Aller au contenu principal

ZNT : quel matériel utiliser pour réduire les distances ?

Pour bénéficier de zones non traitées « a minima », il est nécessaire, entre autres, d’utiliser un matériel dont l’efficacité antidérive est validée par les autorités. En grandes cultures, il s’agit de buses spécifiques et de rampes à assistance d’air.

Pour baisser les ZNT à 3 mètres en grandes cultures, il faut utiliser un matériel de pulvérisation listé officiellement parmi ceux dont l’efficacité pour réduire la dérive est d’au moins 66 %. © J.-C. Gutner
Pour baisser les ZNT à 3 mètres en grandes cultures, il faut utiliser un matériel de pulvérisation listé officiellement parmi ceux dont l’efficacité pour réduire la dérive est d’au moins 66 %.
© J.-C. Gutner

Première condition pour pouvoir baisser la ZNT de 5 mètres à 3 mètres : l’existence d’une charte d’engagement départementale. Bien sûr, il faut aussi respecter la réglementation, notamment à propos des conditions météorologiques (vent et précipitation). Mais cela ne suffit pas. Il faut également utiliser un matériel de pulvérisation dont l’efficacité pour réduire la dérive est d’au moins 66 %. Cette catégorie de matériel est répertoriée par une publication du Bulletin officiel, régulièrement mise à jour.

Pour les grandes cultures, deux systèmes sont validés par les autorités : certaines buses dites antidérive, ainsi que les épandeurs équipés de rampes à assistance d’air. Ce type de rampes, commercialisé depuis plus de trente ans, est très peu utilisé en grandes cultures en raison de son surcoût important, malgré sa grande efficacité.

Du matériel homologué de façon très officielle

Les buses antidérive offrent un excellent compromis entre coût et efficacité. La performance de ces petits ustensiles est testée dans le laboratoire d’Arvalis. L’institut réalise l’ensemble des tests d’homologation des buses antidérive sur un banc d’essais dédié, pour le compte de l’Inrae. Reproduisant la force du vent sur une buse en fonctionnement, cet outil unique en France permet de mesurer la dérive en fonction du type de buse, de la pression et de la vitesse du vent.

Tout est soigneusement ausculté. « La volatilisation est prise en compte dans nos essais, explique Benjamin Perriot, ingénieur en techniques de pulvérisation chez Arvalis. Le pourcentage de réduction final de la dérive est calculé en tenant compte de la dérive aérienne, qui est transportée par le vent. Avec une dérive sédimentaire à 5 mètres, la dérive aérienne représente moins de 2 % pour les nouvelles buses. »

Des buses antidérive haute performance

L’outil d’Arvalis a mis en évidence la capacité de buses récentes à limiter drastiquement la dérive, avec des coefficients d’efficacité de 75 %, voire de 90 %. Ces niveaux d’efficacité ont été homologués en bonne et due forme par la Direction générale de l’alimentation (DGAL) en février 2020. En grandes cultures, ces performances n’ouvrent pas la possibilité de réduire les ZNT en deçà des 3 mètres, distance qui s’applique aussi bien pour le matériel à 66 % d’efficacité que celui à 90 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures