Aller au contenu principal

Crédits carbone : pourquoi les projets se multiplient en grandes cultures

Le marché du crédit carbone en grandes cultures se développe fortement depuis la validation de la méthode Grandes cultures du label Bas carbone, qui a donné le coup d’envoi de nombreux projets collectifs.

Couvert végétal. Le marché de la compensation volontaire est en pleine structuration, avec la multiplication de projets sur le terrain visant à stocker du carbone.
Couvert végétal. Le marché de la compensation volontaire est en pleine structuration, avec la multiplication de projets sur le terrain visant à stocker du carbone.
© J.-C. Gutner

Impossible d’y échapper : pas une semaine sans l’annonce d’un nouveau projet Bas carbone en grandes cultures. En février, la coopérative Vivescia annonçait le lancement d’un diagnostic carbone pour ses agriculteurs. Le même mois, le groupe Centre Ouest Céréales rejoignait le programme carbone de Soil capital, pionnier sur ce marché depuis son arrivée en France et en Belgique en 2020.

Pour les céréales et autres grains, la situation a fortement évolué depuis juin 2021 avec la validation par l’État de la méthode sectorielle Grandes cultures du référentiel du label Bas carbone. Cette labellisation est la seule à être garantie par les pouvoirs publics, via le ministère de la Transition écologique. Ce dernier valide toutes les étapes de la labellisation, du référentiel (méthode de mesure des émissions et de stockage de carbone) jusqu’à l’émission des crédits en passant par les outils et les projets. Onze méthodes sectorielles du label ont déjà été approuvées par le ministère, dont l’élevage, les haies et la forêt.

 

 
Le label bas carbone est la seule démarche à être garantie par les pouvoirs publics, via le ministère de la Transition écologique. Ce dernier valide toutes les étapes de la labellisation, du référentiel jusqu’à l’émission des crédits en passant par les outils et les projets. © Réussir Grandes Cultures

 

Depuis l’été, les projets se sont multipliés, portés par des acteu rs tels que les chambres d’agriculture, les OS, les groupes de développement… Début 2022, toutes productions confondues, on comptabilisait 160 projets labellisés, 400 000 tonnes de crédits carbone certifiés et 260 000 tonnes notifiées dans le cadre du label Bas carbone. Ces chiffres devraient doubler en un an.

Le marché des crédits carbone a des airs de Far West. Ce ne sera pas pour autant une ruée vers l’or. La question n’est d’ailleurs pas simplement économique. En janvier, lors d’une table ronde, le ministre de l’Agriculture a insisté sur la pertinence de l’approche par le sol pour concilier les enjeux carbone, eau et biodiversité, incontournables pour le monde agricole. « Pour traiter le carbone dans l’agriculture, on peut le faire par l’injonction, à travers la loi, en imposant à tous de baisser ses émissions d’un certain niveau, ou en donnant droit à des crédits carbone rémunérés aux agriculteurs adoptant des pratiques qui captent du CO2 », a-t-il affirmé.

Reste à vendre les crédits carbone tricolores sur un marché libre, mondialisé et très concurrentiel. « Les crédits carbone français sont plus chers, car il s’agit de prélever du carbone de façon précise, ce qui est plus onéreux que d’autres référentiels d’Amérique du Sud où l’on se contente d’affirmer que l’on arrête de déforester », a expliqué Julien Denormandie. Avant de lancer un « appel à la responsabilité » des entreprises : « faites le choix d’une démarche proactive, non simplement comptable, avec des crédits carbone liés au sol ».

L’atout officiel du label Bas carbone

Sur un marché du crédit carbone en pleine structuration, le label Bas carbone bénéficie de la sécurité apportée par la reconnaissance étatique. La grande majorité des acteurs qui se lancent adoptent cette labellisation. Ce sésame officiel devrait faciliter l’accès à certains marchés. Par exemple, les compagnies aériennes françaises doivent mettre en place la compensation carbone pour leurs vols intérieurs, pour atteindre 100 % en 2024. Les émissions estampillées label Bas carbone devraient être bien placées pour y contribuer.

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures