Aller au contenu principal

Vœux de la FNSEA à la presse
« Il ne faut pas tirer l’alimentation vers le bas » estime Christiane Lambert

Lors de la présentation de ses vœux à la presse, la FNSEA a souligné l’importance de mettre l’agriculture au centre des préoccupations électorales pour la présidentielle et les législatives.

voeux Lambert
Christiane Lambert refuse que l'on tire l'alimentation vers le bas.
© FNSEA (archives)

Faciliter la transmission des exploitations, lutter contre l’artificialisation des terres, améliorer encore les retraites des agriculteurs, faire de l’agriculture un des secteurs clés de la transition énergétique, moderniser les équipements, les exploitations et la chaîne agroalimentaire, obtenir des clauses miroir, voilà quelques-unes des propositions que la FNSEA entend bien défendre auprès de chaque candidat à la présidentielle bien sûr, mais aussi auprès de toutes celles et ceux qui brigueront un mandat de député en juin.

A l'occasion des voeux à la presse ce mardi 11 janvier, Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, a insisté sur un point : l’alimentation des Français. « 40 % des consommateurs ont du mal à boucler chaque mois leur budget. La dépense moyenne mensuelle pour se nourrir est de 385 euros, allant de 210 à 545 euros, ce qui est très disparate. Il ne faut pas tirer vers le bas l’alimentation après huit années de déflation alimentaire, a-t-elle déclaré. Je trouve scandaleux que Michel-Edouard Leclerc annonce vendre la baguette à 29 centimes. Il est impossible de baisser les prix y compris pour les catégories socioprofessionnelles supérieures qui vont, elles aussi, acheter leur baguette à 29 centimes dans la grande distribution et de voir que les revenus des agriculteurs n’augmentent pas ».

Et de conclure sur ce point : « Nous devons bien sûr aider les précaires, avec par exemple des chèques alimentaires, mais il faut augmenter les prix alimentaires, c’est ce que nous allons dire à tous les candidats. La loi alimentation votée doit être effective et doit apporter des résultats concrets ».

Grand oral des candidats le 31 mars

« Ruralité, croissance durable, compétitivité, nous sommes sur tous les fronts » affirme par ailleurs Christiane Lambert qui estime que la pandémie a eu au moins un effet positif. Selon elle, « le covid a montré qu’il a bien fallu nourrir les Français malgré la crise sanitaire. Avec cette crise, beaucoup se sont remémoré que derrière l’alimentation, il y a des agriculteurs alors qu’auparavant on parlait d’alimentation sans jamais évoquer l’agriculture ». A propos des agriculteurs, la présidente de la FNSEA estime qu’ils votent plus que la moyenne des Français et ne devraient donc pas s’abstenir pour les prochaines élections et déclare : « Nous voulons continuer à faire connaître aux agriculteurs le programme de tous les candidats que nous allons certainement rencontrer au Salon de l’agriculture. Pour poursuivre nos échanges, le 31 mars, nous inviterons à un grand oral tous ceux qui seront crédités dans les sondages de plus de 5 % ».

Et alors que la France a pris pour six mois la présidence du Conseil de l’Union européenne, la présidente de la FNSEA affirme : « Nous voulons un cadre européen clair et faire en sorte que la France ne prenne pas de retard car notre pays a régressé en production parce que nous avons perdu en compétitivité. Les exportations s’estompent et les importations augmentent. Nous devenons plus dépendants. Il faut baisser les taxes de production, donner des outils de résilience et gérer les risques climatiques ».

Les plus lus

Ce qui va changer pour les agriculteurs à partir du 1er janvier 2022
Alors que la fin de l’année 2021 approche à grands pas, tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales et nouveaux règlements…
Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines
L’éditrice Odile Jacob et d’autres habitant d’Adainville défendus par Corinne Lepage viennent de voir leur recours contre l’…
salon de l'agriculture
Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent
Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’…
feuille de cannabis
CBD : que dit l’arrêté du 30 décembre sur la récolte de fleur et de feuille de chanvre
Le gouvernement vient d’autoriser la culture des fleurs et des feuilles de chanvre en France mais avec de nombreuses conditions…
Salon de l'agriculture
« Il faut essayer de tenir le salon de l’agriculture 2022 coûte que coûte »
Réuni hier en conseil d’administration, le Ceneca reste sur sa position de maintenir le salon de l’agriculture 2022 aux dates…
Agriculture bio
Jusqu’à 5% d’exploitations converties auraient quitté le bio en 2021
Pour l’heure 2300 exploitations converties auraient arrêté le bio en 2021, selon des chiffres provisoires de l’Agence bio révélés…
Publicité