Aller au contenu principal

« J’ai semé des couverts par drone dans mes céréales »

Frédéric Gond, agriculteur à Tavers (45) expérimente le semis de couvert par drone. Réalisé par un prestataire avant la moisson de la céréale, l’objectif premier est de permettre au couvert de fleurir durant l’été pour fournir de la nourriture aux abeilles durant cette période sans fleurs.

Frédéric Gond, agriculteur à Tavers (45). « Avec le drone, le semis est plus uniforme grâce à des allers-retours tous les 10 mètres, et il limite les dégâts de verse." © F. Gond
Frédéric Gond, agriculteur à Tavers (45). « Avec le drone, le semis est plus uniforme grâce à des allers-retours tous les 10 mètres, et il limite les dégâts de verse."
© F. Gond

Dans 20 hectares d’orge et de blé, Frédéric Gond a semé de la phacélie et du trèfle blanc par drone. Objectif de cette expérimentation menée avec l’UIPP (1) : permettre au couvert de fleurir durant l’été pour fournir de la nourriture aux abeilles durant cette période sans fleurs. « Ces deux espèces ont été choisies pour les couverts car ce sont des plantes qui lèvent assez bien et la phacélie est intéressante pour les pollinisateurs », précise l’agriculteur.

 

 
La capacité de la trémie limite l’autonomie du drone et nécessite du temps de rechargement. © F. Gond

 

Le 6 juin 2020, un drone doté d’une trémie pouvant embarquer 12 kg de semences survolait la plaine pour semer des graines dans des cultures déjà en place. « Cette pratique n’est pas très répandue, explique Frédéric Gond. Je fais appel à un prestataire pour semer ce mélange à une dose de 6 kg/ha. La capacité de la trémie limite l’autonomie du drone et nécessite du temps de rechargement. Il faut compter un débit de chantier de 30 hectares par jour. »

Cette prestation représente un gain de temps pour l’agriculteur et une qualité de travail inégalée par un semoir. « Un semis à la volée sur une largeur de 24 mètres ne répartit pas uniformément ce type de mélange sur la parcelle. Le drone, lui, effectue des allers-retours tous les 10 mètres. C’est plus régulier. De plus, il limite les dégâts de verse qu’occasionne le passage de matériel dans une céréale presque mature. »

Une prestation coûteuse qui s’anticipe

Pour pouvoir réaliser la prestation, le pilote du drone doit disposer d’une autorisation de vol sur le territoire. « Ce sont parfois des démarches administratives lourdes qui demandent de l’anticipation pour réaliser le semis dans les temps impartis », prévient l’agriculteur.

 

 
La prestation de semis par drone avant récolte représente un coût de l’ordre de 60 euros/ha, contre 7 euros/ha pour un semis classique. © F. Gond

 

Aujourd’hui, ce service représente un coût non négligeable pour l’exploitant. Il est de l’ordre de 60 euros/ha, contre 7 euros/ha pour un semis classique (tracteur, semoir, et main-d’œuvre compris). « Les pratiques avec drone restent encore réservées à des besoins particuliers ou à de l’expérimentation. Ce sont des outils intéressants qui méritent d’être vulgarisés, estime Frédéric Gond. J’espère que le semis par drone se démocratisera pour rendre les coûts plus accessibles. »

(1) Union des industries de la protection des plantes.

Les plus lus

Tour de vis Covid : le télétravail systématique étendu à l’agriculture
Protéger le monde agricole de la pandémie en pleine progression dans les territoires : c'est l'objectif visé par le gouvernement…
Des betteraves en début de levée sont  vulnérables au gel. © C. Gloria
Météo : gel à risque en vue pour les colzas et les betteraves
L’an passé avait connu un épisode de froid intense à la fin mars qui avait eu un impact sur les cultures, notamment sur les…
Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Le comportement du blé OGM tolérant à la sécheresse dans les conditions très difficiles de 2020 a convaincu Guillermo Irastorza d'accroître sa surface en 2021. © G. Irastorza
« J’ai cultivé du blé OGM résistant à la sécheresse », G. Irastorza, agriculteur argentin
Guillermo Irastorza, producteur argentin, a participé en 2020 aux essais plein air à grande échelle du blé OGM HB4 récemment…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures