Aller au contenu principal

Revenu/grandes cultures : « Nous nous sommes toujours adaptés, mais je suis plus inquiet qu’avant »

Yves Bollé, agriculteur à Cambronne-lès-Clermont, dans l’Oise, a vu sa situation économique se dégrader depuis le début des années 2000. Il a dû développer des activités de diversification pour maintenir son revenu, au prix d’une charge de travail conséquente.

« J’arrive en fin de carrière, fatigué de me battre pour rester debout face à tous les obstacles, malgré la passion pour ce métier », affirme Yves Bollé, agriculteur dans l'Oise. © P. Bollé
« J’arrive en fin de carrière, fatigué de me battre pour rester debout face à tous les obstacles, malgré la passion pour ce métier », affirme Yves Bollé, agriculteur dans l'Oise.
© P. Bollé

Chez Yves Bollé, 2016 avait été une année difficile, entraînant des reports d’annuités et des emprunts supplémentaires. Et 2020 est survenue alors que tout n’était pas encore épongé. « Cette année est pire que 2016, car c’est la catastrophe sur toutes les cultures », explique l’agriculteur de 59 ans. Il le reconnaît : « J’arrive en fin de carrière, fatigué de me battre pour rester debout face à tous les obstacles, malgré la passion pour ce métier. »

Installé depuis 1982, Yves Bollé a vu la situation se dégrader fortement depuis une vingtaine d’années. « Nous avions diversifié notre activité au début des années 1990 avec la vente de sapins de Noël, raconte-t-il. Puis j’ai monté une société de vente de pailles et de fourrages pour les centres équestres et les particuliers. C’est beaucoup de travail afin de maintenir un revenu. »

« Tous les ans, on nous grignote les DPB »

Sur la ferme, tout se passait bien jusqu’au début des années 2000, puis « le prix des intrants et du matériel ont explosé, tandis que les prix des céréales n’ont pas évolué ». S’y est ajoutée la diminution des aides PAC. « Tous les ans, on nous grignote les DPB. Ce n’est pas normal. Les aides étaient au départ des aides compensatoires, afin de compenser le fait que nos produits devaient être vendus aux cours mondiaux. On est toujours au cours mondial, mais les aides baissent. Les promesses n’ont pas été tenues. »

À ces questions économiques s’ajoute un contexte de contraintes administratives. « Nous subissons une pression de l’administration pour implanter des couverts SIE alors que c’est techniquement impossible. On se pose en permanence la question de savoir ce que l’on a le droit de faire, qu’il s’agisse des épandages ou du broyage. Ça complique fortement l’organisation du travail. »

« Nous manquons d’outils pour gérer les énormes fluctuations »

Le moment de passer le flambeau à sa fille approche. « Pourra-t-elle reprendre ? Ne sera-t-elle pas obligée de conserver une activité à l’extérieur, au moins tant que je pourrai aider sur la ferme, s’interroge Yves Bollé. Et faudra-t-il diversifier un peu plus l’activité si le revenu dégagé par les cultures alimentaires reste insuffisant, notamment pour faire face aux nécessaires emprunts qu’implique l’installation ? Nous manquons d’outils pour gérer les énormes fluctuations de nos ressources et sécuriser une trésorerie long terme. Le monde agricole s’est toujours adapté, mais là, je suis plus inquiet qu’auparavant. »

SAU de 218 ha (blé, betteraves, pommes de terre, escourgeon, avoine, tournesol, maïs).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures