Aller au contenu principal

Crédits carbone : « je gagne 1200 euros de plus sur un camion de colza »

David Gerbaud, agriculteur dans le Loir-et-Cher, touche une prime sur ses colzas engagés dans une démarche bas carbone avec sa coopérative Axéréal. Il a ainsi amélioré le prix de vente moyen de son colza de 25 euros la tonne.

Pour David Gerbaud, la prime GES est un "encouragement à continuer à faire attention aux niveaux d'intrants." © DR
Pour David Gerbaud, la prime GES est un "encouragement à continuer à faire attention aux niveaux d'intrants."
© Axéréal

Voir ses efforts pour l’environnement rémunérés, c’est le rêve de nombreux agriculteurs. David Gerbaud, agriculteur à Cellé dans le Loir-et-Cher, y parvient. En système conventionnel, il a adopté le strip-till et limite ses intrants. « Je fais ce qu’il faut, mais sans excès de phytos et d’engrais », résume l’agriculteur. En 2019, sa coopérative, Axéréal, lui a proposé de remplir un dossier de prime gaz à effet de serre sur colza. « Vu mes pratiques, il y avait de fortes chances pour que je sois éligible. » David Gerbaud a ainsi amélioré le prix de vente moyen de son colza de 25 euros la tonne. « La prime varie selon les parcelles et les critères. Sur la ferme, elle va de 5 à 35 euros la tonne. »

Il perçoit ce bonus comme « un encouragement à continuer à faire attention à mes niveaux d’intrants. C’est une carotte qui fait avancer ». Pour la nouvelle campagne, il n’y a pas de doute, il remonte un dossier. Seul bémol : le temps d’enregistrement. « L’aide de mon technicien a été précieuse car il y a quelques heures à passer pour enregistrer toutes les démarches sur ordinateur. »

« Une transparence totale sur la constitution du prix »

Une contrainte que partage Damien Auclaire, agriculteur à Guichainville, dans l’Eure. Lui, vend son colza seul et directement en ligne à Saipol, en se connectant à la plateforme Oleomarket.fr. « La création du compte requiert un peu de temps mais, après, vendre des contrats est assez simple, résume-t-il. Il faut préciser les itinéraires, les rendements et justifier tout cela, notamment en joignant la déclaration PAC mais c’est à la portée de tous les producteurs qui épandent des effluents d’élevage, font du travail simplifié et ont de faibles niveaux d’intrants. La principale contrainte, c’est de pouvoir stocker la récolte et de recharger le jour de l’enlèvement. »

rgc354_DOSS_BASCARBON_D_AUCLAIRE
Damien Auclaire : "Les contrats bas carbone OleoZE, ça vaut vraiment le coup d’y passer dix minutes".

L’agriculteur apprécie la reconnaissance financière permettant de « valoriser ce qu’on fait déjà au bénéfice de l’environnement ». En plus, cette formule assure « une transparence totale sur la constitution du prix » pas si évidente jusqu’à présent. « Actuellement, j’ai un bonus de 17 euros la tonne, mais en 2020 il était de 40 euros la tonne. Sur un camion, ça représente 1 200 euros de plus : ça vaut vraiment le coup d’y passer dix minutes. »

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures