Aller au contenu principal

« Sur tournesol, le binage me permet d’incorporer un engrais pour gagner en rendement »

Agriculteur à Belleserre (Tarn), Christian Pujol fait d'une pierre deux coups avec le binage : destruction des adventices et incorporation d'un engrais pour en améliorer l'action de nutrition.

Christian Pujol, agriculteur à Belleserre (Tarn)"Ma diversification culturale réduit les problèmes d’adventices, avec des tournesols ne revenant pas avant trois ou quatre ans sur une parcelle."
Christian Pujol, agriculteur à Belleserre (Tarn)"Ma diversification culturale réduit les problèmes d’adventices, avec des tournesols ne revenant pas avant trois ou quatre ans sur une parcelle."
© C. Pujol

« Sur tournesol, j’ai recours au binage en limite de passage de tracteurs à 6-8 feuilles quand j’observe des relevées d’adventices. Ce binage permet, en outre, d’incorporer un engrais Apex de Timac Agro comportant du NPK et du bore (1) que j’ai apporté à 5-6 feuilles de la culture. C’est bénéfique surtout si les conditions sont sèches au moment de l’apport. Par rapport à des parcelles non binées, j’estime gagner entre 1 et 3 q/ha grâce à cette incorporation. J’utilise une bineuse à sept rangs, adaptée à des interrangs de 60 cm du tournesol et du sorgho. Quand les conditions sont bonnes, le passage se fait à 6 ou 7 km/h.

Avant le binage, j’effectue un seul traitement herbicide, en post-semis prélevée avec une association de S-métolachlore et de pendiméthaline (mélange Atic Aqua + S-metolastar). Je vise les graminées estivales (panics, sétaires, digitaires) ainsi que les renouées, morelles… Ma diversification culturale avec des tournesols ne revenant pas avant trois ou quatre ans sur une parcelle réduit les problèmes d’adventices.

Un semis assez tardif à partir de la mi-avril sur des terres suffisamment réchauffées permet de limiter le salissement avec une levée rapide des cultures. Cela diminue également la pression limaces et oiseaux. Un labour est réalisé avant le semis de la moitié de mes tournesols, ce qui contribue encore à réduire le potentiel d’infestation. L’autre moitié est semée après un travail simplifié du sol pour lequel je teste depuis peu un couvert végétal. Je suis dans une démarche de réduction des phytos. Je fais partie d’un groupe Ecophyto 30 000 suivi par la chambre d’agriculture du Tarn. »

120 hectares dont 20 de tournesol. Autres cultures : blé tendre, blé dur, orge, pois, féverole, maïs soja, sorgho. Sols argilo-calcaire, rendement à 23-25 q/ha sur tournesol, non irrigué.

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Un tiers des producteurs envisage de réduire ou d'arrêter la production de maïs semences.
Maïs semences : un tiers des producteurs envisagent de réduire les surfaces ou d’arrêter
Les producteurs de maïs semences affichent un moral en berne après une année 2022 très difficile. La filière cherche des moyens…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures