Aller au contenu principal

Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques

Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de la moyenne de l'ensemble des exploitations françaises depuis 5 ans. Explications en graphiques.

Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013
© Source : Rica.

Huit dernières années très peu rémunératrices en céréales et oléoprotéagineux

Pour l’Otex 15 (céréales et oléoprotéagineux), une fois les cotisations sociales de l’exploitation déduites, le RCAI (résultat courant avant impôts, voir lexique ci-dessous) était inférieur à 10 000 euros entre 2013 et 2015 rapporté à l’unité de travail non salarié (un temps plein d’exploitant agricole ou UTANS, voir lexique ). Il a ensuite plongé à -10 000 euros en 2016. La timide remontée entre 2017 et 2019 (entre 14 000 et 17 000 euros) va de nouveau être balayée en 2020.

« Pour 2020, nous prévoyons que près de la moitié des exploitations en céréales et oléo-protéagineux pourraient dégager un RCAI négatif, annonce Valérie Leveau, responsable de l’équipe Economie et stratégie d’exploitation chez Arvalis. Entre 2017 et 2019, il y avait entre 50 et 60 % de ces exploitations dont le RCAI dégageait moins d’un Smic. Le produit hors aide en euros courants de 2020 serait supérieur à celui de la période 2002-2006 en euros courants, mais avec moins d’aides et plus de charges. En 2020, 80 % des exploitations céréalières risquent de dégager moins d’un Smic par unité de travail non salarié. »

Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013

Privilégiés, les céréaliers ? Entre 2000 et 2005, un producteur de grandes cultures dégageait en moyenne un RCAI proche de celui de la moyenne de l’ensemble des exploitations agricoles françaises. Les profils de grandes cultures ont ensuite fortement profité de la conjoncture favorable entre 2007 et 2012 (2009 excepté), creusant l’écart avec la moyenne.

« Mais, depuis 2013, le RCAI rapporté à l’unité de travail (UTANS, voir lexique ci-dessous) de l’Otex 15 est équivalent ou inférieur à la moyenne des autres catégories », souligne Valérie Leveau, chez Arvalis.

L’Otex 16 (grandes cultures avec cultures spécialisées comme la betterave ou la pomme de terre) continue à faire mieux, mais la situation va être beaucoup plus compliquée pour cette catégorie avec la récolte 2020.

Des charges à l'hectare qui redescendent plus lentement que la valeur de la production depuis 2012 en grandes cultures

infographie aides, produit et charges en grandes cultures

En euros courants, les charges moyennes (en incluant les cotisations sociales de l’exploitant, mais pas la rémunération de la main-d’œuvre familiale) sont passées de 1 000 euros/hectare en 2006 à 1245 euros/hectare en 2018. Après avoir atteint un sommet en 2013 (1500 €/ha), elles ont amorcé une légère décrue, « mais plus lentement que celle de la production, et ce phénomène est aggravé par l’érosion des aides », analyse Vincent Chatellier.

Entre 2006 et 2018, les aides directes (premier et deuxième pilier) ont en effet glissé en moyenne de 368 euros/hectare à moins de 250 euros/hectare chez les scopeurs. Rapporté à l’échelle de l’exploitation, les fermes céréalières ont touché 31 000 euros d’aides en moyenne en 2018, un niveau similaire à la moyenne toutes Otex confondues (29 000 €). C’est 10 000 euros de moins qu’au début des années 2000.

LEXIQUE

Rica : le Réseau d’information comptable agricole est un outil statistique construit pour être représentatif des exploitations agricoles en France et dans l’UE.

Otex 15 : il s’agit de la catégorie regroupant les exploitations spécialisées en céréales et oléoprotéagineux (52 300 exploitations en France avec une SAU moyenne de 126 ha).

Otex 16 : exploitations spécialisées en grandes cultures (céréales avec aussi d’autres cultures telles que les betteraves et/ou les pommes de terre…). Les 19 300 exploitations ont une SAU moyenne de 121 ha.

RCAI : le résultat courant avant impôts. C’est l’indicateur le plus classiquement utilisé pour évoquer les revenus en agriculture. Il provient de l’activité courante de l’entreprise, en tenant compte de son cycle de financement, soit la somme des produits dont sont déduites les charges opérationnelles et de structures, les dotations aux amortissements et les frais financiers. Ce revenu sert à alimenter les prélèvements privés. Les cotisations sociales des exploitants non salariés ne sont pas déduites du RCAI.

UTANS : unité de travail non salarié. Un exploitant travaillant à mi-temps sera comptabilisé comme 0,5 UTANS.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures