Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive

Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie, où des lignes de fabrication commencent à fermer. La forte hausse des commandes de la part des grandes surfaces ne compensera pas forcément ces pertes.

Les livraisons de pommes de terre vers la restauration hors domicile sont à l’arrêt depuis le 12 mars mais les ventes vers la grande distribution ont explosé.
© V. Marmuse

Les restrictions liées au Covid-19 bouleversent aussi les marchés de la pommes de terre. Les livraisons de pommes de terre brutes et transformées vers la restauration hors domicile (RHD) sont à l’arrêt depuis le 12 mars mais les ventes vers la grande distribution ont explosé, en particulier le 16 mars, jour de l’annonce du confinement. « Nos ventes ont été multiplié par huit entre lundi et mardi alors qu’elles étaient déjà très fortes » témoigne un producteur normand, assailli d’appels. « Les consommateurs ont fait des stocks, d’autant plus que maintenant, ils ne mangent plus à la cantine mais bien à la maison. » Malgré ces comportements, la consommation globale devrait baisser. « Les Français mangent plus de frites au restaurant qu’à la maison », indique Bertrand Ouillon, de l’UNPT. Si la peur de manquer et le souci de faire du stock avant le confinement ont dopé les ventes, le phénomène devrait s’estomper « d’ici à trois jours » : quand rester chez soi sera (presque) devenu la routine.

Face à la situation, les industriels devraient très rapidement faire évoluer des lignes de production dédiées à la RHD pour massifier l’offre à destination des grandes et moyennes surfaces. Avec la baisse du flux logistique, d’autres problèmes se précisent : en Belgique comme en France, les hangars en froid négatif sont bientôt pleins et pourraient rapidement fermer. « On signale les premières fermetures de lignes de fabrication en Belgique et en France », indique Bertrand Ouillon. Dès à présent, les enlèvements de lots en fermes sont stoppés. Reste à voir comment évoluera la qualité de ces lots dans les semaines à venir, alors que le conservateur CIPC est désormais interdit.

Retarder la plantation des variétés hâtives

Pour la prochaine campagne, le CNIPT recommande aux producteurs de retarder la plantation des variétés hâtives. « Lorsque les usines de transformation redémarreront, elles transformeront en priorité les pommes de terre en stock », explique Florence Rossillion, du CNIPT. En décalant les plantations de variétés hâtives de 15 jours, la filière espère limiter les pertes et les perturbations. Depuis dix jours, les prix sur le marché libre enregistrent une forte baisse. En France, 20% des volumes ne sont pas contractualisés. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Le sytème de lavage de main embarqué S-Clean
[Covid-19] : S-Clean, un système de lavage de main embarqué sur tracteur
Le système doté d’un réservoir de 3 litres est équipé d’un porte-savon liquide et de deux vannes permettant 5 à 10 lavages de…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
En achetant maintenant sa solution azotée pour 2021, l'économie serait d'environ 10 €/ha par rapport à la dernière campagne. © C.Baudart
Engrais: faut-il acheter la solution azotée maintenant pour 2021 ?
Couvrir ses besoins en solution azotée pour 2021 est une stratégie qui peut être gagnante au vu des prix bas proposés…
Covid-19/grandes cultures : les bons gestes pour vous protéger !
Les recommandations pour lutter contre le coronavirus dans les travaux du quotidien en grandes cultures, entre lavage de mains,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures