Aller au contenu principal

[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons

Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine dans les rayons des grandes surfaces françaises s'expliquent par le fait que plus de moitié de la farine dans les GMS provient d'Allemagne... qui a temporairement suspendu ses exports.

Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français.
© C. Baudart

Pourquoi les Français ont-ils manqué de paquets de farine de 1 kg dans les supermarchés durant le confinement ? Si la demande a explosé, les industriels français – Grands Moulins de Paris, Axiane Meunerie et Moulins Soufflet en tête - ont déployé une énergie rare pour y répondre, fonctionnant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Pas suffisant pourtant pour alimenter les rayons.

Le blé et la farine n'ont jamais manqué : les meuniers français produisent 4 millions de tonnes de farine chaque année en France et la production à destination de la boulangerie a nettement chuté depuis la mi-mars, alors qu'elle représente 90% des débouchés. Les stocks sont là.

De problèmes logistiques ? La pénurie de sacs de 1 kg ? « On constate des tensions sur les délais de réapprovisionnement de la part des fournisseurs de sachets et en approvisionnement GMS liés au ralentissement de l'activité du fret et du transport », a indiqué l'Association nationale de la meunerie française (ANMF). Des tensions mais pas de rupture.

La vrai raison ? Les grandes enseignes de la distribution françaises se fournissent à peine à 50 % en farines françaises. Le reste vient d'Allemagne, ou d'Italie. « Cela représente plus d’un paquet de farine sur deux vendu en grande distribution », a confirmé Jean-François Loiseau, président de l’ANMF, dans un entretien à Valeurs Actuelles. Et en raison de la crise, la meunerie allemande a cessé de livrer en France, privilégiant ses clients nationaux. La meunerie allemande supporte moins de charges sociales et fiscales : Outre-Rhin, la farine est moins chère. En moyenne, un kilo de farine est acheté aux meuniers allemands moins de 0,30 euro, contre 0,40 à 0,60 euro pour les meuniers français. Les paquets de marques de distributeurs, aux prix discount, ne contiennent pas du blé français.

Devant l’engouement pour des farines hexagonales ou locales, de nouvelles lignes d’ensachage verront-elles bientôt le jour en France ? Peu probable. Les livraisons allemandes ont repris et les commandes des GMS aux meuniers français ont déjà reflué. Quel « monde d’après » ?

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures