Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Abattage d'animaux d'élevage
L’abattoir mobile va être testé pendant 4 ans

C’est une forme novatrice d’abattage qui se déroule dans le respect de l’animal. L’abattage mobile va être expérimenté pendant 4 ans avant d’être peut-être adopté définitivement.

Un abattoir mobile de l'entreprise Hälsingestintan en Suède.
© Britt-Marie Stegs - Sättra Gard

Le décret au Journal officiel le 16 avril : l’expérimentation des abattoirs mobiles démarre pour une durée de quatre ans. Prévue par la loi Egalim, cette période d’essai a pour objectif « d'identifier les éventuelles difficultés d'application de la réglementation européenne », précise AgraPresse.

Concrètement, quelle est la marche à suivre ?

Le participant doit tout d’abord obtenir un agrément de la préfecture. Ensuite, il doit transmettre un dossier au préfet au plus tard 30 mois après la publication du décret. Le dossier constitué doit comporter notamment :

. un engagement de signer un protocole permettant l'organisation de l'inspection sanitaire ainsi que des contrôles,

. un engagement de communiquer les informations nécessaires à l'évaluation de l'expérimentation.

Pour la Confédération paysanne, ce feu vert de l’administration qui va permettre « de convaincre de l’utilité de tels outils et de la nécessité de faire évoluer définitivement la réglementation ». Le syndicat et les Adear, associations pour le développement de l’emploi agricole et rural, disent accompagner « plus d'une vingtaine de groupes paysans » sur « des formes novatrices d'abattage ».

En Bourgogne, la SAS Le Bœuf éthique va pouvoir démarrer son activité. Depuis plusieurs années, elle travaille au développement d’un abattoir mobile pour bovins. Une centaine d’éleveurs sont prêts. L’entreprise veut démarrer « progressivement », le projet pourrait s’étendre sur « l’ensemble du bassin allaitant ». Emilie Jeannin, installée en Côte-d’or et porteuse du projet, vise « environ trois cents éleveurs, en travaillant en lien avec plusieurs abattoirs de proximité », rapporte Réussir Bovins Viande. C’est en Suède que l’éleveuse de Charolais a vu ce type d’équipement et a imaginé le développer en France pour travailler autrement. « L’abattage se déroule dans le plus grand respect de l’animal, dans le propre, sans odeurs », observait-elle en 2017. Dans Réussir Bovins Viande, elle assurait que l’animal ne subissait « aucun stress ».

Les plus lus

Vignette
La préfecture de l'Oise a imposé l'arrêt des moissons
La préfecture de l'Oise a publié un arrêté ordonnant l'arrêt des moissons dans le département. Dans les parcelles de blés, les…
Brexit, se préparer au "no deal"
Vigne
La prochaine échéance de l’interminable feuilleton du Brexit est fixée au 31 octobre 2019 et l’hypothèse d’une sortie sans accord…
Vignette
CETA : La Fédération Nationale Bovine poursuit son combat contre le CETA
Le vote à l'Assemblée nationale du projet de loi de ratification de l'accord commercial entre l'UE et le Canada se déroulera le…
Vignette
[VIDEO] Betteraves : Gérard Larcher ouvre la porte à une nationalisation temporaire de Cagny
Depuis l’annonce par de la fermeture de deux sucreries par Südzucker, la Confédération Générale des Planteurs de…
Vignette
Après l’émotion des incendies de moisson, la réflexion
Les moissons 2019 resteront dans les mémoires comme celles des incendies. A situation de crise, mesure extrême : le 25 juillet…
L’agent Michel Perrard repris par Adrien et Maxime Jouenne
Machinisme
Les nouveaux propriétaires des Ets Michel Perrard (Manche) souhaitent pérenniser la relation de proximité entretenue avec les…
Publicité