Aller au contenu principal

Abattage d'animaux d'élevage
L’abattoir mobile va être testé pendant 4 ans

C’est une forme novatrice d’abattage qui se déroule dans le respect de l’animal. L’abattage mobile va être expérimenté pendant 4 ans avant d’être peut-être adopté définitivement.

Un abattoir mobile de l'entreprise Hälsingestintan en Suède.
© Britt-Marie Stegs - Sättra Gard

Le décret au Journal officiel le 16 avril : l’expérimentation des abattoirs mobiles démarre pour une durée de quatre ans. Prévue par la loi Egalim, cette période d’essai a pour objectif « d'identifier les éventuelles difficultés d'application de la réglementation européenne », précise AgraPresse.

Concrètement, quelle est la marche à suivre ?

Le participant doit tout d’abord obtenir un agrément de la préfecture. Ensuite, il doit transmettre un dossier au préfet au plus tard 30 mois après la publication du décret. Le dossier constitué doit comporter notamment :

. un engagement de signer un protocole permettant l'organisation de l'inspection sanitaire ainsi que des contrôles,

. un engagement de communiquer les informations nécessaires à l'évaluation de l'expérimentation.

Pour la Confédération paysanne, ce feu vert de l’administration qui va permettre « de convaincre de l’utilité de tels outils et de la nécessité de faire évoluer définitivement la réglementation ». Le syndicat et les Adear, associations pour le développement de l’emploi agricole et rural, disent accompagner « plus d'une vingtaine de groupes paysans » sur « des formes novatrices d'abattage ».

En Bourgogne, la SAS Le Bœuf éthique va pouvoir démarrer son activité. Depuis plusieurs années, elle travaille au développement d’un abattoir mobile pour bovins. Une centaine d’éleveurs sont prêts. L’entreprise veut démarrer « progressivement », le projet pourrait s’étendre sur « l’ensemble du bassin allaitant ». Emilie Jeannin, installée en Côte-d’or et porteuse du projet, vise « environ trois cents éleveurs, en travaillant en lien avec plusieurs abattoirs de proximité », rapporte Réussir Bovins Viande. C’est en Suède que l’éleveuse de Charolais a vu ce type d’équipement et a imaginé le développer en France pour travailler autrement. « L’abattage se déroule dans le plus grand respect de l’animal, dans le propre, sans odeurs », observait-elle en 2017. Dans Réussir Bovins Viande, elle assurait que l’animal ne subissait « aucun stress ».

Les plus lus

Julien Denormandie masque gouvernement agriculture
[INTERVIEW] RIP, viande végétale, PAC, retenues d'eau : le ministre de l'Agriculture prend position
Pour le ministre de l'Agriculture, les zones intermédiaires sont « un sujet de préoccupation majeur ». Recevant Agra Presse et la…
gendarmerie
Un éleveur verbalisé 135 € par la gendarmerie pour le transport de cinq veaux dans un utilitaire
Le fait-divers remonte au vendredi 9 octobre. Un éleveur rentre d’une foire aux bestiaux en Meurthe-et-Moselle. A bord de son…
Un blé à plus de 200 €/t : des signaux positifs sur le marché des céréales
Le blé a franchi le cap des 200 €t rendue Rouen. Autre signal positif : le blé français gagne en compétitivité face à l’origine…
Le salon de l'agriculture 2021 est annulé
La décision était attendue avec la crise du coronavirus. L’édition 2021 du Salon international de l’agriculture de Paris est…
En Ile-de-France, une ferme bio trouble la tranquillité des néo-ruraux
Nouvel épisode de tension entre professionnels agricoles et riverains dont la vision de la ruralité rime surtout avec…
La « plus grande ferme d’insectes au monde » va s'installer près d'Amiens
Après Dole dans le Jura, la start-up française Ÿnsect devrait mettre en production un deuxième site au nord d’Amiens, dans la…
Publicité