Aller au contenu principal

Diversification de l'assolement : « Le pois d’hiver s’insère parfaitement dans ma rotation »

Geoffroy de Lesquen, agriculteur à Fierville-Bray dans le Calvados, apprécie le pois d’hiver pour sa moindre sensibilité au stress hydrique comparé au pois de printemps, et pour ses qualités de précédent avant colza. C’est aussi un levier contre les ray-grass résistants.

Geoffroy de Lesquen, agriculteur à Fierville-Bray (14)."En juin, le pois d'hiver s'avère moins sensible au stress hydrique que le pois de printemps, car son cycle est quasi terminé à cette période critique."
Geoffroy de Lesquen, agriculteur à Fierville-Bray (14)."En juin, le pois d'hiver s'avère moins sensible au stress hydrique que le pois de printemps, car son cycle est quasi terminé à cette période critique."
© G. de Lesquen

« Sur mon exploitation, je produis du pois d’hiver depuis sept campagnes. Cette légumineuse convient bien pour des sols superficiels et argilo-calcaires. En juin, elle est moins sensible au stress hydrique que le pois de printemps, car son cycle est quasi terminé à cette période critique. Je produis en grande partie mes semences fermières. J’utilise des variétés de pois jaunes car elles sont moins sujettes au déclassement. Je sème principalement les variétés Fresnel et Furious, entre le 5 et le 15 novembre. Je pratique le semis direct sous couvert d’avoine de printemps, c’est pourquoi la densité de semis s’élève à 90 grains/m².

Le pois d’hiver est un bon précédent colza. Contrairement à une paille qui consomme de l’azote pour se dégrader, la légumineuse apporte plus rapidement de l’azote disponible pour la crucifère, ce qui est favorable à son développement avant l’entrée de l’hiver. Le pois d’hiver constitue également un levier supplémentaire dans la lutte contre les ray-grass résistants aux familles des fops et des dimes. Les produits racinaires homologués montrent encore de bonnes efficacités à l’automne.

Habituellement, mes rendements s’élèvent entre 40 et 50 q/ha, excepté cette année où la pression en bactériose a impacté le rendement de 50 à 60 %. Je regrette que le plan protéines n’incite pas davantage à produire des pois d’hiver. Malgré un chiffre d’affaires assez faible, de l’ordre de 800 euros par hectare, c’est une culture qui présente de nombreux atouts agronomiques et qui s’insère parfaitement dans l’organisation du travail sur l’exploitation. »

488 hectares de grandes cultures dont 40 de pois d’hiver.

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
En créant un groupement d'employeurs, Mickaël et Vanessa Dupeyron, ainsi que Raphaël Descat, ont pu proposer des CDI à leurs salariés.
Gagner plus en travaillant moins : le collectif gagnant de trois agriculteurs
Trois agriculteurs unissent leurs moyens et leur énergie pour développer leur activité. Le groupement d’employeurs qu’ils…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures