Aller au contenu principal

Irlande
Avec une production basée sur l´herbe, des usines laitières à temps partiel

La majorité des éleveurs irlandais font vêler leur troupeau « à l´herbe » en février et mars, et tarissent leurs vaches en décembre et janvier. Ce qui entraîne, pour faire face au pic de production, un sur-investissement de l´industrie, sous-utilisée le reste du temps.


Le système de production irlandais, basé sur l´herbe, est bien connu pour ses coûts de production limités. L´herbe pousse pratiquement toute l´année, et les vaches irlandaises pâturent de février à novembre. Pour profiter au maximum de cette pousse de l´herbe, les vêlages sont groupés sur les mois de février-mars, et les vaches sont taries en décembre - janvier après une lactation de 300 jours. La mise à la reproduction, très efficace, est donc la clé de voûte du système : elle est concentrée sur quinze semaines, avec une activité intense de surveillance des chaleurs sur cette très courte période.
Les équipements sont limités. La durée de stabulation étant réduite à deux-trois mois, les bâtiments - quand ils existent - ont souvent un coût deux fois moins importants qu´en France. Bien sûr, comme partout, il existe des différences très importantes de coûts de production entre éleveurs et entre régions. Mais la moyenne qui se situe à 173 euros pour 1000 litres place l´Irlande parmi les coûts de production les plus bas d´Europe (derrière la Belgique).

Ce n´est pas le seul atout du système irlandais qui bénéficie « d´une image écologique saine », et produit grâce à l´herbe pâturée « un lait beaucoup plus riche en CLA (acides linoléiques conjugués) qui sont associés à des propriétés anti-cancéreuses », affirme Catherine Lascurettes, de l´Irish farmers association (l´équivalent de la FNPL).
Mais il y a un revers de la médaille à ce système herbager : c´est l´extrême saisonnalité de la production. 85 % du lait irlandais est produit entre mars et octobre. Et il y a six fois plus de lait produit en juin qu´en décembre ! A titre de comparaison, ce rapport est de 1,15 aux Pays-bas et de 1,31 en France. Toutes les vaches sont taries en même temps, et beaucoup d´usines sont donc fermées pendant deux mois.
De la peinture pour détecter les chaleurs. La mise à la reproduction, concentrée sur une très courte période, est la clé de voûte du système. ©J.-M. Nicol

Six fois plus de lait produit en juin qu´en décembre
« Cette saisonnalité est un gros handicap pour les entreprises de transformation, souligne Maryvonne Béguin, de la Fnil. Elle entraîne des surinvestissements pour absorber le pic de production. Le taux d´utilisation des usines irlandaises n´est que de 61 % alors qu´il est en moyenne de 92 % dans les autres pays européens. » Autre inconvénient : « cette saisonnalité freine le développement de produits à plus haute valeur ajoutée pour la consommation intérieure, dont la demande est répartie régulièrement sur l´année ». L´Irlande produit donc beaucoup de beurre (60 % du lait entier), de poudre et de cheddar qui dégagent peu de valeur ajoutée.
Elle entraîne aussi « de grandes fluctuations dans la composition du lait qui gênent l´industrie : la matière grasse varie de 3,39 à 4,03 g/kg et la MAT de 3,02 à 3,56 g/kg ». Des taux qui par ailleurs sont plus bas que la moyenne européenne.
Tout ceci se traduit pour les éleveurs par un prix du lait bas : 25,6 c/litre (TVA à 4,8 % incluse) pour un litre à 3,3 % protéines et 3,6 % matière grasse. Le prix du lait est décidé chaque mois par le conseil d´administration de chacune des coopératives (plus de 25). La bonne nouvelle est qu´en 2004, le prix du lait n´a pas baissé. Mais sur les trois premiers trimestres de 2005, la baisse est d´environ 0,9 c/l.
Comment remédier à cette saisonnalité du lait et à ces conséquences ? « Pour les éleveurs, produire à contre-saison est très coûteux, et les primes payées par les entreprises doivent être importantes pour rendre cette production rentable. Faute de produits à forte valeur ajoutée, beaucoup de systèmes de production d´hiver avec primes, développés dans les années 80 à 90 ont été récemment limités, affirme Catherine Lascurettes. Si vous avez des solutions à nous proposer. »

Chiffres clés
22 000 producteurs de lait.
1,2 millions de vaches.
230 000 litres de quota moyen.
45 vaches par troupeau.
4500 à 5000 litres de niveau de production.
3,7 TB et 3,3 MAT.
La coopérative de Tipperary ©500 producteurs et 160 millions de litres doit cesser toute activité en décembre et janvier. ©J.-M. Nicol
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière