Aller au contenu principal

Interculture : « La méthode Merci m’a énormément aidé à progresser sur les couverts »

Franck Baechler est agriculteur en agriculture de conservation des sols à Dhuizon, Loir-et-Cher. Il travaille à faire remonter le taux de matière organique de ses sols. La méthode Merci lui apporte de précieuses informations sur la captation d'azote, de phosphore et de potasse par ses couverts.

Franck Baechler © F. Baechler
"La méthode Merci m’apporte des indications sur l’évolution des éléments nutritifs dans les couverts mais, pour le moment, cela ne m’amène pas à modifier la fertilisation des cultures qui suivent", explique Franck Baechler
© F. Baechler
« J’ai repris une exploitation il y a trois ans avec les sols sablo-limoneux sur argiles caractéristiques de la Sologne, très hydromorphes l’hiver et séchants l’été. Les terres de l’exploitation se caractérisent par un taux faible de matière organique 0,5 à 1,5 point. Je travaille à faire remonter ces teneurs avec les techniques d’agriculture de conservation des sols (ACS). Les couverts végétaux d’interculture se composent de méteil (triticale, pois, vesce) auquel j’ajoute de la phacélie avant une culture de sorgho fourrager. Avant un maïs grain, il s’agit d’une vesce velue associée ou non à de la phacélie.
 

J’utilise la méthode Merci pour estimer la captation des éléments azote, phosphore et potasse dans ces couverts. Je fais des prélèvements de plantes pour cela, ou j’estime de visu la proportion de chaque espèce du couvert en biomasse. Pour les années qui viennent, l’objectif majeur des couverts et de mon système est de faire remonter le taux de matière organique des sols. D’autre part, en agriculture de conservation des sols et semis direct, il n’y a pas enfouissement des résidus de culture et c’est à prendre en compte pour estimer ce qui est restitué au sol dans la durée.

Comprendre ce que l'on peut capitaliser pour enrichir ses sols

La méthode Merci m’apporte des indications sur l’évolution des éléments nutritifs dans les couverts mais, pour le moment, cela ne m’amène pas à modifier la fertilisation des cultures qui suivent. La méthode m’a énormément aidé à progresser et à comprendre l’intérêt des couverts, en sachant ce que l’on peut capitaliser pour enrichir les sols. Malheureusement, ces dernières années, la sécheresse et les fortes chaleurs dans notre région rendent très difficile la mise en place des couverts. »

70 hectares dont maïs grain, méteil, prairie ; élevage de vaches et moutons. Société de conseil en agronomie (Holisticom).

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures