Aller au contenu principal

Néonicotinoïdes/betteraves : le Sénat adopte la ré-autorisation

Le Sénat vient d’adopter la loi ré-autorisant les néonicotinoïdes en traitement de semences de betteraves. Un vote salué par la filière mais qui fait débat.

La ré-autorisation des néonicotinoïdes doit permettre de maintenir les surfaces et la production de betteraves en 2021.
© L. Vimond

Après les députés le 6 octobre, le Sénat a adopté le 27 octobre 2010 le projet de loi autorisant le réemploi des néonicotinoïdes en traitement de semence pour les betteraves sucrières. L’adoption définitive du texte devrait être rapidement effective, pour une entrée en vigueur en décembre. Les semences de la campagne 2021 pourront donc être enrobées de traitements de semences à base d’imidaclopride, dont le célèbre Gaucho.

Dérogation pour autoriser les néonicotinoïdes jusqu'en 2023

Le texte, défendu par le ministre de l’agriculture, entend répondre à une crise sans précédent pour la filière betteravière. Face à une forte épidémie de jaunisse, les rendements sont en forte baisse, à leur plus bas depuis plus de 20 ans avec une production « nettement inférieure » à 30 millions de tonnes.

Les dérogations à l’interdiction des néonicotinoïdes seront possibles durant trois ans, jusqu’au 1er juillet 2023. En attendant, une commission composée de 4 députés et 4 sénateurs sera chargé du suivi de la recherche d’alternatives.

De vifs débats, y compris au sein du monde agricole

Comme à l’Assemblée, le texte n’a pas fait l’unanimité : plus de 40 % des sénateurs ont voté contre. Le sujet suscite de vifs débats au sein de la société, y compris au sein du monde agricole. La Confédération Générale des planteurs de Betteraves (CGB) a salué un « vote pragmatique des députés et sénateurs » quand la Confédération Paysanne a déploré « des raccourcis, parfois des mensonges de la campagne pro-néonicotinoides » et plaidé pour de meilleurs prix. « Pour nous, la réponse n’est pas de réintro­duire les néonicotinoïdes, mais bien de re­trouver un prix rémunérateur de la betterave ».

L’évolution des surfaces 2021 dira si cette ré-autorisation résout l’équation des planteurs de betteraves.

 

Plus d’interdictions de phytos sans alternatives

Au-delà d’un blanc-seing à la filière betteravière, les sénateurs ont voté un amendement imposant avant toute nouvelle interdiction de phytos une étude par l’ANSES des alternatives existantes. Un autre amendement autorise le gouvernement à « prendre des mesures de sauvegarde si des produits alimentaires importés ne respectent pas les normes requises en France ». Une consécration du principe « n’importons pas l’agriculture dont nous ne voulons pas ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures