Aller au contenu principal

« La fertilité des sols en bio est difficile à maintenir en système autonome sans élevage »

Ingénieure régionale Ile-de-France à Arvalis, Delphine Bouttet expose les résultats d'un essai de système grandes cultures biologique autonome.

Delphine Bouttet, Arvalis"Les légumineuses pompent beaucoup de phosphore et de potasse, ce qui est à prendre en compte dans des sols où ces éléments manqueraient."
Delphine Bouttet, Arvalis"Les légumineuses pompent beaucoup de phosphore et de potasse, ce qui est à prendre en compte dans des sols où ces éléments manqueraient."
© DR

« Une étude est réalisée depuis 2008 à Boigneville (Sud Essonne) sur l’autonomie d’un système grandes cultures biologiques sans élevage et avec labours. Il est apparu très vite que la luzerne maintenue deux ans avait besoin d’apport de soufre pour préserver sa productivité. Sur ce point, on ne peut être complètement autonome mais on peut l’être sur l’azote grâce aux légumineuses présentes dans la rotation.

Mais ces légumineuses pompent beaucoup de phosphore et de potasse, ce qui est à prendre en compte dans des sols où ces éléments manqueraient. La matière organique baisse même en restituant les pailles. L’introduction de couverts d’interculture réduit cet effet négatif. Au final, la meilleure solution pour augmenter le taux de matière organique est d’apporter du compost de déchet vert mais c’est onéreux.

Qu’en est-il si l’on ne travaille pas le sol en profondeur ? Le non-labour concentre la matière organique en surface mais même dans cette situation il m’apparaît nécessaire de faire des apports extérieurs. Des questions se posent sur la faisabilité d’un tel système sur le long terme vis-à-vis des adventices vivaces. Il me paraît difficile de ne pas faire un labour de temps en temps. Nous testons actuellement un équipement Ecomulch de broyage d’inter-rang avec guidage RTK pour voir s’il est possible de faire du non-labour avec couverture végétale en bio. Cet équipement permet de maîtriser le développement du couvert. »

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Chaque culture peut être assurée avec une franchise qui lui est propre, et le déclenchement se fait à la culture en cas de sinistre.
Assurance récolte: comprendre la réforme qui s'applique en 2023
Le nouveau dispositif qui articule solidarité nationale et assurance récolte privée entre en vigueur. Objectif : convaincre un…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures