Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Double activité
Frites et spiruline : découvrez des diversifications originales

Deux Jean-Marc… L’un en Dordogne, l’autre dans le Haut-Rhin. Tous deux étaient à la recherche d’une diversification. Ils ont trouvé, dans deux domaines très différents. Au sud, le vert de la spiruline. A l’Est, le jaune des frites surgelées.

La spiruline est une production très technique. La chaleur, l'eau, l'ombre et la lumière ne suffisent pas.
© Marie6Annick Carré

Il voulait trouver une diversification. « Je voulais me sortir du marché mondial, de la pression réglementaire, européenne », explique Jean-Marc Constant dans Réussir Le Périgord. Alors, après trois ans de réflexion, c’est sur la spiruline que s’est porté le choix de cet éleveur de bovins installé à Razac-sur-l’Isle en Dordogne. « Je voulais reprendre la main sur mon produit », confie-t-il au journal. Et c’est ce qu’il a fait en se lançant au début de l’été dans la production de cette « microalgue bourrée de bienfaits pour la santé ». D’emblée, il a « décidé de placer son projet dans le haut de gamme », commente l’hebdomadaire. Pour mener à bien son projet, il adhère à la très sérieuse Fédération des spiruliniers de France et se lance. « J’ai tout fait pour mettre en place une ferme de spiruline nickel », raconte-t-il à Lionel Robin, journaliste qui est allé à la rencontre du double actif. L’article complet a été publié dans l’édition du vendredi 13 septembre.

Autre région, autre diversification… Et autre Jean-Marc. Celui-là répond au nom de Wild et est agriculteur en Alsace, dans le Haut-Rhin. « Je cherchais d’autres sources de revenus, » dit-t-il dans l’Action agricole picarde. Mais « ici, comme un peu partout, c’est difficile de s’agrandir », observe-t-il dans le journal. Dans son équation, deux paramètres : trouver « quelque chose que personne ne faisait dans le coin » et une volonté de « vendre directement au particulier ». Résultat : il y a six mois, il lance son activité de frites surgelées. « En très petite quantité pour le moment », précise le Nicolas Bertrand, auteur de l’article, mais « il espère à terme produire entre deux et trois tonnes par an ». L’agriculteur à la tête de 110 ha de cultures dont 6,5 ha de pommes de terre est confiant. Comme il l’a été en 2013 pour sa première diversification : un élevage d’escargots qui lui permet de produire quatre mille douzaines de petites bêtes à cornes par an. Le reportage a été mis en ligne le 15 septembre.

Les plus lus

Vignette
Antoine Thibault réagit à la vidéo de L214 sur la filière des veaux laitiers
Une nouvelle vidéo de L214 tourne sur les réseaux sociaux. Cette fois l’association de défense animale s’attaque à l'élevage de…
Réduire les phénols volatils grâce aux écorces de levures
Vigne
Traiter les vins avec des écorces de levure peut contribuer à limiter les mauvais goûts liés aux contaminations par Brettanomyces…
Soufflet Vigne monte en puissance sur le conseil
Vigne
L’ouverture d’un nouveau magasin à Vinzelles, dans le Mâconnais, sonne le coup d’envoi de la mise en place de la nouvelle…
Thierry Julien, président de France Vin Bio : "Il ne faut pas accepter de brader nos vins"
Vigne
A la tête de France Vin Bio, l’association nationale interprofessionnelle des vins bio, Thierry Julien considère que la…
Berthoud investit dans la pulvérisation ultralocalisée en signant un partenariat avec Carbon Bee Agtech
Machinisme
Berthoud, spécialiste de la pulvérisation agricole, a signé un partenariat avec la start-up Carbon Bee Agtech, afin de développer…
La conversion à la viticulture biologique doit s'anticiper sur tous les plans
Vigne
La conversion au bio est plus ou moins facile et coûteuse en fonction des exploitations. Le passage à l’agriculture biologique…
Publicité