Aller au contenu principal

Gestion du sol : « Pour mes maïs, j’ai cinq à six semaines de réserve en eau dans mes sols »

Agriculteur à Dhuizon (Loir-et-Cher), Frédéric Thomas a mesuré l'effet du non-labour et de la couverture végétale du sol sur la qualité de ses sols.

Frédéric Thomas, agriculteur à Dhuizon (41)   "J’ai mis en place des cultures consommant et « transpirant » de l’eau, notamment au travers de couverts végétaux ...
Frédéric Thomas, agriculteur à Dhuizon (41) "J’ai mis en place des cultures consommant et « transpirant » de l’eau, notamment au travers de couverts végétaux d’interculture associant plusieurs espèces pour produire de la biomasse."
© agriculture-de-conservtion

« Lors de mon installation il y a une trentaine d’années, j’ai dû composer avec des terres typiques de Sologne, très mouillées en hiver et très sèches en été. Il s’agit de sols sableux en surface avec une couche d’argile imperméable en profondeur. Le problème de mes sols était davantage l’excès d’humidité en hiver que la sécheresse estivale. J’ai alors mis en place des pratiques pour améliorer la capacité du sol à infiltrer l’eau et pour augmenter la réserve facilement utilisable (RFU). J’ai arrêté le travail du sol et exclu l’irrigation pour ne pas augmenter davantage le risque d’excès d’humidité. J’ai mis en place des cultures consommant et « transpirant » de l’eau, notamment au travers de couverts végétaux d’interculture associant plusieurs espèces pour produire de la biomasse. Une tonne de matière sèche produite à l’hectare évacue 30 à 40 mm d’eau via la transpiration des plantes.

Après moisson d’une céréale, ces couverts sont semés très tôt de façon à bien se développer et produire des racines en profondeur. En retour, on obtient de la matière organique alimentant les organismes du sol, notamment les vers de terre. J’apporte en outre des fertilisants organiques au travers de composts de déchets verts pour doper l’activité organique des sols et booster le développement des couverts. J’ai progressivement augmenté l’épaisseur du sol exploré par les racines des plantes et, par là même, je suis passé d’une RFU de 35-40 mm à 150-200 mm aujourd’hui. Pour mes maïs, j’ai ainsi cinq à six semaines de réserve en eau dans mes sols au cas où il ne pleuvrait pas.

En plus, la capacité de mes sols à infiltrer l’eau a été quasiment doublée en trente ans, limitant le ruissellement et l’érosion en cas de pluie violente. Cette forte capacité d’infiltration a été obtenue grâce à la matière organique importante en surface du sol et à la porosité verticale produite par les vers de terre. Il y a désormais moins d’hydromorphie l’hiver. Mon expérience est transposable pour les sols profonds connaissant des problèmes d’infiltration et d’enracinement en profondeur, mais pas pour des sols superficiels. »

Ferme du Gault (Sologne). 150 hectares dont un tiers de maïs, colza, orge, triticale… agriculture-de-conservation.com

 

 
Début novembre, les plantes d’été du couvert se font ensevelir par les radis fourragers et ensuite les vesces qui sont en train d’entrer de l’azote dans le système. ...
Début novembre, les plantes d’été du couvert se font ensevelir par les radis fourragers et ensuite les vesces qui sont en train d’entrer de l’azote dans le système. Ici en novembre 2023, la biomasse a été estimée avec la méthode Merci à 8 t de MS/ha pour 200 à 220 kg d'azote avec une restitution potentielle sur la culture suivante de 70 à 80 unités. © F. Thomas

Les plus lus

Semis direct de maïs précoce après un premier semis qui n a pas levé en raison de mauvaises conditions climatiques et des dégâts d'animaux nuisibles, corbeaux et ...
Semis de printemps : quelles solutions pour remplacer les orges de printemps non semées ?

Après les semis d’automne perturbés par les fortes pluies, la sortie d’hiver et les premiers semis de printemps sont, eux…

L'arrêté abeilles impose de réaliser les traitements de type fongicides sur le colza le soir.
Fongicides sur colza : quelles sont les conditions d'utilisation prévues par l’arrêté abeilles ?

Depuis 2023, l'arrêté abeilles impose le respect d'horaires pour utiliser certains produits phytosanitaires en période de…

Thomas Pointereau, agriculteur à Epieds-en-Beauce (45)  "Contre les volatiles tels que les pigeons, je fais une demande dérogatoire de tirs auprès de la préfecture ou de ...
Dégâts d’oiseau : « Je dépose des tas de grains de pois et de maïs en bordure des champs pour faire diversion »
Agriculteur à Épieds-en-Beauce (Loiret), Thomas Pointereau parvient à contenir les attaques d'oiseaux sur maïs. C'est plus…
Le décalage de semis de maïs ou de tournesol augmente le risque d'attaques importantes de pigeons et corvidés.
Dégâts d’oiseaux : des produits efficaces à venir en traitement de semences
De nouvelles spécialités corvifuges sont en cours de test pour le traitement de semences de maïs et de tournesol, avec parfois…
Déclaration PAC 2010 . Permanence organisation  par la chambre d'agriculture . Conseiller et agriculteurs associés . Dossier PAC . Aides du ministère de l'Agriculture . Télédéclaration. Telepac. Administration . Discussion technique sur la gestion du parcellaire. Carte. ordinateur.  --- Reportage complet disponible sur le site www.photoagriculture.com (pour obtenir un code dÂ’accès, contacter  S. Leitenberger : webmestre@leitenberger.fr).
Telepac 2024 : les 10 points à avoir en tête pour réussir sa déclaration PAC

La télédéclaration PAC doit être finalisée sur Telepac 2024 avant le 15 mai 2024. Jachères, conditionnalité, écorégime,…

Marc Moser, agriculteur à Kurtzenhouse (67)"En 2024, j’envisage d’appliquer un anti-dicotylédones à 5-6 feuilles du maïs et/ou une application dirigée de Banvel à ...
Désherbage maïs : « Nous faisons face à l’explosion de datura dans nos parcelles »

Le datura est signalé en Alsace depuis quelques années. Agriculteur à Kurtzenhouse (Bas-Rhin), Marc Moser doit dorénavant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures