Aller au contenu principal

La France à la pointe des interdictions sur les insecticides néonicotinoïdes

Entre dérogations dans certains pays européens (mais pas en France) et recours contre les décisions d’interdictions, la question des néonicotinoïdes fait débat en Europe.

Les abeilles sont touchées par les insecticides néonicotinoïdes. Plusieurs études en attestent.
© Terres Inovia

Acétamipride, clothianidine, imidaclopride, thiaclopride, thiaméthoxame : depuis le 1er septembre 2018, les néonicotinoïdes ne font plus partie de l’arsenal insecticide pour lutter contre les ravageurs des grandes cultures en France. La décision figure dans le texte de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages et un décret a été publié précisant la mesure. Les représentants des États membres de l’Union européenne ont également voté pour l’interdiction de néonicotinoïdes en avril 2018, mais seulement pour trois d’entre elles : la clothianidine, l’imidaclopride et le thiaméthoxame.

L’UIPP a engagé un recours en Conseil d’État contre le décret d’interdiction des néonicotinoïdes au motif de violation du règlement européen 1107/2009. « Au niveau européen, il y a eu interdiction pour la plupart des usages de trois substances actives néonicotinoïdes avec des possibilités de dérogations annuelles 120 jours qui peuvent concerner les grandes cultures. Or, en France, le décret publié porte sur cinq néonicotinoïdes et non trois. En outre, les dérogations sont très limitées et il n’y en a aucune pour les grandes cultures, présente Eugénia Pommaret, directrice de l’UIPP. Nous estimons qu’il y a non respect du droit européen au travers de ce décret en France. Les interdictions de substances actives sont de la compétence de l’Union européenne et non de chaque État membre. Au niveau européen, l’acétamipride n’est pas interdite et même reconduite pour quinze ans. De même, la thiaclopride reste autorisée. » Le Conseil d’État n’a pas donné raison à l’UIPP mais a décidé de renvoyer la question à la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) sur la légalité de l’interdiction française. « La question reste pleine et entière, selon Eugénia Pommaret. Mais la procédure va être longue, au minimum un an avant d’avoir un jugement de la CJUE. »

Des dérogations prises sur betteraves en Belgique et ailleurs

Cette interdiction des néonicotinoïdes, notamment ceux utilisés en traitements de semences avait généré une levée de boucliers dans les filières de la betterave sucrière et des céréales à paille. Il s’agissait de deux cultures sur lesquelles ils étaient utilisés largement en traitement de semence pour lutter contre les pucerons vecteurs de maladies virales (jaunisses). Des moyens de lutte alternatifs existent contre ces insectes mais ils sont beaucoup moins efficaces, voire restent encore à créer comme l’obtention de variétés tolérantes aux virus.

Les dérogations prises dans divers pays européens et non en France sur l’utilisation de néonicotinoïdes n’ont fait que raviver les tensions dans les filières de productions hexagonales, en premier lieu sur la betterave sucrière. D’importants pays producteurs comme en Europe de l’Est et, plus près de nous, la Belgique, ont appliqué ces dérogations. « Notre pays est le seul en Europe à être atteint à l’échelle de l’ensemble de son territoire par la jaunisse de la betterave véhiculée par les pucerons », déclarait dans le quotidien Le Soir en 2018 Denis Ducarme, ministre fédéral de l’Agriculture. Une autorisation de 120 jours permettant l’utilisation temporaire de clothianidine et de thiaméthoxame pour le traitement de semences de betteraves sucrières y a été décidée fin 2018, assortie cependant de conditions strictes d’utilisation sur la rotation, avec une succession de cultures non attractives pour les abeilles.

La Commission européenne met le holà

Pour d’autres pays de l’est de l’Europe, les dérogations s’entourent de moins de précautions. La Commission européenne a réagi à cette situation. « Suite à une lettre envoyée le 22 janvier 2019 par un collectif d’ONG de protection de l’environnement, la commissaire en charge de la santé et de la sécurité alimentaire de l’époque, Vytenis Andriukaitis, a envoyé un courrier à quatre États membres leur demandant de cesser d’octroyer des autorisations d’urgence pour l’utilisation restreinte des trois néonicotinoïdes, rapportait le collectif de médias Euractiv le 27 février 2019. Deux des états ont répondu positivement avec des engagements, ce qui n’était pas le cas des deux autres contre lesquels la Commission préparait des mesures visant à les empêcher de fournir à nouveau des autorisations non justifiées. » Diverses études en attestent : les néonicotinoïdes peuvent persister dans le sol et se retrouver dans le nectar et le pollen de fleurs de cultures, avec un impact sur les insectes pollinisateurs.

Deux autres insecticides en suspens

Peu avant l’interdiction programmée des néonicotinoïdes, la société Dow AgroScience annonçait l’homologation d’insecticides à base d’une nouvelle matière active, le sulfoxaflor. Mais le 24 novembre 2017, le tribunal administratif de Nice suspendait les autorisations de mise en marché des produits concernés, suite à une requête de l’association Génération Futures, jugeant que le sulfoxaflor est un néonicotinoïde. « Nos produits sont suspendus et non interdits en France, souligne Stéphanie Fournol, chef marché insecticides chez Corteva (fusion de Dow et DuPont) en France. Nous sommes toujours en attente du jugement sur le fond du dossier. Mais tant que la CJUE n’a pas statué sur le recours de l’UIPP auprès du Conseil d’État sur les néonicotinoïdes, il y a tout lieu de penser qu’il n’y aura pas de décision. » Stéphanie Fournol note que des insecticides à base de sulfoxaflor sont homologués ou en passe de l’être dans divers autres pays européens. Corteva présente le sulfoxaflor comme respectueux pour l’homme et pour la biodiversité.
Une autre nouvelle molécule a été pointée du doigt pour les mêmes motifs que le sulfoxaflor, la flupyradifurone de Bayer CropScience. Elle a été approuvée au niveau de l’Union européenne mais n’a pas passé le cap de la commercialisation en France. Le 11 septembre 2019, le gouvernement mettait en consultation publique un projet de décret ciblant « les substances actives présentant des modes d’action identiques à ceux de la famille des néonicotinoïdes » et visant l’interdiction pure et simple des flupyradifurone et sulfoxaflor.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures