Aller au contenu principal

[Covid-19] Les pommes de terre confrontées à l'accumulation de stocks en Europe

Les producteurs de pommes de terre de transformation sont fortement touchés par la chute de consommation liée au confinement. La filière a rendez-vous le 20 mai avec le ministre de l’Agriculture.

Des stocks de pommes de terre s'accumulent dans tous les grands pays producteurs d'Europe en raison de la baisse de consommation de produits transformés.
© G. Coisel

Le Comité national interprofessionnel de la pomme de terre (CNIPT) a publié le 13 mai son bilan des achats de pommes de terre des ménages français. L’envolée des achats de pommes de terre depuis le confinement (+35 % dans la grande distribution sur la période du 23 mars au 19 avril 2020) et la hausse des exportations (+18 %) cache mal une crise majeure. Le secteur de la restauration représente 80 % des ventes totales de l’industrie de la transformation de pommes de terre. C'est donc un débouché crucial qui a été mis à l'arrêt par la crise du Covid-19.

2 millions de tonnes en stock

Le groupement de producteurs européen (NEPG) estime le stock de pommes de terre de transformation de la récolte 2019 à 2 millions de tonnes (Mt) en Europe, dont 250 000 tonnes en France et 1 Mt aux Pays-Bas. L’ensemble des pays producteurs est frappé par la crise. Aux Pays-Bas comme en Belgique et en France, les interprofessions se mobilisent. « Selon le type de produit, 60 à 90 % de la demande a soudainement diminué », rappelle l’interprofession néerlandaise Bo-akkerbouw. L’industrie agroalimentaire belge et néerlandaise transforme annuellement 1,5 million de tonnes de pommes de terre françaises, soit la moitié de la production hexagonale destinée à l'industrie.

Plus que la fermeture des usines, c’est le stock de produits transformés et l’absence de commande qui posent problème. « Les entrepôts frigorifiques pour les produits à base de pommes de terre sont remplis jusqu’au toit », rapporte le NEPG. Que faire de ces stocks ? Les plannings sont décalés et la campagne 2020-2021 sera raccourcie, mais une large part pourrait finir en alimentation du bétail, dans les digestats de méthaniseurs, en amidon, voire en dons. Pour ces mesures, le Groupement interprofessionnel pour la valorisation de la pomme de terre (GIPT) réclame un soutien financier public à hauteur de 35 millions d’euros et les représentants de la filière devaient rencontrer le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume, le 20 mai, en visioconférence.

Quid de la récolte en cours ?

« Une projection 2020, basée sur les surfaces 2019 et un rendement moyen déboucherait sur une surproduction », alerte l’Union nationale des producteurs de pommes de terre. « Les volumes contractuels ont dû être ajustés chez plusieurs acheteurs », indique Belpotato, organisation belge de la pomme de terre. La majorité des pommes de terre de transformation est produite sous contrat. Pour Christian Vanderheyden, président de l’interprofession GIPT, le risque est clair : « une déstabilisation de tous les marchés de la pomme de terre. »

Veiller au respect des règles en cas de vente directe

Dans ce contexte très difficile pour les producteurs, certains s'essaient à la vente directe. L'UNPT appelle « à la vigilance sur le respect de la réglementation applicable sur le marché du frais concernant la qualité, les calibres, les poids des produits vendus en direct aux consommateurs ». L'union des producteurs souligne en outre qu'il convient « de bien préciser le type d’utilisation culinaire adéquate en fonction des variétés commercialisées, afin de ne pas décevoir le consommateur en cas d’une recette inadaptée ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures