Aller au contenu principal

Insectes : feu vert à la consommation humaine de vers de farine en Europe

Les Etats membres ont approuvé hier une proposition de la Commission européenne autorisant l’utilisation de vers de farine jaunes séchés en tant que nouvel aliment.

Ver de farine
© Pixabay

Suite à une évaluation scientifique de l’Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa), il s’agit de la toute première autorisation de mise sur le marché de l’Union européenne d’insectes en tant que nouveaux aliments. « Ce nouvel aliment peut être utilisé comme insecte séché entier sous forme de collation ou comme ingrédient d'un certain nombre de produits alimentaires, par exemple sous forme de poudre dans des produits protéiques, biscuits ou produits à base de pâtes », indique la Commission européenne dans un communiqué.

Lire aussi : Consommation d'insectes : Agronutris reçoit l'avis favorable de l'Efsa

« Insectes : c’est officiel ! La première autorisation de l’UE pour les insectes comme aliments nouveaux a été approuvée par la Commission européenne et les États membres. Elle sera au bénéfice de la société Français Agronutris qui a une exclusivité pendant 5 ans parce que l’avis de l’Efsa de janvier 2021 était basé sur des données exclusives », se félicite Cédric Auriol, directeur général de la start-up français Agronutris sur Linkedin.

« Les insectes élevés et transformés par Agronutris peuvent être utilisés sous forme entière et séchée (par exemple pour le grignotage) ou sous forme de poudre jusqu’à 10 % dans les produits protéinés, biscuits et autres produits énumérés dans le règlement », poursuit le jeune entrepreneur.

Lire aussi : Des insectes bientôt au menu des cantines ?

« La stratégie « De la ferme à la table » identifie les insectes comme une source de protéines de substitution qui peut soutenir la transition de l'UE vers un système alimentaire plus durable », rappelle la Commission européenne qui souligne que des millions de personnes consomment déjà des insectes chaque jour.

« En outre, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qualifient les insectes comme source alimentaire saine et très nutritive à forte teneur en matières grasses, protéines, vitamines, fibres et minéraux », ajoute la Commission européenne qui précise que la décision formelle de la Commission sera adoptée dans les prochaines semaines.

Lire aussi : Ynsect lève des fonds et construit une usine verticale pour sa production d'insectes

A noter que onze autres demandes de mise sur le marché pour des insectes ont été soumises à l'UE. L'Efsa se penche notamment sur les grillons et sauterelles. Ynsect, leader français de la production de farine d'insectes pour l'alimentation animale, a également fait une demande pour " un ingrédient à base de protéines d'insectes déshuilés" pour fabriquer des "barres énergétiques ", mais attend un feu vert européen.

 

 

Les plus lus

Ce qui va changer pour les agriculteurs à partir du 1er janvier 2022
Alors que la fin de l’année 2021 approche à grands pas, tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales et nouveaux règlements…
Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines
L’éditrice Odile Jacob et d’autres habitant d’Adainville défendus par Corinne Lepage viennent de voir leur recours contre l’…
salon de l'agriculture
Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent
Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’…
feuille de cannabis
CBD : que dit l’arrêté du 30 décembre sur la récolte de fleur et de feuille de chanvre
Le gouvernement vient d’autoriser la culture des fleurs et des feuilles de chanvre en France mais avec de nombreuses conditions…
Salon de l'agriculture
« Il faut essayer de tenir le salon de l’agriculture 2022 coûte que coûte »
Réuni hier en conseil d’administration, le Ceneca reste sur sa position de maintenir le salon de l’agriculture 2022 aux dates…
Agriculture bio
Jusqu’à 5% d’exploitations converties auraient quitté le bio en 2021
Pour l’heure 2300 exploitations converties auraient arrêté le bio en 2021, selon des chiffres provisoires de l’Agence bio révélés…
Publicité