Aller au contenu principal

Irrigation : « Nous adaptons nos cultures en fonction de l’eau disponible chaque année »

Agriculteur à Larée (Gers), Luc Requier est contraint de remplacer certaines années des cultures rémunératrices sous contrat par des productions conventionnelles à cause du manque d'eau.

Luc Requier, producteur à Larée (Gers)« En 2020 par exemple, nous avons été contraints d’abandonner des cultures sous contrat pour des productions conventionnelles moins exigeantes en eau comme des variétés précoces de maïs, du tournesol, du soja. »
© C. Gloria / Vivadour

« Une partie de nos productions se situe sur le bassin-versant de la Douze, proche des Landes. Nous disposons d’un quota d’eau de 1 500 m3/ha que nous pouvons utiliser si les réserves d’eau sont pleines pour des apports jusqu’à fin août. Dans ce cas, l’irrigation nous permet de produire des cultures rémunératrices sous contrat comme du maïs semences, maïs doux, haricot, voire soja alimentaire. Ces contrats sont passés courant mars, lorsque l’on connaît l’eau disponible.

Ces huit dernières années, il est arrivé que les retenues ne soient pas suffisamment remplies pour répondre aux besoins de ces cultures contractuelles. En 2020 par exemple, nous avons été contraints d’abandonner ces cultures pour des productions conventionnelles moins exigeantes en eau comme des variétés précoces de maïs, du tournesol, du soja. Nous avons également testé le blé sur des terres non irrigables. Dès lors, nous sommes partis avec un handicap et nous n’avons tiré quasiment aucun revenu de ces cultures.

Dans le cadre d’un projet de territoire (1), nous souhaiterions la création de réserves sur le bassin de la Douze pour éviter que nos cultures manquent d’eau certaines années. Un tel projet a été accepté sur le bassin voisin du Midour avec la réalisation prévue de retenues dont 30 % de l’eau sera relâchée dans le milieu naturel pour le soutien d’étiage et 70 % pour l’irrigation. »

GAEC avec gendre. 250 ha sur trois sites dont celui de Larée sur le bassin de la Douze, parfois déficitaire en eau : 20 ha de maïs grain, 35 de maïs semences, 12 de maïs doux, 11 de haricot vert, soja, tournesol (+ blé et vigne non irrigués).
(1) PTGE, projet de territoire pour la gestion de l’eau de la Douze
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

PAC 2023 : Les derniers arbitrages du PSN toujours en discussion
Les assolements qui se décident actuellement seront déterminants pour le respect des obligations liées à la conditionnalité et…
En hiver, la présence d'un couvert contribue à une meilleure infiltration de l'eau, réduisant les risques de tassement ou de lissage du sol en profondeur.
Couverts d’interculture : comment optimiser leurs bénéfices sur la structure du sol ?
Bien menés, les couverts végétaux améliorent la structure du sol sur les premiers centimètres, mais ne remplacent pas le travail…
Un apport d'eau à début floraison est incontournable pour améliorer le rendement du tournesol.
Tournesol : bien piloter l’irrigation pour gagner des quintaux
Bien que relativement tolérant à la sécheresse, le tournesol valorise l’irrigation. Un bon pilotage de deux ou trois tours d’eau…
Après plusieurs vols sur sa ferme, Jérôme Commaret a installé une barrière pour barrer l'accès aux véhicules de l'entrée la plus isolée.
Vols à la ferme : « Après plusieurs vols, nous avons installé de l’éclairage et des caméras »
Jérôme Commaret, agriculteur à Domsure dans l’Ain, a subi plusieurs vols de gasoil. Il a déplacé sa cuve, installé des éclairages…
La vidange des nappes a démarré avec deux à trois mois d’avance en moyenne. Selon le BRGM, elles ont reçu 70 % d’eau de moins que la normale à l’exception du Sud-Ouest.
Sécheresse agricole 2022 : un niveau très bas des nappes phréatiques à cause d’un fort déficit dès le printemps
Début juin, les nappes phréatiques affichaient un niveau bas à critique sur la majorité du territoire, rendant vulnérables les…
Un colza associé à la féverole développe un enracinement plus profond.
Sol : les plantes compagnes favorisent le drainage
L'association de plantes favorise le développement du système racinaire, favorable à la structure du sol.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures