Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Echanges commerciaux
L’accord avec le Mercosur ouvre la porte à des produits issus d’une « agriculture dont nous ne voulons pas »

Les agriculteurs français dénoncent un accord de libre-échange qui va à l’encontre des règles sociales, climatiques et environnementales qui sont appliquées dans les pays de l’Union européenne.

Marché aux bestiaux de Liniers en Argentine.
© C. Coulon

L’accord commercial signé le 28 juin entre l’UE et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) divise. Pour Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, « il s’agit d’une bonne nouvelle pour les entreprises européennes, les travailleurs et l’économie de part et d’autre de l’Atlantique, car cet accord représente une économie de plus de 4 milliards d’euros par an », écrit l’Anjou agricole.

Pour de nombreux produits agricoles, les droits d’entrée vers le Mercosur vont être supprimés. Il s’agit des taxes pour le vin (27 %), le chocolat (20 %), les spiritueux (20 à 35 %), les biscuits (16 à 18 %), les pêches en conserve (55 %), les boissons gazeuses (20 à 35 %) et les olives, précise le journal départemental. De plus, « fromages et produits laitiers de l’Union européenne devraient bénéficier de larges quotas sans taxe ».

Mais il s’agit d’échanges commerciaux. Et en contrepartie, « l’Union européenne ouvre largement son marché aux produits en provenance des pays du Mercosur », explique l’article de l’hebdomadaire angevin. C’est ainsi qu’un « quota annuel de 99 000 tonnes de viande bovine » va bénéficier d’un « taux préférentiel à 7,5 % de taxes ».

C’est en particulier sur ce point que la colère des agriculteurs monte. « De nombreuses voix, en provenance d’ONG, de la société civile et du monde agricole, se sont élevées pour dénoncer un accord qui va à l’encontre des règles sociales, climatiques, environnementales etc., appliquées dans les pays de l’Union Européenne », affirme l’Anjou agricole.

A Angers, une manifestation a été organisée le 3 juillet. A l’appel de la FDSEA et des JA, les agriculteurs ont occupé un pont sur lequel ils ont déployé une banderole portant leur revendication : « N’importons pas l’agriculture dont nous ne voulons pas ».

Sur les réseaux sociaux, les commentaires fusent, en mode très sérieux ou sur le ton de l'humour. #mercosur

 

Lire aussi dans Réussir Bovins Viande Accord UE et Mercosur : berlines allemandes contre aloyaux sud-américains,

dans Réussir Volailles La volaille est le dindon de la farce de l'accord entre l'Union européenne et le Mercosur

sur reussir.fr Bruno Dufayet : " l'accord avec le Mercosur va laisser entrer des viandes d'importation dont les conditions de production sont diamétralement opposées aux nôtres",

dans la Haute-Loire paysanne « Ces accords, c'est la mort de notre agriculture »

dans l'Oise agricole UE/Mercosur : un accord polémique pour l'agriculture et Un accord Mercosurement pas ! ,

dans Terra  UE-Mercosur : un accord sur le dos de l'agriculture et Accord UE-Mercosur : une tromperie pour les consommateurs.

et dans Terres et Territoires Les agriculteurs se mobilisent contre l'accord UE-Mercosur à Lille et Arras

 

 

 

Les plus lus

Vignette
Nagui et L214 découvrent les vaches à hublot : le monde agricole réagit
L214 a publié une vidéo de vaches équipées de canules. Les images ont été tournées dans un centre de recherches privées de…
Vignette
Derrière un stagiaire en élevage peut se cacher un militant de la cause animaliste
Un maître de stage averti en vaut deux. Attention aux stagiaires d’activistes animalistes qui peuvent proposer leurs services…
Vignette
Le mystère des cercles dans les céréales élucidé
Retour sur l’histoire insolite du crop circle à Saint-Hippolyte en Alsace. Les auteurs de cette belle figure géométrique étaient…
Vignette
Cédric Villani craint un accaparement de la data agricole par les Gafa
A l’occasion du LFDay organisée par la Ferme digitale à Paris le 7 juin 2019, Cédric Villani, mathématicien et député de l’…
Sodiaal attend " du mieux " en 2019
Lait
Le plan d’économies et les efforts déployés pour créer de la valeur ajoutée devraient commencer à porter leurs fruits en 2019.
Vignette
Les vaches à hublot alimentent les discours sur la cause animale et font monter la polémique sur le financement de L214
Sébastien Arsac, co-fondateur de l’Association L214. Jean-Baptiste Moreau, agriculteur et député LREM de la Creuse. Tous deux ont…
Publicité