Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des tournesols vulnérables aux oiseaux jusqu’à la première feuille

L'enquête de Terres Inovia montre une augmentation des dégâts liés aux oiseaux, avec une recrudescence des attaques de corvidés par rapport aux deux années précédentes.

C'est au stade plantule que le tournesol est le plus vulnérable aux palombes. © Terres Inovia
C'est au stade plantule que le tournesol est le plus vulnérable aux palombes.
© Terres Inovia

Les dégâts d’oiseaux sont toujours significatifs sur tournesol. L’enquête menée chaque année par Terres Inovia montre une légère augmentation des déclarations de dégâts en 2019 par rapport à 2018. Ils sont imputables en majeure partie aux pigeons et plus particulièrement aux pigeons ramiers (palombes). Mais en 2019, il y a eu une recrudescence des corvidés par rapport aux deux années précédentes. Plus flagrant en 2019 que les autres années : les dégâts ont lieu au stade plantule du tournesol et assez peu aux semis.

Ressemis sur plus de la moitié des parcelles touchées

Sur les parcelles attaquées, les ressemis ont concerné plus de la moitié d’entre elles, seulement sur la surface touchée et non la totalité de la parcelle. Les effaroucheurs sont très utilisés contre la présence des volatiles mais 20 % des parcelles ne font pas l’objet de mesures de protection. Le Sud-Ouest est la zone de production la plus atteinte. Terres Inovia conseille de varier les moyens de lutte pour limiter l’accoutumance des oiseaux. L’enquête « dégâts oiseaux et gibiers » se poursuit et les agriculteurs sont invités à enregistrer les déclarations en ligne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Étienne d'Hautefeuille, 200 hectares de céréales dans la Somme. "On produit tous les jours — un ou deux brassages et des distillations — mais aucune bouteille n’est encore sortie de l’atelier. » © G. Crochez
« Je valorise mon orge à la ferme avec du whisky haut de gamme »
Dans le Santerre, un jeune agriculteur produit du single malt avec sa propre orge. Un travail d’alchimiste et de longue haleine.
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons
Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine…
 © V. Marmuse / CAIA
Météo : les cultures seront-elles confrontées à un été chaud ou très chaud ?
Les prévisions trimestrielles de Météo France tablent sur un été plus chaud que la normale. D’autres prévoient un été moins chaud…
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo
Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la…
Stratégie « de la ferme à la table » : Bruxelles place la barre environnementale haut
Un quart de la surface européenne en bio, baisse de 50 % de l’usage des phytos et de 20 % de l’utilisation d’engrais… Dans la…
Le broyage des bords de chemin est à éviter durant le printemps et l'été pour préserver sa faune et sa flore. © Hommes et Territoires
Grandes cultures : faire de ses bords de chemin des refuges à auxiliaires sans les adventices
Un bon entretien de ses bords de chemin permet d’éviter les propagations d’adventices tout en favorisant la biodiversité utile…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures