Aller au contenu principal

Les protéines végétales, nouveau moteur de l’amidonnerie

Le process de l’amidon permet de valoriser chaque composante du grain et de multiplier les coproduits : glucose, éthanol mais aussi drêches et protéines.

Le site Tereos de Lillebonne (76) a développé de nouveaux produits à haute valeur ajoutée, dont 60 000 tonnes de gluten. © Michel Blossier pour Tereos
Le site Tereos de Lillebonne (76) a développé de nouveaux produits à haute valeur ajoutée, dont 60 000 tonnes de gluten.
© Michel Blossier pour Tereos

Les protéines végétales constituent des produits à haute valeur ajoutée et un relais de croissance clairement identifi é par les industriels, qui multiplient les investissements sur ce segment. Le marché progresse en moyenne de 13 % depuis 2012. 500 000 tonnes de protéines sont produites annuellement, dont la moitié est exportée.

Sur le marché français, 40 % de la production est consommée en alimentation humaine et 60 % en alimentation animale, laquelle est tirée par les marchés de l’aquafeed et des petfoods. « La protéine de blé est une base de plus en plus importante pour l’alimentation des poissons d’élevage et la fabrication des aliments pour animaux domestiques. La demande des fabricants est forte », précise Féréol Mazard, directeur de Tereos Lillebonne. En aquaculture, ces aliments évitent de prélever des stocks de poissons sauvages.

40 % de croissance attendue sur vingt ans

L’alimentation humaine est un autre gisement de croissance. « Il faut encourager l’alimentation humaine vers moins de viande et plus de protéines végétales », exprime par exemple Geneviève Pons, du think-tank Institut Jacques Delors. « La population mondiale ne cesse d’augmenter et nous avons la nécessité de consommer moins de ressources », rappelle Thomas Gautier, secrétaire général de l’Usipa. Entre 2010 et 2030, la croissance de la demande à l’échelle mondiale devrait atteindre 43 %.

La tendance s’accélère : pour la première fois cette année, une étude Topo Lab pour le GEPV et Protéines France met en lumière une perception des Français sur les protéines végétales comme étant « de meilleure qualité que les protéines animales d’un point de vue environnemental et pour la santé ». Dans le plan de relance annoncé par le gouvernement, une enveloppe de 100 millions d’euros a été allouée aux protéines végétales. Une somme conséquente mais jugée insuffisante au regard des besoins en recherche et développement du secteur.

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Yann Matura, 120 hectares à Buchy."Depuis trois ans, j’utilise des purins d'ortie tout formulés (Form GC) de J3G avec une application au 1er nœud et une seconde à 2 nœuds. Avec un coût de 10 euros à l'hectare, ces produits tonifient les cultures."
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Un tiers des producteurs envisage de réduire ou d'arrêter la production de maïs semences.
Maïs semences : un tiers des producteurs envisagent de réduire les surfaces ou d’arrêter
Les producteurs de maïs semences affichent un moral en berne après une année 2022 très difficile. La filière cherche des moyens…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures