Aller au contenu principal

Couvert entre deux maïs : « Je préserve mon sol et contrôle les adventices avec le mélange féverole-pois-phacélie »

Nicolas Sarthou, agriculteur à Serres-Morlas (Pyrénées Atlantiques), implante un couvert associant féverole, pois et phacélie en interculture entre deux maïs, avec à la clé une réduction du travail du sol et une augmentation de la matière organique.

Nicolas Sarthou, agriculteur à Serres-Morlas (64)"Le mélange féverole-pois-phacélie assure une bonne couverture du sol et il se détruit facilement avec un déchaumeur à disques."
Nicolas Sarthou, agriculteur à Serres-Morlas (64)"Le mélange féverole-pois-phacélie assure une bonne couverture du sol et il se détruit facilement avec un déchaumeur à disques."
© EARL Sarthou

« Jusqu’en 2020, j’étais en monoculture de maïs avec l’implantation d’un couvert d’interculture. Ces trois dernières années, j’ai opté pour une composition de féverole (100 kg/ha), de pois (20 kg/ha) et de phacélie (4 kg/ha). Avec ce couvert, j’ai trouvé de la simplicité, de la facilité et de l’efficacité dans la préservation du sol et le contrôle des adventices l’hiver. Ce mélange assure une bonne couverture et il se détruit facilement avec un déchaumeur à disques, trois semaines à un mois avant le semis de maïs. Sa bonne implantation ne nécessite pas trop de travail. Les cannes de maïs sont broyées sous le cueilleur de la batteuse.

Le semis de l’ensemble des graines du couvert est fait avec un épandeur à engrais, suivi d’un déchaumage sur 10 centimètres. L’idéal est d’attendre 8 à 10 jours après la récolte du maïs pour le semis : cela laisse le temps au tapis de résidus de culture de se dégrader suffisamment. Sur mes terres humifères les moins sensibles au matraquage, je parviens à réaliser les semis jusqu’en novembre.

La gestion du couvert génère une surcharge de travail, dans la période des récoltes notamment, avec un coût que j’estime à 55 euros/ha pour l’implantation et les semences. Mais il apporte des bénéfices, difficiles à quantifier. Ainsi, je me passe de glyphosate contre les adventices à l’interculture. Le sol est plus facile à reprendre derrière un couvert, avec une réduction du travail du sol à la clé.

Je remonte le taux de matière organique dans mes limons argileux où j’essaie de semer les couverts le plus tôt possible de façon à produire un maximum de biomasse. De l’azote est apporté à la culture suivante que j’estime à 30 unités. Mais je n’en tire pas parti pour réduire mes apports d’engrais même si cela pourrait changer avec la hausse du prix des fertilisants.

En 2020, le maïs a été peu valorisé avec des rendements moyens, ce qui m’a incité à diversifier mes cultures en 2021 avec une partie des productions sous contrat. Je garde la même culture intermédiaire après maïs grain. »

EARL Sarthou. 80 hectares dont 42 de maïs grain en 2021, 17 de maïs doux, 15 de soja, 6 de tournesol semences. Jusqu’en 2020, intégralité en maïs grain et doux, en sec (rendement de 11,5 t/ha en moyenne). 2/3 de terres humifères, 1/3 de sols limono-argileux.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

« Pour valoriser les apports organiques, je privilégie les épandages d’automne afin de laisser le temps à la matière organique de se minéraliser », explique Théophile Le tierce.
Agriculture biologique : « La hausse des prix en conventionnel me permet de vendre du blé à 380 €/t en C2 »
Pour Théophile Letierce, agriculteur en conversion bio à Saclay (91), le contexte actuel ne remet pas en cause sa conversion en…
Un semis à la volée peut être pratiqué avec un semoir adapté sur un déchaumeur.
Semis du blé à la volée : une pratique économe mais des conditions à respecter
Le semis du blé à la volée peut contribuer à optimiser les charges de mécanisation et à gagner du temps. Il convient à tous les…
Selon une étude d'Arvalis un système bio autonome dégage la meilleure marge nette, devant un système conventionnel avec une forte pression graminée et un système conventionnel classique.
Conversion au bio en grandes cultures : est-ce encore rentable ?
Des prix qui stagnent et de faibles disponibilités en fertilisants organiques interrogent bien des producteurs engagés en…
Avec la nouvelle PAC, les aides dédiées à l'agriculture vont se concentrer sur l'aide à la conversion, mais d'autres subventions, comme la dotation JA, peuvent constituer un levier intéressant.
Agriculture biologique : quel avenir pour les aides à la bio ?
Dans la nouvelle PAC, l'aide au maintien de l'agriculture biologique disparaît, ce qui sera en partie compensé par une hausse des…
Pour l'entreprise Yara, les prix des engrais vont rester fermes, avec des craintes pour la logistique en raison d'usines européennes à l'arrêt.
Engrais azotés : l'industriel Yara s'inquiète de possibles ruptures d'approvisionnement
L’entreprise de fabrication d’engrais norvégienne Yara a souligné la fragilité actuelle des chaînes logistiques dans l'…
Jean-Baptiste Tribut, agriculteur à Tronchoy dans l'Yonne, a réalisé en 2021 un diagnostic Mécagest, afin de connaître précisément ses coûts de mécanisation.
Charges de mécanisation : « Je n’achète que du matériel d’occasion pour limiter les coûts »
Agriculteur dans l’Yonne, Jean-Baptiste Tribut ne travaille qu’avec du matériel d’occasion, parfois vieillissant. Il obtient des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures