Aller au contenu principal

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours

Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette nervosité s'explique notamment par des mesures de restriction à l'export pour le blé russe, et par des achats gargantuesques de la Chine en maïs, tandis que la sécheresse menace le continent sud-américain.

Le blé a atteint 230 euros/tonne à Rouen le 15 janvier, au plus haut depuis 2013.
© G. Omnès

C’est ce que les traders appellent une situation « bullish ». Blé, orge, maïs, colza : les marchés des grains se sont lancés dans une impressionnante course à la hausse depuis quelques semaines. Le 18 janvier, le blé tendre rendu Rouen s’est hissé à 234 €/t, au plus haut depuis juin 2013. Il était à environ 200 €/t il y a à peine plus d’un mois.

Même constat pour le maïs, qui a largement dépassé les 200 €/t rendu Bordeaux (215 €/t le 18 janvier), et pour l’orge, qui continue sa progression commencée l’été dernier, portée par les autres céréales et les importations massives de la Chine. « À la différence des mouvements de hausse des dernières années, nous sommes loin d’un épiphénomène qui touche un produit distinct, à cause d’un incident climatique ponctuel et d’une une mauvaise récolte ici ou là, souligne Sébastien Poncelet, chez Agritel. Nous assistons aujourd’hui à une inflation généralisée de l’ensemble des prix des grains. »

Taxe et quota à l'export en Russie

Pour le blé, cet échauffement des prix s’explique très largement par la politique russe. Depuis le début de la campagne, les exportations de blé de la Russie affichent un rythme effréné, généré par la bonne demande mondiale. De nombreux pays veulent en effet assurer leur approvisionnement dans un contexte rendu incertain par la crise sanitaire. Cette situation se traduit par une inflation domestique en Russie que les pouvoirs publics entendent faire retomber en limitant l’export. Pour cela, le gouvernement a annoncé la mise en place d’une taxe à l’export de 25 €/t entre le 15 et le 28 février, qui passera à 50 €/t à partir du 1er mars.

Cette mesure se double d’un quota à l’export : la Russie limitera à 17,5 millions de tonnes (Mt) l’export de céréales entre le 15 janvier et le 30 juin. Ces annonces ont évidemment renforcé la tendance haussière de l’ensemble des origines. D’autant plus que les autorités russes laissent planer l’idée de l’instauration d’une taxe flottante pour la prochaine campagne. Les conséquences du froid dans certaines parties du pays, où les céréales n'étaient pas protégées par une couche de neige, sont encore incertaines.

Des importations chinoises de maïs multipliées par quatre

La révision à la baisse de la production argentine de blé, frappée de sécheresse, a également apporté son écot haussier. Avec la petite production européenne, ces nouvelles confèrent une grande importance aux exportations australiennes, où la récolte record va conduire à de larges stocks. Mais encore faut-il que la logistique suive. Cette incertitude quant aux origines réellement disponibles avant la prochaine récolte alimente la hausse des cours.

Le blé est en outre supporté par un marché de plus en plus tendu en maïs. « Les prix sont très élevés et continuent à grimper depuis la mi-décembre, pour atteindre des niveaux qui n’avaient pas été atteints depuis longtemps », a expliqué le 13 janvier Marc Zribi, chef de l’unité grains et sucre de FranceAgriMer. Les importations faramineuses de la Chine (attendues à 17,5 Mt par l’USDA cette saison, contre 8 Mt la campagne passée et entre 3 et 5 Mt en année normale) y sont pour beaucoup dans la nervosité du bilan mondial. Facteur aggravant : les conditions très sèches en Amérique du Sud font craindre pour la récolte à venir.

La tension est encore montée d’un cran avec les velléités de l’Argentine, fin décembre, de restreindre ses exportations de maïs pour limiter la hausse des prix domestiques. Devant la levée de boucliers suscitée par cette annonce dans le camp des agriculteurs, le gouvernement a fait marche arrière. Il a conclu un accord avec les organisations professionnelles agricoles pour garantir l’approvisionnement intérieur.

L’orge fourragère a elle aussi poursuivi son ascension entamée l’été dernier. À 214 €/t le 18 janvier, la céréale retrouvait son niveau de l’été 2018. La Russie, qui a exécuté 80 % de son programme prévisionnel d’export entre juin et fin décembre, a mis en place, comme pour le blé, une taxe à l’export pour le reste de la campagne. L'orge française, elle, continue de profiter des achats de la Chine.

Le Snia s'alarme de la hausse du prix des matières premières et de son impact sur les élevages

En France, cette situation inquiète le Syndicat national de l’industrie de la nutrition animale (SNIA), qui a prévenu que « l’augmentation du coût de l’alimentation des animaux liée à celle des matières premières est une réalité que les filières françaises doivent intégrer dans leur stratégie », malgré les stratégies mises en œuvre par les fabricants pour « limiter au maximum le surcoût pour l’élevage français ».

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Thierry Royer et Bruno Bremenson, agriculteurs dans l'Orne."Avec une prestation de coupe et déchiquetage assurée par Bois négoce énergie, les haies nous rapportent 12 euros la tonne de bois plaquette." © C. Gloria
Les haies, des atouts agronomiques et une source de revenu
Au-delà de l’intérêt environnemental et agronomique, deux producteurs de grandes cultures de l’Orne valorisent économiquement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures