Aller au contenu principal

Fertilisation azotée : « L’utilisation d’Appi’N se traduit par un décalage des dates d’apports »

Elie Manceaux, agriculteur à Alland’huy-et-Sausseuil dans les Ardennes, teste le pilotage de la fertilisation azotée avec Appi'N depuis 4 ans sur ses parcelles. L'outil modifie les doses d'apports préconisées par rapport à la méthode du bilan, sans impact important sur le rendement.

Elie Manceaux, agriculteur à Alland'huy-et-Sausseuil (Ardennes)"La méthode du bilan et les reliquats de sortie d’hiver ne me satisfont pas car il y a beaucoup de facteurs d’incertitude et des résultats aléatoires."
Elie Manceaux, agriculteur à Alland'huy-et-Sausseuil (Ardennes)"La méthode du bilan et les reliquats de sortie d’hiver ne me satisfont pas car il y a beaucoup de facteurs d’incertitude et des résultats aléatoires."
© EARL Manceaux

« En zone vulnérable, je réalise des reliquats de sortie d’hiver et je suis la méthode du bilan pour définir mes apports azotés. J’en réalise trois : le premier de fin février à début mars, le suivant trois semaines après et le dernier début mai. Je fournis en moyenne 220 unités pour des blés après maïs avec des objectifs de rendement de 95-100 q/ha. La méthode du bilan et les reliquats de sortie d’hiver ne me satisfont pas car il y a beaucoup de facteurs d’incertitude et j’ai pu constater des mesures très aléatoires des RSH.

Le pilotage avec Appi’N est testé depuis quatre ans chez moi. Selon les années, les quantités d’azote apportées sont supérieures ou inférieures à celles calculées avec le bilan. Les rendements du blé montrent peu de différences entre les deux modalités. L’utilisation d’Appi’N se traduit par un décalage des dates d’apports. L’application de l’azote n’est déclenchée que lorsque des pluies sont annoncées, ce qui pose question en cas de période de sécheresse prolongée.

Des mesures doivent être faites régulièrement sur les feuilles avec la pince N-Tester, ce qui prend une demi-heure par parcelle. Cela ne me pose pas trop de problème en termes de temps car j’ai l’habitude de visiter mes parcelles régulièrement. Appi’N me paraît plus proche de la réalité des besoins de la plante en matière d’azote. Ce raisonnement de la fertilisation azotée peut permettre d’avoir une masse végétative moins importante au printemps et une pression septoriose moins forte. C’est un plus pour alléger les phytos. Je suis prêt à poursuivre l’expérimentation car il faut encore générer des données pour gagner en fiabilité, notamment sur les règles de déclenchement des apports. »

EARL Manceaux (avec épouse et fils), 240 ha dont 160 de terres arables avec 60 de blé tendre (90 q/ha en moyenne de rendement), 50 de maïs, orge de printemps, betterave, féverole, pois, avoine de printemps. Élevage charolais. Dans le réseau des fermes Dephy.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L'obligation de respecter au moins 4 % de ses surfaces en infrastructures agroécologiques (haies, bandes enherbées, jachères...) est suspendue pour 2023.
La nouvelle PAC validée… et allégée pour 2023
Bruxelles a définitivement validé le plan stratégique national français, dont certaines mesures ne seront pas obligatoires en…
Un zonage va définir, par département, les secteurs pouvant bénéficier d'une dérogation pour être dispensé de semer des couverts SIE en raison de la sécheresse.
Sécheresse/SIE : faut-il ou non semer les couverts ?
Avec la sécheresse qui sévit encore sur une grande partie du territoire, faut-il semer des intercultures pour atteindre les 5 %…
« Pour valoriser les apports organiques, je privilégie les épandages d’automne afin de laisser le temps à la matière organique de se minéraliser », explique Théophile Le tierce.
Agriculture biologique : « La hausse des prix en conventionnel me permet de vendre du blé à 380 €/t en C2 »
Pour Théophile Letierce, agriculteur en conversion bio à Saclay (91), le contexte actuel ne remet pas en cause sa conversion en…
Arnaud Mortier et son fils, ferme de Loeuilly dans la Somme."Je ne fais jamais plus de trois traitements contre les ravageurs à l’automne et je n’ai plus de problème d’insectes au printemps."
Ravageurs colza : « J’utilise un produit de biocontrôle à l’efficacité proche du Boravi WG »
Agriculteur à Tilloy-les-Conty dans la Somme, Arnaud Mortier tente de limiter l'usage d'insecticides contre les ravageurs du…
Un semis à la volée peut être pratiqué avec un semoir adapté sur un déchaumeur.
Semis du blé à la volée : une pratique économe mais des conditions à respecter
Le semis du blé à la volée peut contribuer à optimiser les charges de mécanisation et à gagner du temps. Il convient à tous les…
Contre les larves d'altises, l'utilisation du phosmet pourra être remplacée par celle du cyantraniliprole (Minecto Gold) dans les zones autorisées.
Insecticide contre les altises du colza : un remplaçant au phosmet autorisé
Les producteurs de colza disposeront d’un nouvel insecticide (Minecto Gold) efficace contre les larves d’altises à l’entrée de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures