Aller au contenu principal

Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »

 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans, il maintien le pH de ses sols via la fertilisation calcique. L'agriculteur réalise d'importantes économies grâce à des analyses basées sur la résistivité électrique des sols.

Patrice Lièvre : "Grace à la précision des mesures de résistivité électrique, j'ai baissé mon budet chaulage de 12 000 € à 8 000 €".

« Sur la ferme, on a toujours chaulé, que ce soit sous forme de poudre ou de granulés. J’ai des limons argileux entre 6,5 et 6,7 et je chaule régulièrement pour améliorer la structure du sol. Moins les terrains sont battants et asphyxiants, plus ils sont faciles à travailler.

Depuis trois ans, j’ai engagé toute mon exploitation dans la cartographie des sols à partir de la mesure de la résistivité électrique et cela me permet d’être plus précis. En fonction des zones agronomiques, j’ai diminué mon niveau d’apport et j’apporte juste ce qu’il faut au plus près des besoins. Autrefois, je mettais une tonne à l’hectare avant les semis. Là, lorsque le pH est à 7, je ne mets rien.

Cette méthode me permet de réaliser des économies importantes. Le budget chaulage de l’exploitation est de 12 000 euros par an et dès la première année de mise en oeuvre, nous avons diminué ce poste de 4 000 euros. Si on doit mettre de l’argent dans la fertilisation, il faut commencer par là. »

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Chaque culture peut être assurée avec une franchise qui lui est propre, et le déclenchement se fait à la culture en cas de sinistre.
Assurance récolte: comprendre la réforme qui s'applique en 2023
Le nouveau dispositif qui articule solidarité nationale et assurance récolte privée entre en vigueur. Objectif : convaincre un…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Dans le nouveau référentiel HVE, le durcissement du barème de points de l'item "bilan azoté" et la vulnérabilité aux impacts de la météo renforcent le risque de ne pas obtenir les points nécessaires pour le volet fertilisation.
HVE : qu’est-ce que change le nouveau référentiel ?
Le nouveau référentiel HVE est plus exigeant mais diversifie les possibilités d’obtenir les points nécessaires à la certification…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures