Aller au contenu principal

Betterave : « Malgré 4 ans de pertes, j’ai encore envie d'y croire. »

Vincent Guyot, agriculteur à Étaves-et-Bocquiaux, dans l’Aisne, souligne l’intérêt de la betterave comme tête de rotation, mais déplore une marge insuffisante au regard d’autres cultures.

Vincent Guyot : "La betterave est une excellente tête d’assolement dans ma rotation."
Vincent Guyot : "La betterave est une excellente tête d’assolement dans ma rotation."

"Je cultive des betteraves depuis dix ans. Depuis quatre ans je perds de l’argent mais je continue. L’intérêt agronomique de la betterave est indéniable : elle reste une excellente tête d’assolement dans ma rotation, en particulier dans les sols calcaires, où elle s’en tire mieux que les autres cultures de printemps. Ici, les rendements sont bons. Nous ne sommes pas concernés par les attaques de pucerons et de charançons.

Économiquement, la rémunération actuelle des betteraves ne permet pas de couvrir mes coûts de production. Comparée aux autres cultures, la marge reste ridicule. C’est pire en tenant compte de l’effet précédent, où la betterave fait moins bien qu’un pois protéagineux : un blé de betterave produit 20 quintaux par hectare de moins qu’un blé de pois, malgré un apport azoté plus élevé.

Je continue la betterave parce que je suis engagé par contrat jusqu’en 2027 avec Tereos, que j’ai une fibre betteravière et que j’ai encore envie d’y croire. La sucrerie est à 10 kilomètres de la ferme. Je rêve d’une betterave à 50 euros la tonne !"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Après 67 ans, faire valoir ses droits à la retraite empêchera de toucher les aides PAC, a tranché le ministère de l'Agriculture.
Après 67 ans, il faudra choisir entre aides PAC et retraite
À compter de 2023, les agriculteurs âgés d’au moins 67 ans ne bénéficieront des aides PAC que s’ils ne prennent pas leur retraite.
Aurélie et Anthony Quillet. « Dans la perspective d'une éventuelle transmission à nos enfants, qui sont encore jeunes, la holding permet de ne fermer aucune porte tout en confortant nos capacités de capitalisation et d’investissement. »
« Nous avons créé une holding pour assurer la pérennité de la ferme »
Pour Anthony et Aurélie Quillet, engagés dans l’agriculture de conservation, la durabilité doit être écologique mais aussi…
Vincent Guyot : "La betterave est une excellente tête d’assolement dans ma rotation."
Betterave : « Malgré 4 ans de pertes, j’ai encore envie d'y croire. »
Vincent Guyot, agriculteur à Étaves-et-Bocquiaux, dans l’Aisne, souligne l’intérêt de la betterave comme tête de rotation, mais…
Le nombre des exploitations françaises a baissé de 21 % entre 2010 et 2020, un rythme moins rapide qu'au cours des décennies précédentes.
Recensement agricole : 5 grandes tendances pour les fermes françaises entre 2010 et 2020
Le recensement agricole a dévoilé ses premiers chiffres, confirmant la baisse du nombre d’exploitations et la hausse de la…
Le législateur confie l’instruction des dossiers de transferts partiels de parts sociales aux SAFER, qui alerteront les services de l’État si nécessaire.
Contrôle des Safer : ce qui change avec la nouvelle loi
Les sénateurs et les députés ont adopté en urgence une proposition de loi qui confie à la Safer le contrôle de tous les…
Pour connaître les besoins azotés du blé, des mesures sur feuilles doivent être pratiquées régulièrement pour piloter la fertilisation avec l'outil Appi'N.
Fertilisation azotée : le pilotage intégral sur blé fait ses classes
Avec les outils Appi’N et CHN-conduite, le pilotage intégral de la fertilisation azotée sur blé doit encore faire ses preuves,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures