Aller au contenu principal

Revenu/grandes cultures : « Nous nous sommes toujours adaptés, mais je suis plus inquiet qu’avant »

Yves Bollé, agriculteur à Cambronne-lès-Clermont, dans l’Oise, a vu sa situation économique se dégrader depuis le début des années 2000. Il a dû développer des activités de diversification pour maintenir son revenu, au prix d’une charge de travail conséquente.

« J’arrive en fin de carrière, fatigué de me battre pour rester debout face à tous les obstacles, malgré la passion pour ce métier », affirme Yves Bollé, agriculteur dans l'Oise. © P. Bollé
« J’arrive en fin de carrière, fatigué de me battre pour rester debout face à tous les obstacles, malgré la passion pour ce métier », affirme Yves Bollé, agriculteur dans l'Oise.
© P. Bollé

Chez Yves Bollé, 2016 avait été une année difficile, entraînant des reports d’annuités et des emprunts supplémentaires. Et 2020 est survenue alors que tout n’était pas encore épongé. « Cette année est pire que 2016, car c’est la catastrophe sur toutes les cultures », explique l’agriculteur de 59 ans. Il le reconnaît : « J’arrive en fin de carrière, fatigué de me battre pour rester debout face à tous les obstacles, malgré la passion pour ce métier. »

Installé depuis 1982, Yves Bollé a vu la situation se dégrader fortement depuis une vingtaine d’années. « Nous avions diversifié notre activité au début des années 1990 avec la vente de sapins de Noël, raconte-t-il. Puis j’ai monté une société de vente de pailles et de fourrages pour les centres équestres et les particuliers. C’est beaucoup de travail afin de maintenir un revenu. »

« Tous les ans, on nous grignote les DPB »

Sur la ferme, tout se passait bien jusqu’au début des années 2000, puis « le prix des intrants et du matériel ont explosé, tandis que les prix des céréales n’ont pas évolué ». S’y est ajoutée la diminution des aides PAC. « Tous les ans, on nous grignote les DPB. Ce n’est pas normal. Les aides étaient au départ des aides compensatoires, afin de compenser le fait que nos produits devaient être vendus aux cours mondiaux. On est toujours au cours mondial, mais les aides baissent. Les promesses n’ont pas été tenues. »

À ces questions économiques s’ajoute un contexte de contraintes administratives. « Nous subissons une pression de l’administration pour implanter des couverts SIE alors que c’est techniquement impossible. On se pose en permanence la question de savoir ce que l’on a le droit de faire, qu’il s’agisse des épandages ou du broyage. Ça complique fortement l’organisation du travail. »

« Nous manquons d’outils pour gérer les énormes fluctuations »

Le moment de passer le flambeau à sa fille approche. « Pourra-t-elle reprendre ? Ne sera-t-elle pas obligée de conserver une activité à l’extérieur, au moins tant que je pourrai aider sur la ferme, s’interroge Yves Bollé. Et faudra-t-il diversifier un peu plus l’activité si le revenu dégagé par les cultures alimentaires reste insuffisant, notamment pour faire face aux nécessaires emprunts qu’implique l’installation ? Nous manquons d’outils pour gérer les énormes fluctuations de nos ressources et sécuriser une trésorerie long terme. Le monde agricole s’est toujours adapté, mais là, je suis plus inquiet qu’auparavant. »

SAU de 218 ha (blé, betteraves, pommes de terre, escourgeon, avoine, tournesol, maïs).

Les plus lus

Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Moisson 2021 : brève accalmie avant de nouvelles pluies ?
De nouveaux orages sont annoncés pour la fin de semaine. Pour préserver la qualité de la récolte, les moissonneuses s’activent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures