Aller au contenu principal

Moisson 2022 : petite récolte pour le blé dur, la tension perdure

Surfaces toujours en berne, rendements fortement pénalisés par le temps chaud et sec particulièrement violent dans le sud de la France... Le blé dur connaît une nouvelle année difficile, alors que les stocks sont déjà bas.

Largement cultivé dans la moitié sud, le blé dur a été exposé aux assauts de la sécheresse, qui a sévi précocement dans la partie méridionale du pays.
Largement cultivé dans la moitié sud, le blé dur a été exposé aux assauts de la sécheresse, qui a sévi précocement dans la partie méridionale du pays.
© R. Lombard

La moisson 2022 n’atténuera guère la tension du marché du blé dur, au moins en France et en Europe. Dans l’Hexagone, les surfaces récoltées étaient encore en repli cet été, à 256 000 hectares, contre près de 300 000 hectares en 2021. Le rendement n’est pas venu sauver la mise de la céréale. Largement cultivé dans la moitié sud, le blé dur a été exposé aux assauts de la sécheresse, qui a sévi précocement dans la partie méridionale du pays. Le rendement moyen estimé par Agreste est de 53 q/ha, légèrement en dessous de 2021. Conséquence : la production nationale cède 0,2 million de tonnes (Mt) sur un an, à 1,4 Mt. C’est près de 20 % en dessous de la moyenne quinquennale.

Comme pour le blé tendre, le blé dur affiche une grande variabilité de rendements sur la zone de collecte d’Axéréal (grande région Centre), entre 50 et 85 q/ha. Très forte hétérogénéité également chez Océalia, mais un cran en dessous : sur le territoire de la coopérative qui couvre le Poitou-Charentes et une partie du Limousin, le rendement moyen avoisine les 50 q/ha, 10 q/ha plus bas que la moyenne historique de la zone.

Au moins, la qualité ne sera pas un obstacle à sa commercialisation. « La moucheture est très peu présente et le mitadinage reste limité », signale Arvalis. Selon les premiers résultats partiels de l’enquête de l’institut, les poids spécifiques sont très largement supérieurs à 76, et 80 % des lots analysés affichaient des teneurs en protéines supérieures à 13,5 %. Les taux en protéines sont toutefois très variables, atteignant « régulièrement les 14 %, à l’exception du Sud-Est ».

Ces qualités permettent d’accéder sans encombre au débouché de la semoulerie, d’autant plus que la production de blé dur est en repli dans les principaux pays producteurs européens. Le cabinet d’analyse Tallage prévoit ainsi une nette hausse des importations en Europe (principalement en Italie) cette saison pour maintenir un stock final déjà à l’étiage. La seule note de détente provient des récoltes confortables attendues en Amérique du Nord, et notamment au Canada. Il faudra au moins cela pour remonter légèrement les réserves mondiales. Elles avaient fondu l’an passé sous l’effet du dôme de chaleur qui avait carbonisé la production canadienne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

« Pour valoriser les apports organiques, je privilégie les épandages d’automne afin de laisser le temps à la matière organique de se minéraliser », explique Théophile Le tierce.
Agriculture biologique : « La hausse des prix en conventionnel me permet de vendre du blé à 380 €/t en C2 »
Pour Théophile Letierce, agriculteur en conversion bio à Saclay (91), le contexte actuel ne remet pas en cause sa conversion en…
Un semis à la volée peut être pratiqué avec un semoir adapté sur un déchaumeur.
Semis du blé à la volée : une pratique économe mais des conditions à respecter
Le semis du blé à la volée peut contribuer à optimiser les charges de mécanisation et à gagner du temps. Il convient à tous les…
Selon une étude d'Arvalis un système bio autonome dégage la meilleure marge nette, devant un système conventionnel avec une forte pression graminée et un système conventionnel classique.
Conversion au bio en grandes cultures : est-ce encore rentable ?
Des prix qui stagnent et de faibles disponibilités en fertilisants organiques interrogent bien des producteurs engagés en…
Avec la nouvelle PAC, les aides dédiées à l'agriculture vont se concentrer sur l'aide à la conversion, mais d'autres subventions, comme la dotation JA, peuvent constituer un levier intéressant.
Agriculture biologique : quel avenir pour les aides à la bio ?
Dans la nouvelle PAC, l'aide au maintien de l'agriculture biologique disparaît, ce qui sera en partie compensé par une hausse des…
Pour l'entreprise Yara, les prix des engrais vont rester fermes, avec des craintes pour la logistique en raison d'usines européennes à l'arrêt.
Engrais azotés : l'industriel Yara s'inquiète de possibles ruptures d'approvisionnement
L’entreprise de fabrication d’engrais norvégienne Yara a souligné la fragilité actuelle des chaînes logistiques dans l'…
Jean-Baptiste Tribut, agriculteur à Tronchoy dans l'Yonne, a réalisé en 2021 un diagnostic Mécagest, afin de connaître précisément ses coûts de mécanisation.
Charges de mécanisation : « Je n’achète que du matériel d’occasion pour limiter les coûts »
Agriculteur dans l’Yonne, Jean-Baptiste Tribut ne travaille qu’avec du matériel d’occasion, parfois vieillissant. Il obtient des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures