Aller au contenu principal

Foncier : « Nous avons échangé des parcelles pour stopper les coulées de boues »

Cédric Paté, agriculteur à Alland’Huy-et-Sausseuil dans les Ardennes, a échangé des parcelles pour implanter des infrastructures destinées à lutter contre l'érosion. Il a bénéficié d'aides régionales pour financer le dossier. 

Cédric Paté, agriculteur : « Avec l’appui de la chambre d’agriculture, nous avons identifié des emplacements stratégiques pour couper les points de ruissellement, en implantant des bandes enherbées et en plantant des haies. »
Cédric Paté, agriculteur : « Avec l’appui de la chambre d’agriculture, nous avons identifié des emplacements stratégiques pour couper les points de ruissellement, en implantant des bandes enherbées et en plantant des haies. »
© C. Paté

« Je suis agriculteur et maire de ma commune. Nous sommes confrontés à des problèmes de coulées de boues dans le village et j’ai été interpellé par mes administrés à double titre. J’ai pris les choses en main de plusieurs façons. Sur ma ferme, je lorgne vers l’agriculture de conservation. Sur la commune, c’est plus complexe.

Nous avons saisi l’opportunité offerte par la région Grand Est de favoriser les échanges parcellaires. Cette aide, qui vise à améliorer la compétitivité des exploitations, permet de financer les frais d’études. L’objectif d’arrêter les pentes et de limiter l’érosion a été intégré dans le projet.

Avec l’appui de la chambre d’agriculture, nous avons identifié des emplacements stratégiques pour couper les points de ruissellement, en implantant des bandes enherbées et en plantant des haies, notamment de chaque côté du ruisseau 'coupable'. Ces aménagements prennent des surfaces de terre agricole sans que cela n’empiète sur la surface de nos exploitations : nous avons supprimé des anciens chemins communaux. Le fait qu’il y ait des agriculteurs investis dans le conseil municipal a facilité les choses pour expliquer le bien-fondé de ces travaux.

Le plus difficile, c’est d’obtenir l’unanimité des propriétaires. Chaque exploitant a rencontré ses bailleurs pour les convaincre, mais ils sont souvent réticents à modifier leur parcelle. Cette étape prend du temps et c’est un peu un jeu de dominos : un refus bloque tout et un accord change tout. Mais nous sommes parvenus à un résultat satisfaisant pour les agriculteurs, pour la biodiversité et pour les habitants. C’est du gagnant-gagnant. Les aménagements sont en cours et chacun prendra possession de ses parcelles après la récolte 2023. »

Les plus lus

Parcelle laissé en sol nu
Parcelles non semées et PAC : quelles sont les options possibles ?

Les pluies qui n’en finissent plus offrent par endroits peu de fenêtres de tir pour réaliser les derniers semis prévus.…

Un bon ressuyage des sols est important avant de préparer la parcelle à accueillir un semis de colza.
Semis de colza : 5 conseils clés pour les réussir

L'implantation du colza est une étape cruciale. L'objectif est de garantir son bon développement et sa robustesse à l'automne…

Olivier Pellerin agriculteur et entrepreneur de travaux agricoles dans son champ d'orge à Presly dans le Cher.
Couverts végétaux et interculture : « Je propose des mélanges qui combinent intérêts agronomique et faunistique »

Olivier Pellerin est entrepreneur de travaux agricoles et agriculteur à Presly, dans le Cher. Il commercialise des semences…

Parcelle de blé tendre
Prix du blé tendre : la hausse va-t-elle se poursuivre ?

Le prix du blé pourrait rester élevé dans les prochaines semaines au regard de la situation de sécheresse en Russie et de l’…

Abeille butinant une fleur de cameline
Cameline : une interculture valorisée à 600 euros la tonne pour le marché des carburants d’aviation durables

Dès 2024, Saipol va rémunérer des agriculteurs pour une production attendue de 2 000 tonnes de graines de cameline,…

Pulvérisateur Amazone dans une parcelle de grandes cultures
Machinisme agricole : la chute des prises de commandes se confirme en 2024

Malgré une forte progression du chiffre d’affaires du secteur des agroéquipements en 2023, la baisse des prises de commandes…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures