OPLGO) et Lactalis montre l'évolution du transformateur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière