Aller au contenu principal
Font Size

[Salon de l’agriculture] Une farine blockchain pour créer de la valeur

La farine Savoir Terre "contribue à l'agriculture durable." © Axereal
La farine Savoir Terre "contribue à l'agriculture durable."
© Axereal

La blockchain. Encore un anglicisme à la mode, qui fait fureur sur le Salon de l’agriculture. Mais la blockchain, qu’est-ce que c’est au juste ? « Rien d’autre qu’un registre digital d’informations », précise Stéfano Volpi, co-fondateur de Connecting Food, entreprise leader sur ce type de service, lors d’une table ronde organisée par Axéreal le 28 février dernier. Le principal intérêt d’une blockchain est de réunir des informations infalsifiables et vérifiables : elles sont distribuées sur plusieurs serveurs, par blocs d’informations, d’où son nom. Via sa filiale Axiane Meunerie, la coopérative agricole a lancé il y a quelques semaines la première farine blockchain vendue au détail, en paquets de 1 kg. Référencée dans les principales enseignes de la grande distribution, elle a déjà été vendue à 300 000 unités sous la marque « Savoir Terre », détrônant au passage plusieurs références. Le paquet est facilement reconnaissable : l’un des 9 agriculteurs qui participent à ce projet est en photo individuelle sur le paquet. En scannant le flash code avec son smart phone, puis en rentrant la DLC figurant sur le paquet, on obtient instantanément des informations sur la fabrication de la farine : le producteur de blé, son prénom, sa photo, sa commune, les conditions de stockage, le site et la date de transformation, le lieu et la date de conditionnement. « Dans chaque paquet, il y a au maximum le blé de 3 producteurs » explique Benjamin Gayraud, responsable marketing GMS d’Axiane Meunerie. Chaque maillon rentre ses informations, à commencer par les agriculteurs, au travers d’un logiciel de traçabilité. L’intérêt de telles informations ? Recréer un lien de confiance. « Le consommateur sait que toute l’information est disponible. » Pour les producteurs et les meuniers, cette farine crée une « valeur additionnelle ». Une valeur ajoutée supplémentaire. « Je commercialise 150 t de blé tendre à un prix garanti fixé pour trois ans », se félicite Adrien Guyard, l’un des agriculteurs partenaires du projet. Le prix contractuel, confidentiel, semble attractif et a du moins des effets « qui se voient sur mon compte de résultat ». Pour l’agriculteur, ce contrat n’a pas modifié la charge de travail. « Toute la traçabilité est faite depuis longtemps sur la ferme. La blockchain, c’est quelque chose que l’on sait faire et ça permet de montrer ce que nous savons faire. »

Lire aussi : Le commerce équitable s’installe dans le paysage céréalier français

En vidéo : Le lait d'Ingredia est traçé par Connecting Food grâce à sa blockchain

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Jaunisse sur betterave
Crise/betteraves : le gouvernement ouvre la porte à l'usage dérogatoire des néonicotinoïdes
Le ministère de l'Agriculture annonce qu'il fera une proposition législative pour permettre d'utiliser des traitements de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures