Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons

Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine dans les rayons des grandes surfaces françaises s'expliquent par le fait que plus de moitié de la farine dans les GMS provient d'Allemagne... qui a temporairement suspendu ses exports.

Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français.
© C. Baudart

Pourquoi les Français ont-ils manqué de paquets de farine de 1 kg dans les supermarchés durant le confinement ? Si la demande a explosé, les industriels français – Grands Moulins de Paris, Axiane Meunerie et Moulins Soufflet en tête - ont déployé une énergie rare pour y répondre, fonctionnant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Pas suffisant pourtant pour alimenter les rayons.

Le blé et la farine n'ont jamais manqué : les meuniers français produisent 4 millions de tonnes de farine chaque année en France et la production à destination de la boulangerie a nettement chuté depuis la mi-mars, alors qu'elle représente 90% des débouchés. Les stocks sont là.

De problèmes logistiques ? La pénurie de sacs de 1 kg ? « On constate des tensions sur les délais de réapprovisionnement de la part des fournisseurs de sachets et en approvisionnement GMS liés au ralentissement de l'activité du fret et du transport », a indiqué l'Association nationale de la meunerie française (ANMF). Des tensions mais pas de rupture.

La vrai raison ? Les grandes enseignes de la distribution françaises se fournissent à peine à 50 % en farines françaises. Le reste vient d'Allemagne, ou d'Italie. « Cela représente plus d’un paquet de farine sur deux vendu en grande distribution », a confirmé Jean-François Loiseau, président de l’ANMF, dans un entretien à Valeurs Actuelles. Et en raison de la crise, la meunerie allemande a cessé de livrer en France, privilégiant ses clients nationaux. La meunerie allemande supporte moins de charges sociales et fiscales : Outre-Rhin, la farine est moins chère. En moyenne, un kilo de farine est acheté aux meuniers allemands moins de 0,30 euro, contre 0,40 à 0,60 euro pour les meuniers français. Les paquets de marques de distributeurs, aux prix discount, ne contiennent pas du blé français.

Devant l’engouement pour des farines hexagonales ou locales, de nouvelles lignes d’ensachage verront-elles bientôt le jour en France ? Peu probable. Les livraisons allemandes ont repris et les commandes des GMS aux meuniers français ont déjà reflué. Quel « monde d’après » ?

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Étienne d'Hautefeuille, 200 hectares de céréales dans la Somme. "On produit tous les jours — un ou deux brassages et des distillations — mais aucune bouteille n’est encore sortie de l’atelier. » © G. Crochez
« Je valorise mon orge à la ferme avec du whisky haut de gamme »
Dans le Santerre, un jeune agriculteur produit du single malt avec sa propre orge. Un travail d’alchimiste et de longue haleine.
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons
Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine…
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo
Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la…
Les céréales n'aiment pas beaucoup les excès d'eau, en particulier les orges. © C. Baudart
En grandes cultures, les excès de pluies hivernales bousculent les assolements
Les niveaux de pluviométrie de l’hiver, largement supérieurs à la normale, modifient la physionomie de la plaine : semis de blé…
Les filières betteravière et céréalière ont accru leur production d'alcool et distribuent du gel hydroalcoolique au personnel soignant. © G. Omnès
[Covid-19] Les grandes cultures lancées dans la bataille
La filière céréalière s’implique fortement dans la lutte contre le coronavirus, au travers notamment de la production de gel…
Le broyage des bords de chemin est à éviter durant le printemps et l'été pour préserver sa faune et sa flore. © Hommes et Territoires
Grandes cultures : faire de ses bords de chemin des refuges à auxiliaires sans les adventices
Un bon entretien de ses bords de chemin permet d’éviter les propagations d’adventices tout en favorisant la biodiversité utile…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures