Aller au contenu principal

« Je désherbe mes betteraves en 100 % localisé »

En réalisant la totalité de ses traitements en localisé, Pascal Dubourg, chef d’exploitation de la ferme du lycée agricole de Somme-Vesle dans la Marne, a réduit de 50 % les IFT herbicides. Cela impose trois à quatre passages de bineuse.

Pascal Dubourg a baissé ses IFT herbicides de 50 % grâce au traitement 100 % localisé. « C’est motivant, je ne reviendrais pas en arrière. » © P. Dubourg
Pascal Dubourg a baissé ses IFT herbicides de 50 % grâce au traitement 100 % localisé. « C’est motivant, je ne reviendrais pas en arrière. »
© P. Dubourg

Pascal Dubourg, chef d’exploitation de la ferme du lycée agricole de Somme-Vesle, désherbe totalement ses betteraves en traitement localisé avec une rampe Sopema de 36 rangs, achetée 20 000 euros en 2010. « Avec ce matériel et une cuve de 1 300 litres, je traite 15 à 20 hectares par jour à 50 litres par hectare. Je démarre tôt le matin pour profiter de l’hygrométrie. » Avec des buses à jet plat uniforme et une rampe qui pulvérise 27 à 30 centimètres au-dessus de la végétation, Pascal Dubourg désherbe le rang sur une largeur de 20 centimètres. « L’interrang étant de 45 centimètres, cette technique me permet de réduire la dose d’herbicide de près de moitié par rapport à un traitement en plein. Je réalise des économies de produits phyto et c’est bénéfique pour l’environnement. »

En général, Pascal Dubourg réalise quatre passages en traitement localisé : le premier, 15 jours après le semis ; le deuxième, 5 à 7 jours après. « Ces deux interventions conditionnent la réussite du programme de désherbage », affirme l’exploitant. C’est seulement après qu’intervient le binage. Il réalise trois à quatre interventions jusqu’à la couverture du sol avec une bineuse Agronomic de 12 rangs équipée de caméras. L’investissement total s’est élevé à 25 000 euros. « Le premier binage demande du temps car nous n’utilisons pas les caméras, les betteraves étant trop petites pour être détectées. Nous avançons à 5 km/h, soit environ 3 ha/h. Au fur et à mesure des passages, nous augmentons la vitesse pour atteindre les 10 à 12 km/h. La priorité est donnée à la chimie. Parfois, on décide de ne pas intervenir avec la bineuse si les conditions ne sont pas favorables. »

« C’est motivant, je ne reviendrai pas en arrière »

Quelles que soient les conditions climatiques, Pascal Dubourg s’arrange toujours pour effectuer les traitements en localisé, quitte à décaler les interventions. « J’ai très peu de problèmes de désherbage sur le rang. J’adapte les doses de produits racinaires et foliaires aux conditions du moment. Avec cette technique, j’ai réduit les IFT herbicides de 50 %. C’est motivant, je ne reviendrai pas en arrière, même si cette pratique est coûteuse en temps. »

220 ha de grandes cultures dont 40 ha de betteraves, 5 salariés, élevage de taurillons et de poulets label rouge, chenil et atelier agroalimentaire.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures