Aller au contenu principal

Comment innover pour amener de la valeur ajoutée ?

Créer de l’affectif entre les consommateurs et les éleveurs est un axe fort des innovations actuelles.

Stéphane Gouin, Agro Campus Rennes. "La pression médiatique peut détruire l'image d'une marque en quelques minutes. Mieux vaut donc anticiper les attentes consommateurs."
© C. Pruilh

Il faut innover pour défendre ses parts de marché et pour aller chercher de la valeur ajoutée", rappelle Stéphane Gouin, maître de conférences à Agro Campus Rennes. Mais la concurrence est forte entre innovations. Dans la grande distribution, les linéaires se sont allongés, avec une foule de produits divers et variés. "La segmentation est forte. Un consommateur prend 5 à 8 secondes pour choisir un litre de lait, pas plus de 20 s pour des yaourts, quand il est face au linéaire. Cela veut dire que pour réussir son innovation, celle-ci doit marquer le consommateur. L’emballage doit l’attirer et l’information répondre à ses attentes, en un clin d’oeil." Sur 10 000 nouveaux produits lancés chaque année, 50 % disparaissent au bout d’un an.

Or une innovation peut coûter cher. Surtout quand elle implique des changements de transformation et des changements de mode de production (sans OGM, lait de pâturage, bien être animal…). "La première chose est de s’assurer que l’on répond bien à une attente consommateur." La seconde est d’utiliser un vocabulaire que comprend le consommateur. La troisième est de créer une histoire entre les éleveurs et le consommateur.

Du local, en circuit court, des produits naturels

Les consommateurs ne recherchent pas tous les mêmes caractéristiques. Néanmoins, parmi les grandes préoccupations, il y a la naturalité du produit, le bien-être animal, l’impact environnemental du produit et de son mode de production. "Le local est un critère d’achat majeur pour 49 % des Français, selon une étude consommateur de 2016. Il y a une défiance vis-à-vis des filières longues et des grands groupes de l’agroalimentaire", ajoute Stéphane Gouin. "Le renforcement du lien entre les consommateurs et le producteur est un axe d’innovation très important."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière