Aller au contenu principal

Contenu partenaire - KWS
« En maïs, s’adapter aux restrictions d’eau grâce à la génétique »

Le maïs est au cœur du système de Christophe Morin. L’agriculteur doit cependant s’adapter au contexte local. Des arrêtés préfectoraux ont, par exemple, limité le recours à l’irrigation. L’exploitation s’adapte et mise sur la génétique.

Christophe Morin, à Prin-Deyrançon, dans les Deux-Sèvres, sur une exploitation de 540 hectares avec 4 UTH. "Je réalise chaque année des essais avec KWS".

La génétique du maïs est au coeur de l’exploitation de Christophe Morin, agriculteur à Prin-Deyrançon (79). Il réalise chaque année des essais de nouvelles variétés pour les principaux obtenteurs, et notamment KWS. « Cette année, j’avais en test 23 variétés différentes, d’indice 300 à 450. » Au volant de la moissonneuse de la Cuma locale, Christophe Morin se dit « passionné et heureux » lorsqu’il réalise ses moissons de précisions, 4 rangs par 4 rangs, avec pesée de chaque lot. « J’observe les progrès de la génétique. Pour des variétés semées à la même date et dans les mêmes conditions, les écarts atteignent parfois 20 quintaux. » 
 

Lire aussi - Maïs : « Le label ClimaCONTROL de KWS répond à trois stress hydriques et thermiques potentiels"

S’appuyer sur les essais pour choisir ses variétés de maïs

Au moment de choisir les cinq variétés à implanter sur les 130 hectares en maïs de son exploitation, Christophe Morin a toutes les cartes en main. L’agriculteur s’appuie sur des résultats d’essais ultra-locaux. « Le but est de s’appuyer sur différentes solutions et d’être toujours à la pointe. » Christophe Morin préfère généralement les indices compris entre 350 et 400 « qui passent bien chez nous. La fleur se positionne ainsi au 25 juin ». L’agriculteur sème aussi plutôt clair (89 000 grains/ha), en 75 cm de large, « ce qui augmente la tenue de tige ».

 

Lire aussi - « En maïs, s’adapter aux restrictions d’eau grâce à la génétique » 
 

KWS Hypolito dans un contexte de sécheresse

Depuis quelques années, la tolérance à la sécheresse prend de l’importance dans les choix variétaux de l’exploitant. En effet, malgré la présence de l’irrigation sur l’exploitation depuis 36 ans, Christophe Morin sait que certains maïs risquent de subir des conditions très limitantes en eau. En 2022, les maïs n’ont reçu aucune goutte d’eau d’irrigation ! « Les arrêtés de restriction ont été pris tôt sur les prélèvements dans le bassin Mignon-Courance. Des parcelles sont sorties à 35 quintaux par hectare. Certes, ce résultat est faible, mais sans bonne génétique on serait tombé à 20 quintaux. » 

Lire aussi : Cinq bonnes raisons de changer de regard sur la précocité des maïs
 

Des progrès génétiques du maïs qui donnent de l’optimisme

Pour choisir ses semences, l’agriculteur s’est appuyé sur les essais réalisés sur son exploitation. Il a notamment misé sur la variété KWS Hypolito, qui s’est très bien comportée lors de la délicate campagne 2022. « Je constate que les nouvelles variétés démarrent plus vite en végétation et sont plus tolérantes aux maladies et à la sécheresse. » Le progrès génétique donne donc confiance à l’agriculteur pour poursuivre une culture qui répond aux enjeux économiques et agronomiques de son exploitation.

 

Une variété hyper flexible


 

Elisa Texier, ingénieure KWS sur le secteur Poitou-Charente-Limousin-Périgord : « Nous menons des essais chez Christophe Morin en maïs irrigué. En 2022, dans un contexte d’arrêt précoce de l’irrigation par arrêté préfectoral, les résultats ont montré qu’une variété est ressortie du lot. KWS Hypolito est un maïs hybride de la gamme ClimaCONTROL3. C’est une variété qui permet d’exprimer un potentiel très élevé dans toutes les conditions hydriques : avec l’irrigation ou conditions de sécheresse. Ce maïs, avec un indice 400 FAO, présente aussi l’intérêt d’une dessication très rapide qui limite les frais de séchage. Cette variété est adaptée aux enjeux d’une exploitation comme celle de Christophe Morin. »

Les plus lus

Mention " archives " obligatoire / discussion technique entre agricultrice et technicien / itinéraires culturaux et utilisation des produits phytosanitaires / marges / ...
Conseil stratégique phytosanitaire : le dispositif définitivement abandonné dans sa forme actuelle

Parmi les mesures prises par le gouvernement Attal pour répondre à la colère des agriculteurs figure la suppression du conseil…

Moisson dans l' Indre près d' Issoudun le 8 juillet 2022. Agriculteur et sa fille dans une parcelle de blé
Fermage : comment sécuriser la transmission des baux hors cadre familial ?

Sans repreneur familial, la cession du foncier loué peut s’avérer compliquée. Il existe des outils, qui dans l’idéal sont à…

Simon Avenel, agriculteur à Goderville (76),"La marge économique dégagée par le miscanthus à l'hectare est supérieure à celle du blé ou du colza grâce à la ...
Lutte contre l’érosion : « J’ai implanté 7 kilomètres de bandes de miscanthus pour faire obstacle au ruissellement »

Agriculteur à Goderville (Seine-Maritime), Simon Avenel a réduit la taille de ses parcelles et planté du miscanthus en…

Famille agricole, père avec sa fille et ses petits-enfants dans une parcelle agricole
Transmission d’exploitation agricole : quelles sont les options pour le foncier en propriété ?
Être propriétaire des terres que l’on exploite permet de mieux maîtriser le foncier lors de la transmission. Une réflexion reste…
Culture intermédiaire fixatrice d’azote
Jachère 2024 : la dérogation et ses nouvelles conditions publiées par Bruxelles

La Commission européenne a tranché et publie ce jour un règlement accordant aux agriculteurs européens une exemption partielle…

Parcelle agricole en jachère
Jachère : Bruxelles propose une nouvelle dérogation pour 2024

La Commission européenne propose une nouvelle dérogation pour la jachère 2024, à la demande notamment de la France.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures