Aller au contenu principal

Oiseaux : des dizaines de millions d’euros de dégâts en cultures

Maïs, tournesol, cultures légumières… les pigeons et corvidés occasionnent des gros dégâts, mais très variables selon les années et les conditions de cultures. Les filières ont tenté de chiffrer l’impact économique.

La proximité de villes ou villages peut favoriser l'installation de troupes importantes de pigeons bisets sur les cultures.
La proximité de villes ou villages peut favoriser l'installation de troupes importantes de pigeons bisets sur les cultures.
© Gabriel Omnès

Entre 25 et 45 millions d’euros : c’est l’estimation de la nuisibilité économique annuelle des corvidés (corneille noire, corbeau freux, choucas des tours) sur le maïs, selon les chiffres présentés lors d’un colloque sur les dégâts d’oiseaux à Paris le 24 novembre dernier. « Compte tenu de la forte nuisibilité en cas d’attaque, les corvidés sont classés au troisième rang des ravageurs sur maïs, précise Jean-Baptiste Thibord, Arvalis. L’essentiel des dommages économiques a lieu entre la levée et le stade 3-4 feuilles avec des pertes de plantules. De fortes attaques peuvent conduire à l’abandon de la culture ou à devoir réaliser un nouveau semis, ce qui entraîne des dépenses directes importantes et réduit fortement le potentiel de rendement de la culture. »

Les 2,6 millions d’hectares de maïs semés chaque printemps sont potentiellement exposés à un risque, mais environ 7,5 % des surfaces seraient effectivement concernées par des dégâts significatifs de corvidés en moyenne chaque année, selon des données Arvalis. L’étendue et l’intensité des attaques connaissent une très forte fluctuation selon les années et les conditions. Jean-Baptiste Thibord expose trois éléments qui jouent sur les attaques potentielles : « L’exposition de la parcelle à proximité de lieux de vie des corvidés (villes, bois…), les conditions de préparation de sol et de levée, la protection des semis de maïs. » Sur ce dernier point, un produit de traitement de semences est encore disponible (Korit, à base de zirame) mais pourrait être interdit à terme. Concernant le sol, les préparations avec un sol soufflé et peu rappuyé facilitent l’action des oiseaux.

20 millions d’euros d’impact pour le seul tournesol

Autre culture très exposée : le tournesol. L’institut Terres Inovia dresse régulièrement un état des lieux des dégâts sur la base des déclarations d’agriculteurs. Davantage que les corvidés, ce sont les pigeons (ramier et biset féral) qui détruisent les jeunes plants, à tel point que des agriculteurs renoncent parfois à cultiver le tournesol. « Tous les bassins de production sont concernés. Les pertes économiques s’élèvent à 330 €/ha en cas de ressemis de la culture ou 220 €/ha sans ressemis, soit 24 à 37 % de la marge brute indicative, précise Christophe Sausse, Terres Inovia. Nous estimons à un tiers la proportion des parcelles faisant l’objet d’une attaque. En prenant comme hypothèse 10 % de parcelles vraiment impactées dont la moitié est ressemée, l’impact direct serait, pour une sole de 777 000 hectares, de l’ordre de 20 millions d’euros au niveau national chaque année. Cela reste un ordre de grandeur indicatif. » Les colombidés consomment les jeunes plants dès l’émergence. La nuisibilité n’est effective que si la tige est coupée sur le tournesol.

Des productions légumières fortement touchées par les attaques d’oiseaux

La filière de légumes de plein champ constate une problématique croissante depuis de nombreuses années. Pigeons et corvidés sont mis à la même enseigne. « Au niveau national, il y a peu ou pas d’estimation de surface et de pertes économiques sur les dégâts d’oiseaux pour la filière légumes, remarque Thomas Deslandes, du CTIFL. Au niveau plus local, une enquête de la chambre d’agriculture du Finistère en 2015 avait mis en avant que près de 90 % des agriculteurs interrogés faisaient mention de dégâts. Mais peu remplissaient des déclarations de dégâts (21 %). Sur la période 2008-2015, la moyenne des dégâts déclarés dans le Finistère était de près de 84 000 euros pour les choucas des tours et 80 000 euros pour le pigeon ramier. »

La journée consacrée aux dégâts d’oiseaux a montré que, malheureusement, aucune méthode de protection des cultures ne donnait globalement satisfaction avec, en plus, des attaques difficilement prédictibles des volatiles. Toutefois, il est important de faire les déclarations de dégâts pour leur prise en compte officielle par les pouvoirs publics et la mise en œuvre de mesures ad-hoc, comme celles de destructions directes.

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Chaque culture peut être assurée avec une franchise qui lui est propre, et le déclenchement se fait à la culture en cas de sinistre.
Assurance récolte: comprendre la réforme qui s'applique en 2023
Le nouveau dispositif qui articule solidarité nationale et assurance récolte privée entre en vigueur. Objectif : convaincre un…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Dans le nouveau référentiel HVE, le durcissement du barème de points de l'item "bilan azoté" et la vulnérabilité aux impacts de la météo renforcent le risque de ne pas obtenir les points nécessaires pour le volet fertilisation.
HVE : qu’est-ce que change le nouveau référentiel ?
Le nouveau référentiel HVE est plus exigeant mais diversifie les possibilités d’obtenir les points nécessaires à la certification…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures