Aller au contenu principal

Inflation alimentaire : où se situe la France par rapport aux pays de l’OCDE ?

L’inflation des prix alimentaires était à 14,5% en moyenne dans les pays de l’OCDE en juillet dernier sur un an et à 12,8% dans l’Union Européenne. La France, elle, se situe plutôt en bas du tableau.

inflation des prix alimentaires
© Pixabay

La France se trouve toujours en bas du tableau des pays de l’OCDE concernant l’inflation des prix alimentaires en juillet 2022 sur un an, selon l’organisation de coopération et de développement économiques. Avec une hausse des prix de 7,2% sur un an, l’Hexagone se trouve bien en dessous de la moyenne des pays de l’OCDE qui est à 14,5%, de l’Union européenne (à 12,8%) mais aussi de la zone euro (à 11,5%) et des pays du G7 (à 11,5%).

Dans le tableau, seuls la Nouvelle-Zélande, l’Australie, le Japon, Israël et la Suisse se trouvent à des niveaux d’inflation de leurs prix alimentaires inférieurs.

L’OCDE souligne sur juillet une légère diminution de l’inflation mesurée par l’indice des prix à la consommation à 10,2% contre 10,3% en juin 2022 du fait du ralentissement des prix de l’énergie, mais une poursuite de l’inflation des prix à l’alimentation à 14,5% contre 13,3% en juin 2022. Une tendance observée également en France avec une inflation des produits alimentaires qui n’était que de 6,3% en juin 2022.
 

L’Insee annonce +12% en fin d’année

Une tendance qui pourrait s’accentuer dans les mois qui viennent si l’on en croit l’Insee. « L’évolution des prix au cours des prochains mois dépendra de plusieurs facteurs : les mouvements des cours internationaux de l’énergie et des matières premières, la valeur de l’euro sur le marché des changes, la vitesse et le degré de transmission des hausses passées des prix de production aux prix de la consommation, les politiques publiques de limitation des prix, en particulier ceux de l’énergie », prévient l’Insee dans une note du 7 septembre.


Toutefois si l’institut français prévoit une diminution de l’inflation énergétique en septembre-octobre (avec le renforcement de la remise sur les carburants, conjugué au maintien du bouclier tarifaire sur els prix du gaz et de l’électricité) puis une augmentation en fin d’année (avec une remise de moindre ampleur), « le glissement annuel des prix à la consommation continuerait d’augmenter pour les biens manufacturés (environ +5% sur un an prévu en décembre 2022) et surtout pour l’alimentation (environ +12% prévu) », indique l’Insee.

Au total, selon le scénario de l’Insee, l’inflation se stabiliserait un peu en dessous de 6% sur un an en septembre-octobre puis à environ 6,5% en décembre.

« Les prix des produits manufacturés et des produits alimentaires vont continuer à monter graduellement car la hausse des prix des matières premières, les prix de production en amont sont tellement fortes qu'elles ne sont pas toutes passées au niveau du commerce de détail », a ainsi expliqué Jean-Luc Tavernier, directeur général de l'Insee, invité éco de franceinfo jeudi 7 septembre.

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
Julien Revellat, directeur associé du bureau parisien de McKinsey
Comment McKinsey compte influencer l’évolution de l’agriculture française
Le cabinet de consultants McKinsey a mis en place un simulateur d'agriculture régénératrice hébergé sur le campus Hectar, créé…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
Laurie Poussier, future agricultrice : « je veux juste parler de mes petits bonheurs parce que je suis heureuse au quotidien »
Laurie Poussier sera officiellement éleveuse en 2023, avec comme projet la création d’une savonnerie artisanale à la ferme. La…
Publicité