Aller au contenu principal

« Avec un problème de salmonelle en fromage fermier, l'important est de réagir très vite »

Installée à La Clusaz en Haute-Savoie en production fermière de reblochon, Marie-Louise Donzel a mené une véritable course contre la montre pour se sortir d'un problème de salmonelle.

 © SIR
© SIR

L’été 2018, l'élevage de 60 Abondances de Marie-Louise Donzel, qui est en production fermière de reblochon, a été confronté à un problème de salmonelle. Avec l’aide du GDS et du service traite du département, il a été maîtrisé en dix jours. « Pour s’en sortir, il faut aller très vite. L’important est de dresser rapidement un diagnostic, pour voir d’où vient le problème et combien de bêtes sont contaminées. C’est une course contre la montre dans laquelle l’éleveur doit s’impliquer aux côtés des organismes sanitaires », explique cette éleveuse, qui est présidente du Syndicat interprofessionnel du reblochon (SIR), un fromage à pâte pressée non cuite à croûte fleurie au lait cru. « Chez nous, le problème est venu d’une vache qui avait perdu son veau avant terme en alpage dans le parc des vaches taries, et qui avait très probablement été contaminée par l’abreuvement en amont par des animaux sauvages. Notre grosse erreur a été de la ramener dans le troupeau pour la soigner : elle a contaminé l’ambiance de l’étable. »

Deux fois plus de temps pour la traite

Le vétérinaire a suspecté une salmonellose et a fait tout de suite effectuer un prélèvement pour analyse. La vache a été mise à l’écart et traitée aux antibiotiques. Les bouses des 60 vaches ont été analysées. « Nous avons descendu nous-mêmes les analyses de l’alpage au laboratoire interprofessionnel pour gagner du temps. Les vaches en lactation étaient négatives mais plusieurs vaches taries étaient positives dans ce parc, ce qui a permis d’identifier l’origine du problème. Nous avons aussi tout de suite désinfecté l’étable, la tuyauterie de la machine à traire, la fromagerie etc. L’ambiance étant contaminée, il fallait une hygiène de traite irréprochable au niveau des mamelles pour éviter que les salmonelles ne passent dans le lait : on mettait deux fois plus de temps pour la traite. »

La fabrication des fromages n’a pas été arrêtée car il n'y a pas d’autre solution pour le lait en alpage, mais des analyses ont été réalisées tous les jours. « Dès qu’elles ont été conformes, nous avons pu remettre nos fromages en vente. Tout le reste a été détruit à hauteur de dix jours de fabrication (2 000 reblochons de 500 g). L’assurance « lait cru » que nous avions souscrite a permis d’atténuer la perte : le contrat « lait cru » ne couvre que 8 % du chiffre d’affaire annuel de l’exploitation d’où l’importance de s’en sortir très vite. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière