Aller au contenu principal

Biolait régule les volumes pour limiter ses excédents de printemps

Le premier collecteur de lait bio français (1) veut limiter ses excédents de printemps sans pénaliser la production d'automne hiver.

camion de Biolait
Le problème d'excédent ne porte que sur le printemps et l'été.
© Biolait

Le prix du lait de base 2019 est annoncé en baisse par rapport à 2018, à 400 €/1000 l en prix d'acompte. "Nous partons sur une hypothèse pessimiste, en espérant que le prix sera meilleur", indique Ludovic Billard, président de Biolait. En cause, les excédents de printemps et d'été qui sont quand même payés au prix bio. "Ils seront supérieurs à ceux de 2018 avec l'arrivée des nouveaux convertis et un printemps qui s'annonce favorable à la production laitière." Biolait rappelle qu'à la différence des autres laiteries, elle assume une collecte dans des zones où les coûts de collecte sont bien plus élevés et qu’elle n’a pas d’activité en lait conventionnel permettant de réduire l’impact négatif des excédents de printemps sur le prix du lait.

Volume réduit de 5% et une prime au lait non produit

Le dispositif de gestion des volumes de Biolait a donc été activé. Les exploitations qui livrent depuis plus de deux ans doivent produire 5% de moins que la moyenne des trois dernières années, hors très mauvaise année. S'il y a un dépassement de ce volume annuel ajusté, il sera payé moitié moins que le prix bio. Mais comme le problème d'excédent ne porte que sur le printemps et l'été, le risque est de manquer de lait en automne hiver. "Déjà l'hiver dernier, jusqu'à ce mois de mars, nous avons manqué de lait", commente Ludovic Billard. Donc, une prime au lait non produit sur le printemps a été mise en place. Les exploitants qui, sur le 2e trimestre, livrent 10% en dessous de leurs trois meilleures années recevront 150 €/1000 l sur les litrages non réalisés.

(1) Biolait collecte 237 millions de litres auprès de 1340 adhérents. Prix de base 2018 : 436 €. Prix payé 2018 : 450 €/1000 l

 

Lire aussi

Agrial cherche encore des éleveurs bio

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière