Aller au contenu principal

[Salon de l’agriculture] Une farine blockchain pour créer de la valeur

La farine Savoir Terre "contribue à l'agriculture durable." © Axereal
La farine Savoir Terre "contribue à l'agriculture durable."
© Axereal

La blockchain. Encore un anglicisme à la mode, qui fait fureur sur le Salon de l’agriculture. Mais la blockchain, qu’est-ce que c’est au juste ? « Rien d’autre qu’un registre digital d’informations », précise Stéfano Volpi, co-fondateur de Connecting Food, entreprise leader sur ce type de service, lors d’une table ronde organisée par Axéreal le 28 février dernier. Le principal intérêt d’une blockchain est de réunir des informations infalsifiables et vérifiables : elles sont distribuées sur plusieurs serveurs, par blocs d’informations, d’où son nom. Via sa filiale Axiane Meunerie, la coopérative agricole a lancé il y a quelques semaines la première farine blockchain vendue au détail, en paquets de 1 kg. Référencée dans les principales enseignes de la grande distribution, elle a déjà été vendue à 300 000 unités sous la marque « Savoir Terre », détrônant au passage plusieurs références. Le paquet est facilement reconnaissable : l’un des 9 agriculteurs qui participent à ce projet est en photo individuelle sur le paquet. En scannant le flash code avec son smart phone, puis en rentrant la DLC figurant sur le paquet, on obtient instantanément des informations sur la fabrication de la farine : le producteur de blé, son prénom, sa photo, sa commune, les conditions de stockage, le site et la date de transformation, le lieu et la date de conditionnement. « Dans chaque paquet, il y a au maximum le blé de 3 producteurs » explique Benjamin Gayraud, responsable marketing GMS d’Axiane Meunerie. Chaque maillon rentre ses informations, à commencer par les agriculteurs, au travers d’un logiciel de traçabilité. L’intérêt de telles informations ? Recréer un lien de confiance. « Le consommateur sait que toute l’information est disponible. » Pour les producteurs et les meuniers, cette farine crée une « valeur additionnelle ». Une valeur ajoutée supplémentaire. « Je commercialise 150 t de blé tendre à un prix garanti fixé pour trois ans », se félicite Adrien Guyard, l’un des agriculteurs partenaires du projet. Le prix contractuel, confidentiel, semble attractif et a du moins des effets « qui se voient sur mon compte de résultat ». Pour l’agriculteur, ce contrat n’a pas modifié la charge de travail. « Toute la traçabilité est faite depuis longtemps sur la ferme. La blockchain, c’est quelque chose que l’on sait faire et ça permet de montrer ce que nous savons faire. »

Lire aussi : Le commerce équitable s’installe dans le paysage céréalier français

En vidéo : Le lait d'Ingredia est traçé par Connecting Food grâce à sa blockchain

 

 

 

Les plus lus

© Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
L’artificialisation continue de prélever des terres agricoles
L’artificialisation des sols continue de grignoter les terres agricoles. Elle se chiffre en milliers d’hectares chaque année mais…
© MNHN
Biodiversité : comment enrayer le déclin des oiseaux dans les campagnes
Les oiseaux disparaissent des champs. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’agriculture avec nombre de ces espèces qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures