Aller au contenu principal

Fongicides et blé : « Je choisis des produits composés de molécules de familles différentes »

Agriculteur à Laon (Aisne), Jean-Marie Fontaine raisonne l'application des fongicides en adaptant le nombre de traitements selon les conditions de l'année.

Jean-Marie Fontaine, agriculteur à Laon (02)  "En passant de trois à deux traitements fongicides sur blé, on peut gagner facilement 30 à 40 €/ha."
Jean-Marie Fontaine, agriculteur à Laon (02) "En passant de trois à deux traitements fongicides sur blé, on peut gagner facilement 30 à 40 €/ha."
© EARL d'Allemagne

« Selon les années, j’adapte le nombre de traitements fongicides sur mes blés. Le juge de paix, c’est le tour de plaine pour évaluer l’importance des maladies mais je travaille aussi avec des OAD comme l’outil Xarvio qui propose un suivi de maladies. Compte tenu d’un niveau de maladies foliaires assez important, j’ai opté pour un programme à trois traitements sur la campagne 2022-2023 sur mes différentes variétés de blé. Dans mon secteur, il peut y avoir des infestations en oïdium selon les conditions climatiques. La maladie principale reste la septoriose. De la rouille brune peut se développer plus tardivement.

Je choisis des fongicides composés de molécules de familles différentes. J’adapte le nombre de traitements selon les années. Un programme à trois applications coûte aux alentours de 100 €/ha. En passant à deux traitements, on peut gagner facilement 30 à 40 €/ha. Ce fut le cas lors de la campagne 2021-2022, où la pression des maladies était faible. Il m’est arrivé de n’effectuer qu’un seul traitement dans certaines situations avec très peu de maladies, en positionnement le T2 un peu plus tardivement que le stade « dernière feuille étalée ». J’utilise l’adjuvant Acteon avec les fongicides. Par ailleurs, mon pulvérisateur Évrard Meteor R-activ apporte une qualité de pulvérisation optimale, avec la possibilité de modulation de doses en tronçons de 3 mètres. »

EARL d’Allemagne. 220 hectares dont moitié de céréales (blé tendre, orge de printemps), reste en betterave, lin textile, pois d’hiver et de conserve, oignon, pomme de terre. Prestations dans l’expérimentation.
 

 

 
Fongicides blé : « Je choisis des produits composés de molécules de familles différentes »

Les plus lus

Mention " archives " obligatoire / discussion technique entre agricultrice et technicien / itinéraires culturaux et utilisation des produits phytosanitaires / marges / ...
Conseil stratégique phytosanitaire : le dispositif définitivement abandonné dans sa forme actuelle

Parmi les mesures prises par le gouvernement Attal pour répondre à la colère des agriculteurs figure la suppression du conseil…

Moisson dans l' Indre près d' Issoudun le 8 juillet 2022. Agriculteur et sa fille dans une parcelle de blé
Fermage : comment sécuriser la transmission des baux hors cadre familial ?

Sans repreneur familial, la cession du foncier loué peut s’avérer compliquée. Il existe des outils, qui dans l’idéal sont à…

Simon Avenel, agriculteur à Goderville (76),"La marge économique dégagée par le miscanthus à l'hectare est supérieure à celle du blé ou du colza grâce à la ...
Lutte contre l’érosion : « J’ai implanté 7 kilomètres de bandes de miscanthus pour faire obstacle au ruissellement »

Agriculteur à Goderville (Seine-Maritime), Simon Avenel a réduit la taille de ses parcelles et planté du miscanthus en…

Famille agricole, père avec sa fille et ses petits-enfants dans une parcelle agricole
Transmission d’exploitation agricole : quelles sont les options pour le foncier en propriété ?
Être propriétaire des terres que l’on exploite permet de mieux maîtriser le foncier lors de la transmission. Une réflexion reste…
Culture intermédiaire fixatrice d’azote
Jachère 2024 : la dérogation et ses nouvelles conditions publiées par Bruxelles

La Commission européenne a tranché et publie ce jour un règlement accordant aux agriculteurs européens une exemption partielle…

Parcelle agricole en jachère
Jachère : Bruxelles propose une nouvelle dérogation pour 2024

La Commission européenne propose une nouvelle dérogation pour la jachère 2024, à la demande notamment de la France.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures