Aller au contenu principal

Sécheresse : le ministre de l’Agriculture annonce des mesures de soutien aux agriculteurs en difficulté

Le 14 août, à l’occasion d’un déplacement dans le Sud-Ouest, Julien Denormandie a présenté plusieurs mesures d’aides financières et agronomiques aux exploitations agricoles touchées par la sécheresse. Il plaide aussi pour une simplification des procédures pour la création de réserves d'eau.

Denormandie en Haute-Garonne
Ministre de l'agriculture, Julien Denormandie a rencontré des responsables agricoles en haute-Garonne le 14 août.
© Ministère de l'Agriculture

Même si des pluies d’orage se sont abattues dans diverses régions depuis le 10 août, la sécheresse a une nouvelle fois sévèrement endommagé les productions agricoles en France. Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a annoncé une série de mesures de soutien à l’occasion d’un déplacement sur des exploitations agricoles en Haute-Garonne.

« Dans un premier temps, la priorité est de prendre des mesures agronomiques et financières afin d’accompagner les agriculteurs qui connaissent des difficultés liées à l’épisode de sécheresse », reprend un communiqué du ministère.

Dégrèvement de taxe sur le foncier non bâti

Dans les mesures financières figurent des reports ou allègements des cotisations sociales pour les agriculteurs les plus en difficulté. « Ces exploitants peuvent dès maintenant solliciter un échéancier auprès de leur caisse de mutualité sociale agricole », précise le communiqué. Par ailleurs, des dégrèvements individuels ou collectifs de taxe sur le foncier non bâti pourront être mis en œuvre pour les exploitants sinistrés.

Le régime des calamités agricoles sera également activé pour indemniser des producteurs au-delà d’un certain seuil de déclenchement. Enfin, les agriculteurs pourront bénéficier d’une avance de paiement des aides PAC majorée à la mi-octobre avec des taux portés à 70 % pour les aides découplées et à 85 % pour l’ICHN.

Dérogations sur les jachères et cultures dérobées

Les mesures agronomiques portent sur les jachères et les cultures dérobées, avec des dérogations concernant l'exploitation des premières et les dates d'implantation pour les secondes pour les comptabiliser comme structures d'intérêt écologique. L’utilisation possible des jachères par les éleveurs concerne dorénavant 60 départements. Des reports de dates d’implantations des cultures dérobées au titre des SIE avaient déjà été décidés le 7 août. L’autorisation de décaler leur date limite de semis s’étend désormais à 54 départements.

Julien Denormandie a aussi évoqué la question de l’adaptation des exploitations au changement climatique sur le long terme. Une part significative du volet agricole du plan de relance y sera consacrée avec une meilleure utilisation de la ressource en eau (soutien à la recherche et aide à investissement pour du matériel optimisant l’usage de l’eau), sur l’optimisation de la protection des cultures et sur une meilleure résilience des cultures avec par exemple un choix adéquat de variétés. Ce plan de relance comportant un volet climatique sera présenté aux ministres le 25 août.

Le 31 juillet, sur Europe 1, Le ministre Julien Denormandie a plaidé pour une simplification des procédures pour créer de nouvelles retenues d'eau (à partir de 5'20)

Sur Europe 1, le 31 juillet, le ministre a plaidé pour une simplification des procédures pour la création de retenues d'eau. « Il y a un non-sens, car l'hiver on reçoit beaucoup d'eau, et l'été on en manque, a affirmé Julien Denormandie. Comment arrive-t-on à capter de l'eau pendant l'hiver pour l'utiliser pendant l'été ? »

Outre des aides financières, le ministre veut favoriser l'installation de « retenues en eau massives ». « Dans notre pays, faire des retenues d'eau prend huit à dix ans parce que l'on a une palanquée de recours. Face à ça, il faut simplifier les procédures, et le faire dans le dialogue, car c'est le dialogue qui permet de balayer les inquiétudes des uns et des autres », a expliqué le ministre. Des termes proches de ceux employés avant lui par certains de ses prédécesseurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures