Aller au contenu principal

Assurance prairies : « Chez Airbus, nous travaillons sur une nouvelle version 2025 de l’indice satellitaire »

Théophile Habimana, responsable commercial chez Airbus Defence and Space, répond aux questions que se posent les éleveurs concernant la fiabilité de l’indice Airbus utilisé par les assureurs dans le cadre de l’assurance prairies, face aux risques climatiques tels que la sécheresse ou l’excès d’eau.

La pousse de l'herbe est mesurée par Airbus via un outil satellitaire dans le cadre du nouveau dispositif d'assurance prairies.
© Airbus

Que répondez-vous face aux remises en question de la fiabilité de l’indice Airbus ?

Théophile Habimana, responsable commercial chez Airbus, annonce qu'une version 2025 de l'indice satellitaire utilisé par les assureurs dans le cadre de l'assurance prairies ...

 

Théophile Habimana - « Nous disposons d’images utilisables pour l’indice de production des prairies (IPP) depuis 2001, soit un historique de vingt-trois ans. Notre expertise est d’ailleurs depuis longtemps utilisée pour la technologie Farmstar (outil de pilotage de la fertilisation). L’IPP a fait l’objet d’une validation technique par un comité scientifique qui rassemble entre autres le Cnes, l’Inrae, l’Institut supérieur de gestion et Météo France. Sa robustesse et sa fiabilité ont été aussi testées lors du protocole scientifique de l’Idele avec des mesures terrain dans neuf fermes pour comparer avec l’IPP. Les résultats étant excellents, le comité d’analyse des indices l’a validé. »

Comment expliquez-vous les contestations actuelles ?

T. H. - « Les données de l’IPP nécessitent de la pédagogie pour mieux les interpréter et l’interrogation des éleveurs est normale puisque l’outil est nouveau. La moyenne olympique est une donnée difficile à appréhender pour une culture comme la prairie où il n’y a pas de mesures régulières de la récolte. Dans les régions où il a fait consécutivement très sec sur les trois ou quatre dernières années, le ratio de pertes est par exemple très faible. Je reprécise que l’indice compare la production d’une année par rapport aux années précédentes. »

Lire aussi Assurance prairies : « Pour être rassuré, il faudrait des mesures de pousse d'herbe sur le terrain »

L’indice Airbus est-il amené à évoluer ?

T. H. - « Depuis 2016, l’outil a déjà évolué pour prendre en compte les données météorologiques, l’altitude, la pente, l’exposition au soleil (par exemple selon le versant en zone de montagne). Nous travaillons actuellement sur une nouvelle version pour 2025, qui sera soumise aux assureurs, avec une amélioration de notre modèle de traitement d’images grâce à la puissance de calcul. Depuis cette année, nous n’utilisons plus le satellite américain mais l’européen Sentinel 3 qui s’appuie sur plusieurs bandes pour plus de fiabilité. Enfin, un passage en haute résolution est à l’étude, pour passer de 300 mètres de résolution spatiale à 20 mètres. »

Les plus lus

Eleveur veau moins de quinze jours niche individuelle
Veaux laitiers : « Je ne connais ni les diarrhées ni les problèmes pulmonaires »

À la SCEA des vertes prairies, en Seine-Maritime, Nicolas Banville concentre ses efforts sur la préparation au vêlage et la…

Pièce de monnaie
Prix du lait : Sodiaal payera 485 €/1 000 l pour 2023 en conventionnel

En conférence de presse le 4 avril, Damien Lacombe, président de Sodiaal, a annoncé 14,4€/1000 litres de ristournes pour les…

Deux stalles de robot de traite GEA
Robot ou salle de traite, les indicateurs à calculer pour bien choisir

Les tensions sur la main-d’œuvre poussent de nombreux éleveurs à sauter le pas des robots de traite. Pourtant le retour sur…

Éleveuse veaux pouponnière
« J’utilise zéro antibiotique pour élever mes veaux laitiers »

Dans les Côtes-d’Armor, le Gaec Restquelen enregistre 3,3 % de mortalité périnatale sur les quatorze derniers mois. Les…

veaux en igloo individuel
Les bons gestes pour des veaux laitiers en pleine forme dès la naissance

Il n’y a pas une seule et unique recette pour élever un veau. Ce qui est sûr, c’est que les premiers jours sont déterminants…

Yohann Barbe, président de la FNPL élu le 8 avril 2024
Yohann Barbe, nouveau président de la FNPL : « Nous ne devons plus perdre ni litre de lait, ni actif pour le produire »

Yohann Barbe, éleveur dans les Vosges, a été élu président de la FNPL le 9 avril. Il livre sa feuille de route à Réussir Lait…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière