Aller au contenu principal
Font Size

90 jours clés pour réussir la lactation

Pour mieux gérer cette période de transition, Elanco lance un calculateur et une campagne d’information personnalisée.

Le laboratoire Elanco a réalisé en novembre dernier une enquête auprès de 500 éleveurs sur 21 départements.  À la question « qu’est-ce qu’une lactation réussie ? », 60% des éleveurs répondent « pas de maladies/complications », seulement 29% « un volume de lait correct » et 13% « un bon démarrage en lait ». Quand on leur demande de dire ce que leur procure une bonne lactation, 40% parlent de « satisfaction », 30% « de bonheur » et seulement 2% de rentabilité. Quant à « l’amélioration prioritaire recherchée sur l’exploitation », c’est pour 25% de « la sérénité d’esprit », pour 22% « le confort de travail » et pour 44% « la rentabilité ». L’enquête montre par ailleurs que le coût des pathologies du premier mois de lactation est largement sous-estimé : 75% les pensent inférieurs à 5000 euros.

Des cellules clés dans la défense de l’utérus et de la mamelle

Comment donc réduire l’incidence des maladies du début de lactation ? « En gérant bien la période de 90 jours clés, qui va du début du tarissement à la fin du premier mois de lactation,  affirme Christian Engel, responsable technique filière lait Elanco. Toutes les vaches laitières doivent faire face à deux syndromes principaux : un déficit énergétique et une baisse d’immunité dans la période autour du vêlage liée à la diminution du nombre et de l’efficacité des neutrophiles circulants. En luttant contre le déficit énergétique, on agit sur la cétose, les déplacements de caillette et les disfonctionnements ovariens ; en soutenant le fonctionnement immunitaire, on réduit les mammites, les métrites et les non-délivrances ». 

Pour faire prendre conscience du coût réel (direct et indirect) des maladies du premier mois de lactation et de la perte de temps liées à leur prise en charge, Elanco met à la disposition des vétérinaires un tableur Excel - le calculateur M1. "L’objectif est de favoriser la discussion entre l’éleveur et  son vétérinaire autour de cette période des 90 jours clés. » Il permet de réaliser un bilan de l’élevage, de définir des objectifs d’amélioration et d’en estimer le gain. Plus de 100 cabinets vétérinaires sont déjà engagés dans la démarche qui comprend également une campagne d’information personnalisée par un cabinet. Une première synthèse effectuée sur 50 élevages de dix cliniques, avec des troupeaux en moyenne de 86 vaches, évalue les pertes à 18 500 €/an et à 57 heures /an.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière