Aller au contenu principal

Société
Il était une fois… Agrikid, des contes pour rapprocher les enfants de l’agriculture

Et si on passait par les enfants et le numérique pour parler agriculture. C'est le pari d'Agrikid, une jeune entreprise emmenée par un trio de jeunes entrepreneures encore étudiantes.

L'équipe du projet Agrikid lors de la présentation du concours startups de l'Ihedrea ce mardi 10 mars 2020.
© Agrikid/Ihedrea

Jeanne Voisin (stratégie, commerce et marketing), Suzie Terrier (productions de contes et droit) et Charlotte Desruelle (gestion), trois étudiantes à l’Ihedrea Agro Management (Institut des hautes études de droit rural et d'économie agricole) portent depuis plusieurs mois le projet Agrikid. A travers une marque éditoriale, il s’agit de rapprocher les enfants du XXIè siècle, qui perdent le lien avec la campagne, la ruralité et l’agriculture pour la plupart d’entre eux, de ce métier qui étonne tous les jours dans nos assiettes ou sous de nouvelles formes de consommation : agriculteur.

Pour y parvenir, elles lancent une série de contes dédiés à l’agriculture et aux enfants, à travers une offre multicanal (sonore, audio, ordinateur, portable, digital, écoute en ligne…) sous forme d’abonnements. Les contenus peuvent s’adapter aux différents publics de jeunes et peuvent être vendus à une clientèle de particuliers comme à une clientèle business ou en marque blanche (sur devis). Le marché est vaste : les particuliers donc mais aussi les collectivités territoriales, les transporteurs, les écoles, les plates-formes de streaming, les marques de jouets, la radio (podcast possible), les fermes pédagogiques… et bien évidemment les bibliothèques de France et de Navarre.

Les contes parlent de produits alimentaires de base bien sûr mais aussi alimentation équilibrée, saisonnalité, produits des régions et des terroirs… avec des histoires qui peuvent durer entre 1 minute 30 pour les 3 à 5 ans et 5 minutes pour les 7 ans et plus. « Nous avons la volonté de décliner nos contes sur l’agriculture en général et en lien avec les agriculteurs » explique aussi Jeanne Voisin.

L’équipe est en train de finaliser le dépôt de sa marque et son business plan avec les premiers prototypes de contes et les premiers tests clients dans le courant de l'année. Viendra ensuite le temps de la commercialisation.

Remarqué lors d’Agreenstartup 2020, le concours des jeunes entreprises organisé par les Chambres d’agriculture, le projet vient de remporter la première place du concours interne de l’Ihedrea (présentation faite le 10 mars avec deux autres étudiants de l’école : Gonzague Gautier et Félix Giacometti) face à dix autres projets. « Je retiens qu’Agrikid pourrait être un merveilleux outil au service du bien manger qui recrée le lien, souvent perdu, entre très jeunes mangeurs et agriculteurs » a déclaré Marie-Laure Hustache, responsable communication d’Agridées Think Tank et membre du jury.

Les plus lus

Ce qui va changer pour les agriculteurs à partir du 1er janvier 2022
Alors que la fin de l’année 2021 approche à grands pas, tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales et nouveaux règlements…
Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines
L’éditrice Odile Jacob et d’autres habitant d’Adainville défendus par Corinne Lepage viennent de voir leur recours contre l’…
salon de l'agriculture
Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent
Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’…
feuille de cannabis
CBD : que dit l’arrêté du 30 décembre sur la récolte de fleur et de feuille de chanvre
Le gouvernement vient d’autoriser la culture des fleurs et des feuilles de chanvre en France mais avec de nombreuses conditions…
Salon de l'agriculture
« Il faut essayer de tenir le salon de l’agriculture 2022 coûte que coûte »
Réuni hier en conseil d’administration, le Ceneca reste sur sa position de maintenir le salon de l’agriculture 2022 aux dates…
Andréa Catherine : « Je veux montrer qu’une agricultrice sait faire autant qu’un homme »
A 23 ans, Andréa Catherine ne doute plus : elle sera agricultrice. Actuellement salariée dans une exploitation, elle a prévu de…
Publicité